e siècle" />

VAUDOIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'adhésion à la Réforme et les vicissitudes ultérieures

Au début du xvie siècle, il y avait encore des vaudois dans les Pouilles et en Calabre, dans le Piémont, en Dauphiné et en Provence. À la suite d'entretiens avec G. Farel, Œcolampade et Bucer, ils adhérèrent alors à la Réforme au synode de Chanforan (val d'Angrogne, Piémont), en 1532, mais cela ne se fit pas sans opposition de la part des éléments conservateurs. Ainsi le mouvement vaudois du Moyen Âge perdit-il ses caractéristiques particulières pour devenir une Église réformée. Les vaudois firent traduire la Bible en français (Neuchâtel, 1535) par Pierre Robert, dit Olivétan (1506 env.-1538), cousin de Calvin ; par la suite, ils adoptèrent comme confession de foi une refonte abrégée de la Confession gallicane de 1559, et s'organisèrent selon le système presbytérien et synodal.

Aux prédicateurs itinérants ils substituèrent des pasteurs résidents, qui, jusqu'au milieu du xixe siècle, se formèrent dans les académies de Genève, de Lausanne et de Bâle. Ils construisirent des églises depuis 1555 dans les vallées vaudoises, à l'ouest de Turin, et instituèrent le culte public, contribuant ainsi, sous la domination française, de 1536 à 1559, à la diffusion de la foi réformée dans le Piémont. Les vaudois des Pouilles et de Calabre furent exterminés par les persécutions (1560), et ceux du Dauphiné et de la Provence, ayant pris la dénomination de réformés, partagèrent le destin des Églises de la Réforme en France.

Au xviie siècle, les vaudois furent par deux fois durement persécutés : en 1655, la veille de Pâques (« Pâques piémontaises ») et en 1686, cette seconde persécution marquant le contrecoup, en Piémont, de la révocation de l'édit de Nantes. Expulsés de leurs vallées, ils s'enfuirent en Suisse, mais, en 1689, ils revinrent armés, conduits par leur pasteur et commandant Henri Arnaud et soutenus par Guillaume III d'Orange. Toutefois, en 1698, environ 3 000 d'entre eux furent de nou [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite de la faculté vaudoise de théologie de Rome

Classification


Autres références

«  VAUDOIS  » est également traité dans :

ALBIGEOIS (CROISADE CONTRE LES)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 4 146 mots
  •  • 2 médias

Le terme « albigeois » a servi, dès le milieu du xii e  siècle, à désigner les hérétiques du Languedoc, bien que l'Albigeois ne paraisse pas, aux yeux des historiens modernes (qui ont continué à user de cette appellation devenue traditionnelle), avoir été le principal foyer de l' hérésie. Dès 1146, Geoffroy d'Auxerre signale que le populus civitatis albigensis est infesté par l'hérésie. Le concil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croisade-contre-les-albigeois/#i_8541

Voir aussi

Pour citer l’article

Valdo VINAY, « VAUDOIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vaudois/