VIOLON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Problèmes technologiques de construction

Le fabricant de violons traditionnel, le «  luthier », fait un métier difficile. Il doit d'abord acquérir les bois nécessaires, tels que l'épicéa et l'érable. Ces bois doivent présenter des qualités bien définies. Ils doivent être « nerveux » (modules d'élasticité élevés), légers (faible masse volumique ou « densité »), peu sujets à la déformation permanente. Les bons bois de lutherie viennent de Roumanie, de Hongrie, du Tyrol, de Suisse. On les laisse sécher dans certaines conditions pendant plusieurs années. Puis le luthier (cf. gravure) choisit un « modèle », généralement copié des anciens italiens de l'époque classique. Un « moule » en bois plein, ayant la forme intérieure de la caisse, lui permet de réaliser et de monter les « éclisses », sur lesquelles on collera fond et table. Le fond est tiré d'une planche d'érable modelée en forme de voûte, afin que l'instrument puisse résister à la déformation provenant de la tension des cordes (environ 25 kgf en tout). Le fond est ensuite « vidé », les épaisseurs finales étant faibles (de 2 à 5 mm environ). Tout ce travail se fait à l'aide de gouges creuses, de petits rabots à semelle bombée, de racloirs, de papier de verre, etc. Enfin, le fond est collé sur les éclisses. On enlève alors le moule intérieur et on confectionne la table en épicéa tout comme on l'a fait pour le fond. On coupe dans la table deux ouvertures en forme de f (les ouïes), puis on colle une « barre » sous le pied gauche du chevalet. La table est ensuite collée à son tour sur les éclisses. La « caisse » est terminée. Les bords sont renforcés par incrustation de « filets » (généralement deux filets noirs et un blanc). On confectionne ensuite le manche à partir d'un bloc d'érable. « Chevillier » et volute sont de vraies pièces de sculpture permettant au luthier de « personnaliser » son violon. Finalement on vernit l'instrument, chaque luthier ayant ses « secrets »... Lorsqu'on veut empêcher la pénétration trop grande du vernis, on enduit le bois d'un encollage. Les vernis peuvent être à l'alcool, aux huiles essentielles, à l'huile de lin (vernis gras) ; ils sont généralement colorés « dans la masse » et leur application est délicate. En facture industrielle, on utilise couramment des vernis « modernes », appliqués au pistolet, dont l'aspect est souvent moins séduisant que celui des vernis traditionnels. Finalement, on place l'âme, petite baguette d'épicéa, coincée entre la table et le fond, un peu en arrière du pied droit du chevalet, du côté des cordes aiguës. La distance âme-pied du chevalet permet de régler dans une assez large mesure le degré de liberté du pied droit, c'est-à-dire le degré d'acuité des notes aiguës. Pour le grave, régi par la barre, on ne peut malheureusement pas faire de réglage de ce genre sans ouvrir l'instrument.

Enfin on monte les cordes et l'on essaye l'instrument ; on modifie le cas échéant le réglage d'âme, les dimensions du chevalet. L'instrument, soumis à des contraintes assez fortes venant de la tension relativement élevée des cordes, se déforme toujours plus ou moins au début, et la « sonorité » évolue pendant tout ce temps. Mais après quelques semaines ou quelques mois, le violon se « stabilise » et on peut alors en jouer dans de bonnes conditions pendant fort longtemps, moyennant quelques précautions (éviter les chocs, l'humidité, etc.).

La facture traditionnelle est quasi artisanale ; mais il existe aussi une production industrielle. On ne peut obtenir, alors, une qualité sonore stable que si les bois sont de même qualité ou si l'on retouche chaque instrument. Le violon bien fait étant « inusable », le luthier moderne vit difficilement de son métier.

Fruit d'une heureuse initiative d'un luthier du xvie siècle, le violon reste un instrument traditionnel exemplaire, offrant à qui veut se donner la peine d'apprendre à le maîtriser des possibilités d'expression infinies. Sa pérennité n'est pas le résultat du hasard : s'il a subsisté pendant plus de quatre siècles, pratiquement inchangé, c'est qu'il représente une réalisation optimale, un compromis entre de nombreux impératifs d'ordre matériel et acoustique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Tartini

Tartini
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Paganini

Paganini
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Eugène Ysaÿe

Eugène Ysaÿe
Crédits : Rischgitz/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Yehudi Menuhin

Yehudi Menuhin
Crédits : Erich Auerbach/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche honoraire au C.N.R.S., chargé de cours d'acoustique au Conservatoire national supérieur de musique de Paris

Classification

Autres références

«  VIOLON  » est également traité dans :

VIOLON, en bref

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 268 mots
  •  • 10 médias

Le violon est un instrument à cordes frottées par un archet. Le violoniste, qui joue en tenant son instrument sous le menton, produit les notes en posant les doigts sur une ou plusieurs des quatre cordes et en faisant vibrer celles-ci avec l'archet – une baguette en bois légèrement incurvée sur laquelle est tendue une mèche de crins de cheval. Les cordes, acc […] Lire la suite

ACCARDO SALVATORE (1941- )

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 784 mots

Aux xix e et xx e  siècles, l'école italienne du violon n'est pas la plus fournie en virtuoses de l'histoire de l'instrument. Si elle paraît en retrait comparée à ses sœurs russe, franco-belge ou allemande, elle n'en offre pas moins quelques étoiles de première grandeur, parmi lesquelles émerge la forte personnalité de Salvatore Accardo, technicien d'une rare sûreté et styliste au lyrisme sobre e […] Lire la suite

ALTO

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 994 mots
  •  • 8 médias

Instrument de la famille des cordes, apparenté par sa forme au violon, l'alto est un peu plus grand que celui-ci – il mesure 67 centimètres environ, contre 59 –, est construit avec les mêmes matériaux et comporte le même nombre de pièces. Son archet est plus court mais plus lourd que celui du violon. Accordé une quinte au-dessous ( la - ré sol - do ), son étendue est de trois octaves et une tierce […] Lire la suite

ALTO, instrument

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 622 mots

Instrument à cordes de la famille des violons. L'alto est légèrement plus grand que le violon ; il mesure en moyenne 67 centimètres, dont 40 pour la caisse ; les éclisses ont 4 centimètres de hauteur vers le manche et 4,2 cm au bouton de cordier. L'alto est accordé une quinte au-dessous du violon, soit ut 2 et sol 2 (cordes filées), ré 3 et la  3 (cordes en boyau). L'écriture pour alto utilise […] Lire la suite

ARRANGEURS DE LA CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Serge ELHAÏK
  •  • 8 002 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Années 1950 : les arrangeurs des monstres sacrés de la chanson française et l’arrivée du vinyle »  : […] À partir du début des années 1950, les 78-tours sont progressivement remplacés par les disques vinyle 45-tours et 33-tours, popularisés auprès du grand public grâce aux progrès des techniques d’enregistrement (magnétophones multipistes, stéréophonie, etc.) et à la diffusion de la musique (juke-box, radio dont celle au transistor, télévision). Ce nouveau support permet l’enregistrement de plusieur […] Lire la suite

AUCLAIR MICHÈLE (1924-2005)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 171 mots

Violoniste française. Née dans une famille vouée aux arts, Michèle Auclair commence l'étude du violon, à quatre ans, avec Line Talluel. Elle poursuit sa formation au Conservatoire de Paris, sous l'égide de Jules Boucherit, Boris Kamenski et Jacques Thibaud. Lauréate du premier prix de violon au Concours international de Genève en 1945, elle va jouer dans des formations de renom, comme la Société […] Lire la suite

BAUMGARTNER RUDOLF (1917-2002)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 840 mots

Le nom du chef d'orchestre suisse Rudolf Baumgartner reste associé au Festival Strings Lucerne, orchestre de chambre dont il fut le fondateur et le directeur musical durant plus de quarante ans, de 1956 à 1998 ; cet ensemble a contribué au renouveau de l'interprétation de la musique baroque dans les années 1960, tout en accordant une large place aux œuvres contemporaines. Rudolf Baumgartner naît à […] Lire la suite

BÉRIOT CHARLES DE (1802-1870)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 311 mots

Le violoniste et compositeur belge Charles de Bériot est à l'origine de l'école franco-belge de violon, mêlant élégance classique et virtuosité technique, illustrée par Henry Vieuxtemps, Eugène Ysäye, Louis Persinger, Yehudi Menuhin, Isaac Stern, Arthur Grumiaux... Charles-Auguste de Bériot naît le 20 février 1802 à Louvain. Élève de Jean-François Tiby, il se produit en public dès l'âge de neuf a […] Lire la suite

BIBER HEINRICH IGNAZ FRANZ VON (1644-1704)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 368 mots

Compositeur autrichien né à Wartemberg en Bohême. Heinrich Biber est sans doute l'élève de Schmelzer à Vienne, puis entre comme violoniste au service du prince-évêque d'Olmütz. Engagé par le prince-évêque de Salzbourg en 1673, il devient son vice-maître de chapelle en 1679 et, en 1684, son maître de chapelle, poste qu'il conservera jusqu'à sa mort. L'empereur l'anoblit en 1690, ce qui confirme la […] Lire la suite

BOSKOVSKY WILLI (1909-1991)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 773 mots

Le nom de Willi Boskovsky est indissociable du traditionnel concert du Nouvel An qu'il dirigea à Vienne pendant un quart de siècle, devenant ainsi l'interprète par excellence de la musique viennoise. Il naît le 16 juin 1909 dans la capitale autrichienne et entre à l'âge de neuf ans à l'Académie de musique de Vienne, où il étudie le violon avec Mayrecker et Ernst Moravec. Il obtient son diplôme en […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Émile LEIPP, « VIOLON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/violon/