VAUDOIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mouvement vaudois, fondé par le Lyonnais Valdès dans le dernier quart du xiie siècle, s'était donné pour objectifs la prédication itinérante, confiée à des laïques, et la pratique d'une vie conforme à la perfection évangélique. En dépit des condamnations répétées dont il fit l'objet de la part de l'Église romaine, il se répandit à travers toute l'Europe. Au xve siècle, il entretint des rapports particuliers avec le mouvement hussite et adhéra à la Réforme, au cours du xvie siècle. Durement persécuté au xviie siècle, il ne put subsister que dans les vallées alpines à l'ouest de Turin. Les droits de la liberté religieuse lui furent accordés vers le milieu du xixe siècle, et, depuis lors, il s'est propagé dans toute l'Italie. Le nombre total des vaudois était estimé à 46 000 en 1985.

Les origines et l'expansion médiévale

Valdès ou Valdo (le prénom de Pierre n'est attesté qu'en 1368) était un riche marchand de Lyon qui, ardent à lire les Saintes Écritures, fut amené, vers 1175, à se convertir à la suite de la méditation des paroles de Jésus au jeune homme riche (Matth., xix, 16-22). Ayant vendu tous ses biens, il donna la moitié du produit à sa femme et à ses deux filles, consacrant l'autre moitié à secourir les gens les plus pauvres ainsi qu'à faire traduire la Bible en langue vulgaire et à en faire établir des copies. Il se mit alors à prêcher l'Évangile, faisant bien vite de nombreux disciples, qu'il rassembla en une fraternité soumise aux trois vœux monastiques et consacrée à la prédication itinérante, mais cette mission leur fut soudain interdite par l'archevêque de Lyon. Durant le IIIe concile du Latran, une délégation des vaudois fut reçue par le pape Alexandre III, qui approuva leur règle de vie, mais ne leur fit aucune concession particulière touchant au droit de prêcher et se contenta de les renvoyer, pour cela, à leur archevêque. N'ayant pas obtempéré aux injonctions de la hiérarchie, ils furent alors excommuniés par le concile de Vérone en 1184. Dès cette époque et au cours des xiiie et xive siècles, ils n'en continuèrent pas moins de se répandre en France, en Italie, dans les territoires de la Suisse actuelle, en Autriche, en Allemagne, atteignant les régions de la Baltique et, à l'est, la Bohême, la Moravie, la Hongrie et la Pologne. Au début du xiiie siècle, un certain nombre d'entre eux – le groupe des Pauperes catholici – revinrent dans le sein de l'Église romaine. Au synode de Bergame en 1218, les vaudois se divisèrent, selon les tendances qui se manifestèrent dans cette assemblée, en un rameau français – les Pauperes de Lyon – plus conservateur, et en un autre – les Pauperes lombards – plus ouvert à l'idée du travail.

Les vaudois possédaient partout des hospices (hospitia ou studia) où ils tenaient leurs réunions secrètes, avec les fidèles (amici, noti), et préparaient les futurs prédicateurs, appelés barba, c'est-à-dire « oncles ». Les femmes appartenant à la fraternité – sorores – faisaient vœu de chasteté et menaient une vie monacale. Les ministères traditionnels d'évêque (maior ou majoralis), de prêtre et de diacre étaient maintenus, et chaque année un synode était réuni (consilium generale). Les vaudois fondaient leur piété principalement sur le Sermon sur la montagne et sur d'autres paroles radicales de l'Évangile ; ils refusaient le serment, ainsi que toute effusion de sang, même de la part de l'autorité constituée ; ils condamnaient l'Église romaine pour ses richesses et sa corruption, et la société féodale comme étant faussement chrétienne.

S'appuyant sur l'Écriture, ils rejetaient les doctrines du purgatoire et des indulgences, ainsi que la vénération de Marie et des saints, mais, jusqu'à la Réforme, leurs conceptions théologiques demeurèrent essentiellement catholiques, attachés qu'ils étaient au libre arbitre, à la valeur positive des œuvres, aux sept sacrements, à la théorie de la transsubstantiation. Ils furent, au xve siècle, en relation avec le mouvement hussite, qui exerça sur leurs doctrines une influence notable, et avec les frères moraves, dont ils cons [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite de la faculté vaudoise de théologie de Rome

Classification

Autres références

«  VAUDOIS  » est également traité dans :

ALBIGEOIS (CROISADE CONTRE LES)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 4 147 mots
  •  • 2 médias

Le terme « albigeois » a servi, dès le milieu du xii e  siècle, à désigner les hérétiques du Languedoc, bien que l'Albigeois ne paraisse pas, aux yeux des historiens modernes (qui ont continué à user de cette appellation devenue traditionnelle), avoir été le principal foyer de l' hérésie. Dès 1146, Geoffroy d'Auxerre signale que le populus civitatis albigensis est infesté par l'hérésie. Le concil […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

24 janvier-11 février 2022 Suisse. Procès des militants de la ZAD du Mormont.

Le 11 février, le bureau du Grand Conseil vaudois envoie un courrier aux élus. Il leur enjoint de respecter l’indépendance de la justice et la séparation des pouvoirs. […] Lire la suite

9 décembre 2020 Suisse. Élection de Guy Parmelin à la présidence de la Confédération.

L’Assemblée fédérale élit le conseiller fédéral vaudois Guy Parmelin (Union démocratique du centre, droite extrême) à la présidence de la Confédération pour 2021, par 188 voix sur 202. Celui-ci était depuis janvier à la tête du département de l’Économie, de la Formation et de la Recherche. Guy Parmelin succèdera à Simonetta Sommaruga (Parti socialiste) le 1er janvier 2021. […] Lire la suite

6-13 janvier 2020 Suisse. Démission du président du Grand Conseil vaudois.

Le 6, le quotidien 20 Minutes révèle la condamnation par ordonnance pénale, en août 2019, du président du Grand Conseil vaudois Yves Ravenel (Union démocratique du centre) pour menaces qualifiées à l’encontre de son ex-épouse. Le 13, Yves Ravenel annonce sa démission de sa fonction ainsi que de son poste de député.  […] Lire la suite

5-11 juin 2018 Suisse. Protestation contre le deal de rue à Lausanne.

Le 11, le Parti socialiste vaudois, majoritaire à Lausanne, présente des mesures contre le deal de rue, que ses députés sont chargés de défendre devant le Grand Conseil : sanctions plus dissuasives, prévention dans les écoles, revalorisation des conditions de vie des demandeurs d’asile, aide aux consommateurs de drogue, test de consommation légale de cannabis. […] Lire la suite

14 février 2017 Suisse. Perquisition chez un député soupçonné d'héberger un clandestin.

La police perquisitionne en vain le domicile du député démocrate-chrétien vaudois Manuel Donzé qui est soupçonné d’héberger depuis juin 2016 un migrant afghan débouté de sa demande d’asile. Manuel Donzé appartient au collectif R de soutien aux migrants. Cette perquisition intervient le jour où le Grand Conseil du canton de Vaud débat du durcissement de la loi vaudoise sur les étrangers. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Valdo VINAY, « VAUDOIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vaudois/