TYPOLOGIE, sociologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mot « typologie » apparaît au xixe siècle pour désigner les types ou les classifications des sciences de la nature, et différencier leur mode d'élaboration « scientifique » des classifications communes ou des types des philosophes et des exégètes bibliques. Il implique, comme en philosophie, une explicitation raisonnée des principes « essentiels » des êtres et des choses mais aussi des méthodes expérimentales validant des hypothèses.

La sociologie adapte ce mode d'élaboration pour expliquer et comprendre les sociétés humaines. Auguste Comte la place au premier rang de sa typologie des sciences : toute pensée et toute organisation sont une construction historique et sociale. L'ambition est grande : elle soutient d'abord la mise en œuvre de macrotypologies de l'évolution des sociétés qui différencient la sociologie d'autres sciences sociales. Les typologies limiteront ensuite leurs objets tout en approfondissant leurs méthodes et en prenant distance avec le modèle « positiviste » des sciences de la nature.

Les macrotypologies des pères fondateurs posent des principes durables. Émile Durkheim en énonce dans les Règles de la méthode sociologique : expliquer le social par le social ; chercher les causes et les fonctions dans l'histoire ; les classer en privilégiant leurs manifestations les plus visibles et durables ; les relier logiquement entre elles (Max Weber dira « comprendre », on parlera de causalité structurale). Pour Durkheim, « la sociologie est comparative » : elle compare des hypothèses et leurs effets attendus aux faits sociaux observables, compare les variations des types sociaux ainsi définis. Karl Marx et Max Weber posent des principes analogues avec d'autres accentuations. La « domination » du mode de production est fortement affirmée par Marx ; pour Weber la méthode est « idéaltypique » et implique de privilégier des points de vue et des concepts dont « on ne peut savoir s'ils sont pur jeu de la pensée ou féconds pour la science » avant de « leur comparer la réalité ».

Ils retiennent des déterminants communs (démographie, économie, droit, etc.) mais ceux qu'ils privilégient les opposent. Marx classe les sociétés en fonction de leur mode de production. Selon Durkheim, la différenciation croissante des sociétés est une augmentation de « densité morale » qui induit une division sociale du travail, un autre type de solidarité (plus fonctionnelle, moins communautaire) et une rationalisation et individualisation croissantes ; trop rapide, l'évolution entraîne une anomie morale et juridique dans les sociétés capitalistes. Weber quant à lui analyse ce que l'esprit du capitalisme doit à un type d'éthique protestante.

Tandis que l'héritage de Marx a été clivé par la guerre froide puis disqualifié par le néolibéralisme, les analyses durkheimiennes perdurent pendant près d'un demi-siècle, aux États-Unis notamment. En référence aussi à Ferdinand Tönnies, une opposition binaire entre communautés (traditionnelles) et sociétés (modernes) se décline sous des intitulés divers : sociétés closes et ouvertes (Karl Popper), sacrées et profanes (Ernest Becker), etc. La rationalité, l'autonomisation de la culture et des individus y sont souvent valorisées. Dans les typologies, on emprunte aussi à Weber les notions de différenciation du monde de l'action et de la pensée, du savant et du politique, des types de morale, de gestion du sacré, de rationalité et de légitimité. Weber n'a cessé de retravailler ces notions. Ses macrotypologies (économie, droit, religion...) sont, en ce sens, inabouties. Leurs exigences préfigurent une évolution vers des objets plus limités, des déterminations plus complexes de typologies plus ouvertes. Essais de synthèse des macrotypologies, celles de Talcott Parsons et Robert K. Merton en annoncent aussi le déclin. Norbert Elias aura le sentiment de renouer avec elles en étudiant le long processus de civilisation et d'intériorisation des contraintes par les individus. Son analyse détaillée des comportements et des interactions participe pourtant d'une orientation nouvelle.

Les typologies s'articulent en effet de plus en plus à des recherches « empiriques ». Les divergences entre « recherche de terrain qualitative » et « enquête quantitative » s'accusent. Chacune affine ses méthodes, l'une plutôt pour comprendre, l'autre pour expliquer des objets qui se différencient. Mais des orientations descriptives (sociographiques ou statistiques) détournent parfois du principe des typologies : expliquer et comprendre.

Intégrant des observations de terrain, les typologies analysent des pratiques et des interactions, et affinent sur des « cas construits » des grilles de lecture applicables à d'autres. Trois exemples illustrent la limitation progressive des objets.

Pierre Bourdieu engage une typologie des « champs sociaux » (économique, politique, culturel...), en analyse des types (champ littéraire, de la mode, des institutions éducatives, de l'économie...). Chacun structure, en les polarisant, les positions occupées dans son espace ainsi que les pratiques, les représentations, les stratégies et les interactions de ceux qui les occupent. L'accès à ces positions dépend des types de trajectoires qui déterminent les volumes et les structures des « espèces de capital » détenu. Cette typologie est ouverte à d'autres « cas » d'une histoire structurale des champs qu'elle aide alors à construire.

Observant la condition des malades mentaux en hôpital psychiatrique, Erving Goffman articule le projet réformateur (guérir) et la surveillance généralisée de l'institution à son système de contraintes auxquelles les « internés » répondent par des stratégies d'adaptation et de résistance qui sont tenues pour autant de symptômes. L'hôpital est un type d'« institution totale » parmi d'autres (foyers, internats, monastères, prisons...). Son analyse engage une typologie des interactions. Grille d'analyse ouverte, elle est applicable à l'étude d'autres institutions totales et d'autres interactions sociales.

Des microtypologies sont plus ouvertes encore. Qu'il s'agisse des types de carrières déviantes dont Howard S. Becker compare la genèse ou des [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TYPOLOGIE, sociologie  » est également traité dans :

FOLKLORE

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT
  •  • 12 224 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les genres »  : […] En guise de définition – et en raison du fait qu'il est si difficile de définir le folklore –, les savants de l'ère postérieure se sont souvent contentés d'énumérer les différents genres de celui-ci. De toute manière, la question du classement se pose de façon urgente à qui entreprend un manuel de folklore ; mais on n'y a répondu jusqu'à présent qu'empiriquement et au prix de pis-aller. La solutio […] Lire la suite

LIBIDO

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 11 318 mots

Dans le chapitre « Vers une typologie des variations individuelles »  : […] À mesure que s'étend le domaine de la libido paraît cependant se restreindre son contenu. Prenant pour thème initial l'expérience commune de l'appétit sexuel, nous avons en effet assisté à la construction de ce concept par vagues successives, chacun des temps de son élaboration traduisant un renforcement de la dépendance de la libido vis-à-vis de la pulsion. En un premier temps, sous la perspectiv […] Lire la suite

PSYCHOMOTRICITÉ

  • Écrit par 
  • Michel BERNARD
  •  • 3 266 mots

Dans le chapitre « Syndromes et types psychomoteurs selon Wallon »  : […] Le mouvement n'intervient pas seulement dans le développement psychique de l'enfant, il influe aussi sur son comportement proprement individuel. Chaque individu a une complexion motrice personnelle qui dépend des réglages variables de ses différentes activités musculaires. C'est ce que Wallon appelle un « type psychomoteur ». Or il y a, selon lui, autant de types qu'il y a de possibilités de défa […] Lire la suite

SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 9 280 mots

Dans le chapitre « Typologie des sociétés globales »  : […] Avant que de s'interroger sur cet acte fondateur, il est intéressant de poursuivre – pour en préciser les limites – la démarche du sociologue qui entreprend de dénombrer et de classer les sociétés dans lesquelles il voit des réalités. Il ne peut y parvenir qu'à la condition de faire des regroupements à partir de critères jugés pertinents, c'est-à-dire de forger des types. «  Il semblait, observe D […] Lire la suite

SPENCER HERBERT (1820-1903)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 3 676 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'extension à la sociologie du « postulat universel » »  : […] La connaissance unifiée devait précisément résulter du système rationnel élevé sur le principe de la persistance de la force reconnu agissant dans l'« organique » comme dans le « sur-organique », domaine pour l'étude duquel Spencer a emprunté au premier quelques notions essentielles. Revus par Huxley pour la zoologie et par Hooker pour la botanique, les Principes de biologie (1864-1867), ouvrage […] Lire la suite

WEBER MAX (1864-1920)

  • Écrit par 
  • Julien FREUND
  •  • 3 661 mots

Dans le chapitre « L'œuvre sociologique »  : […] Weber est le maître de la sociologie compréhensive. Il n'exclut nullement les autres formes de la sociologie, mais il veut insister sur le fait que, puisqu'elle porte sur des relations et des institutions qui sont le fruit d'une activité poursuivant des fins et cherchant à promouvoir des valeurs, on ne saurait rendre compte valablement de la réalité sociale par la seule explication causale. Il fa […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Claude COMBESSIE, « TYPOLOGIE, sociologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/typologie-sociologie/