Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

VANDALES

On s'étonnera peut-être qu'un article consacré au peuple des Vandales comporte une partie sur l'art « vandale », alors même que cet adjectif et le substantif – vandalisme – sont toujours synonymes de destruction aveugle et de « non-culture ». Assez récente (Voltaire en 1732 pour vandale au sens figuré, la Révolution pour vandalisme), cette assimilation consacrée est aujourd'hui considérée par les historiens comme injustifiée sinon injuste, les méfaits guerriers des Vandales n'ayant été ni pires ni moindres que ceux des autres peuples barbares qui précipitèrent au ve siècle après J.-C. la chute de l'Empire romain.

La « longue marche » des Vandales (du début de notre ère à 429)

Vandales, Ier-VIe s. après J.-C.

Vandales, Ier-VIe s. après J.-C.

La « longue marche » qui conduisit les Vandales des confins de la Baltique à la Tunisie au cours des cinq premiers siècles de notre ère apparaît comme une véritable odyssée. Originaires de Scandinavie, « matrice des peuples » germaniques comme l'écrivait l'historien Jordanès au vie siècle après J.-C., les Vandales se fixèrent vers le début de notre ère sur les côtes méridionales de la Baltique, en Poméranie et en Poznanie. C'est alors que le nom de Vandale qui, selon Pline, s'appliquait aussi à d'autres peuples barbares, tels les Burgondes, ne qualifia plus que les peuples venus de Scandinavie. Ceux-ci se scindèrent à cette époque en deux groupes, les Hasdings (dont le nom, selon L. Musset, ne désigna que la famille royale), et les Silings dont les cheminements furent tour à tour distincts et communs.

Les Hasdings s'établirent tout d'abord entre les cours supérieurs de la Vistule et du Dniestr puis, comme les Goths, ils se dirigèrent vers la Dacie romaine (Roumanie actuelle) à la fin du iie siècle, sans parvenir à s'y installer. Ils descendirent ensuite vers le sud, remontant la vallée du Danube et s'établissant au milieu du iiie siècle en Pannonie (Hongrie actuelle). De leur côté, les Silings séjournèrent durablement en Silésie (à laquelle ils donnèrent leur nom), avant de se fixer dans le bassin du Main supérieur à la fin du iiie siècle.

L'arrivée des Huns en Occident chassa les Hasdings de Pannonie et provoqua dans les premières années du ve siècle leur jonction avec les Silings en compagnie desquels ils se dirigèrent vers le Rhin moyen. Ils y rencontrèrent d'autres Germains, les Suèves, et des nomades d'origine iranienne, les Alains, qui avaient également fui les Huns. Arrêtés par la frontière naturelle que constituait le fleuve ainsi que par la ligne fortifiée que les Romains avaient déployée sur sa rive gauche, ces peuples barbares (peut-être 250 000 âmes dont un quart ou un tiers de guerriers) parvinrent néanmoins à pénétrer dans l'Empire au cours des derniers jours de 406, alors que le Rhin était exceptionnellement gelé.

400 à 500. Royaumes barbares

400 à 500. Royaumes barbares

Les troupes romaines des frontières, constituées en grande partie par des auxiliaires germaniques, furent incapables d'intercepter l' invasion qui allait mettre à feu et à sang les provinces de Germanie et de Gaule pendant plusieurs années. Accompagnés des Suèves et d'une grande partie des Alains, les Vandales franchirent les Pyrénées à l'automne de 409, à la fois pour éviter le contact avec les armées de campagne romaines qui s'étaient ressaisies et pour trouver de nouveaux territoires à piller.

À cette nouvelle étape de leur histoire, les Silings et les Hasdings se séparèrent à nouveau. Les premiers se fixèrent dans la riche province de Bétique dans les années 411-412, mais écrasés, ainsi que les Alains, en 418 par les Wisigoths, à la solde de Rome, leurs survivants rejoignirent les Hasdings. Ceux-ci s'étaient établis en Galice, région qu'ils ne tardèrent pas à quitter en 419-420 en raison de son caractère inhospitalier et de leurs rapports difficiles avec leurs voisins[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur du musée des Antiquités nationales, Saint-Germain-en-Laye

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Vandales, Ier-VIe s. après J.-C.

Vandales, Ier-VIe s. après J.-C.

400 à 500. Royaumes barbares

400 à 500. Royaumes barbares

Autres références

  • ALGÉRIE

    • Écrit par Charles-Robert AGERON, Universalis, Sid-Ahmed SOUIAH, Benjamin STORA, Pierre VERMEREN
    • 41 835 mots
    • 22 médias
    Les Vandales, ces envahisseurs germaniques débarqués en 429, dominèrent bientôt l'ensemble de l'Afrique septentrionale : en 455, Genséric gouvernait tout le Maghreb romain. Les Vandales, qui étaient ariens, traitèrent en ennemies l'aristocratie romanisée et l'Église, et en alliés la masse...
  • BÉLISAIRE (500 env.-565)

    • Écrit par Joël SCHMIDT
    • 733 mots
    • 1 média

    À la veille du vie siècle, l'Empire romain morcelé par les royaumes barbares semble appartenir à une histoire définitivement révolue. Cependant, à Constantinople, l'empereur Justinien Ier cherche à retrouver l'unité de l'ancienne puissance romaine et à reconquérir à l'Occident...

  • DÉBUT DES GRANDES MIGRATIONS

    • Écrit par Patrick PÉRIN
    • 201 mots

    Dès le iiie siècle avant notre ère, il y eut de multiples mouvements de peuples germaniques à partir de l'Europe du Nord, mais qui ne menacèrent pas directement le monde romain, sinon par des raids sans lendemain, notamment au milieu du iiie siècle de notre ère. L'année 375 marque...

  • EMPIRE ROMAIN ET BARBARES AU IVe SIÈCLE - (repères chronologiques)

    • Écrit par Xavier LAPRAY
    • 259 mots

    325 Réforme de l'armée par Constantin qui institue une armée de manœuvre et une armée de frontière.

    351 Bataille de Mursa, la plus sanglante du ive siècle, durant la guerre civile entre l'empereur Constance II et l'usurpateur Magnence.

    357 Victoire de l'armée romaine sur les...

  • Afficher les 10 références

Voir aussi