DE SICA VITTORIO (1901-1974)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Entre néoréalisme et romanesque hollywoodien

Depuis longtemps critiqué pour ses engagements humanistes – les communistes lui reprochent de ne jamais faire allusion à la lutte des classes –, De Sica est surtout en but à l'hostilité de la démocratie chrétienne. Dans le journal Libertas, Giulio Andreotti, secrétaire d'État au tourisme et au spectacle, publie son article fameux, « Assez de linge sale », qui reproche à De Sica de nuire à l'image de l'Italie. De plus en plus étranglé économiquement et sans soutien politique, De Sica connaît dans les années 1950 de grandes difficultés à poursuivre dans la veine qu'il affectionne. Stazione Termini (Station Terminus, 1953) est un curieux hybride entre l'héritage néoréaliste et le romanesque hollywoodien tandis que L'Oro di Napoli (L'Or de Naples, 1954) marque un retour à la comédie. Le cinéaste y porte pour la première fois à l'écran la ville de son enfance en faisant appel à des acteurs parthénopéens : Totò, Sophia Loren, Eduardo De Filippo, et De Sica lui-même, en aristocrate rongé par l'attrait du jeu – presque un autoportrait –, perdant aux cartes contre le jeune fils de son concierge.

De Sica essaye ensuite de revenir, avec Il tetto (Le Toit, 1956), aux récits épurés du néoréalisme. Mais les temps ont changé et la critique boude le film jugé trop démonstratif. Avec La Ciociara (1960), d'après un roman d'Alberto Moravia, il signe un de ses plus grands succès. Il enchaîne avec Il giudizio universale (Le Jugement dernier, 1961), un kaléidoscope de personnages napolitains confrontés à l'annonce du jugement dernier. Pour le compte du producteur Carlo Ponti, De Sica se met souvent au service de Sophia Loren. Il dirige la comédienne dans Boccace 70 (1962), I sequestrati di Altona (Les Séquestrés d'Altona, 1962), d'après la pièce de Jean-Paul Sartre, Ieri, oggi, domani (Hier, aujourd'hui, demain, 1963), trois sketches destinés à mettre en valeur le couple Loren-Mastroianni, Matrimonio all'italiana (Mariage à l'italienne, 1964), I girasoli (Les Fleurs du soleil

La Ciociara, V. De Sica

Photographie : La Ciociara, V. De Sica

Adaptation du roman d’Alberto Moravia, La Ciociara de Vittorio De Sica se fonde sur un fait historique, les viols de masse qui eurent lieu lors de l’avancée des troupes alliées en Italie, particulièrement autour de Monte Cassino. Ici, Sophia Loren dans La Ciociara, 1961. 

Crédits : John Springer Collection/ Corbis/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Le Voleur de bicyclette, V. De Sica

Le Voleur de bicyclette, V. De Sica
Crédits : Ullstein Bild/ Getty Images

photographie

Vittorio de Sica, Roberto Rossellini et Federico Fellini

Vittorio de Sica, Roberto Rossellini et Federico Fellini
Crédits : Hulton Getty

photographie

La Ciociara, V. De Sica

La Ciociara, V. De Sica
Crédits : John Springer Collection/ Corbis/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  DE SICA VITTORIO (1901-1974)  » est également traité dans :

CAMERINI MARIO (1895-1981)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 807 mots

Mario Camerini est né à Rome en 1895. Grâce à son cousin, le cinéaste Augusto Genina, Mario Camerini débute comme assistant avant de passer à la réalisation avec Jolly, clown da circo en 1923. Mais ce n'est qu'en 1929, avec Rotaie ( Rails ) qu'il obtient un certaine reconnaissance critique et que son style, intimiste et gris-rose, s'affirme. Il s'agit là de l'un des derniers films muets italiens, […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Un essor considérable »  : […] Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, c'est en Italie que le cinéma prit un essor considérable. Le renouveau du cinéma italien peut s'expliquer par des raisons politiques, historiques, artistiques, et aussi de générations. Politiquement, les cinéastes, comme les écrivains et tous les artistes italiens, sont sévèrement surveillés par le pouvoir fasciste. Les hommes de talent, condamnés au sil […] Lire la suite

ITALIE - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 7 720 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le néo-réalisme et les années d'après guerre (1945-1959) »  : […] Préparé par une réflexion théorique et par une expérience pratique, le néo-réalisme donne ses premières œuvres en 1945 avec Giorni di gloria ( Jours de gloire ), film documentaire coordonné par Mario Serandrei (1907-1966) et Giuseppe De Santis (1917-1997), auquel prennent part Luchino Visconti et Marcello Pagliero, et Roma città aperta ( Rome ville ouverte ) de Roberto Rossellini, véritable act […] Lire la suite

LOCARNO FESTIVAL DE

  • Écrit par 
  • René MARX
  •  • 1 043 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du Grand Hôtel à la Piazza Grande »  : […] La première édition commence en août 1946, un mois avant le début du premier festival de Cannes. Le festival de Venise a été inauguré en 1932, celui de Berlin naîtra en 1951. Ces quatre manifestations sont aujourd’hui les premières en Europe. Avant même que l’on considère la qualité des films présentés, un festival de cinéma doit être pensé en termes d’accueil. L’édition de 1946 proposait ainsi de […] Lire la suite

NÉO-RÉALISME ITALIEN

  • Écrit par 
  • Giuditta ISOTTI-ROSOWSKY
  •  • 3 185 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une expérience de cinéma social »  : […] Parmi les caractéristiques du cinéma néo-réaliste, on cite souvent le tournage en décors réels, le recours à des acteurs venus du music-hall ou à des non-professionnels et le refus du changement brusque de cadrage. Dès 1940, dans la revue Cinema , Cesare Zavattini préconise « le film de l'homme qui dort, le film de l'homme qui se dispute, sans montage et j'oserais dire sans sujet ». Et il ajoute  […] Lire la suite

PONTI CARLO (1910-2007)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 863 mots

Né à Magenta près de Milan en 1910, Carlo Ponti fait des études de droit avant de rejoindre la société milanaise Artisti Tecnici Associati (dont il prendra plus tard la direction). Pour elle, il produit Piccolo mondo antico (1940) de Mario Soldati, Sissignora (1941) de Ferdinando Maria Poggioli, Giacomo l'idealista (1942) d'Alberto Lattuada, trois films qui se détournent des bluettes sentimenta […] Lire la suite

ZAVATTINI CESARE (1902-1989)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 702 mots
  •  • 1 média

« Quelle belle époque tout de même ; un meeting continuel, on se figurait qu'on changerait le monde ou le gouvernement grâce à une douzaine de films, les slogans nous sortaient du cœur avec la détermination des balles de fusil : le néoréalisme est la conscience du cinéma, le cinéma est utile ou il n'est pas, il importe de s'attaquer à ce qui se passe et non à ce qui s'est passé, il faut connaître […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean A. GILI, « DE SICA VITTORIO - (1901-1974) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vittorio-de-sica/