Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TROUS NOIRS

Détection des trous noirs primordiaux

On l’a vu, la théorie prédit l’existence de trous noirs dits « primordiaux » car ils auraient été engendrés lors du big bang, bien avant l’apparition des premières étoiles et des premières galaxies. De fait, ce type de trous noirs peut se former sur une plage temporelle de quelques secondes, leur masse étant directement proportionnelle à leur date de création. Un trou noir primordial créé au temps de Planck (10-43 s après le big bang) aurait la masse minimale de 10–5 g, alors qu'un trou noir formé une seconde après ferait 100 000 MS.

Mais les trous noirs primordiaux existent-ils vraiment ? Diverses contraintes observationnelles limitent sérieusement leur nombre sans exclure complètement leur existence. Les plus massifs d’entre eux devraient accréter de la matière et rayonner dans les domaines X et radio. Il est possible que certaines sources de type HLX, mentionnées précédemment à propos des trous noirs intermédiaires, soient liées à des trous noirs primordiaux, mais ces sources sont extrêmement rares. Les trous noirs primordiaux dont la masse dépasserait environ 1 000 MS induiraient des dislocations de systèmes d’étoiles doubles, d'amas globulaires ou de bulbes galactiques (parties centrales des galaxies spirales), phénomènes non encore observés. Les trous noirs primordiaux de masses comprises entre 1017 g (100 milliards de tonnes, soit la masse d’un gros astéroïde) et 1035 g (environ 100 MS) produiraient quant à eux des effets de microlentille gravitationnelle (phénomène induit par la présence d’un objet céleste de masse stellaire situé entre l’observateur et une source lumineuse lointaine, provoquant sur cette dernière des distorsions d’image). L’absence d’effet probant apporte là encore de fortes contraintes sur leur nombre.

En bas de l'échelle des masses (cas des microtrous noirs), c'est l'effet du rayonnement de Hawking qui offre une contrainte expérimentale encore plus forte. La durée de vie d'un trou noir avant son évaporation complète dépend de sa masse : plus le trou noir est petit, plus il s'évapore vite. Les trous noirs primordiaux de masse inférieure à 4 × 1014 g se sont évaporés en un temps plus court que l’âge de l’Univers et ne peuvent donc plus subsister aujourd’hui. Resteraient donc les trous noirs primordiaux de masse comprise entre 4 × 1014 g et 1017 g, qui seraient en train de s'évaporer dans notre Galaxie. Rappelons que la taille de ces trous noirs hypothétiques serait microscopique, inférieure à celle d’un atome.

Mais plus ils sont petits, plus leur rayonnement de Hawking est énergétique, les derniers stades de leur évaporation pouvant produire toutes sortes de particules et d'antiparticules, notamment des électrons et des positrons. On sait calculer le spectre en énergie des particules et des photons issus de l'évaporation de Hawking. Pour des trous noirs de masse inférieure à 1017 g, la fin de l'évaporation doit se solder par un rayonnement très énergétique de type gamma, ainsi que par des électrons et positrons de quelques dizaines de mégaélectronvolts (MeV, unité d’énergie équivalente à une température de 11 milliards de degrés). Les observations des photons ultra-énergétiques formant ce qu'on appelle le fond gamma extragalactique sont sujettes à de grandes incertitudes, mais en tout état de cause elles réduisent la densité de microtrous noirs primordiaux à un niveau extrêmement bas : moins de 100 par année-lumière cube. La probabilité que l’un d’entre eux fasse irruption dans notre système solaire est donc infinitésimale. Quant au fond d’électrons et de positrons éventuellement produit, des mesures effectuées en 2018 par un petit détecteur de particules équipant la sonde Voyager-1 (lancée en 1977) montrent là encore que, si les microtrous noirs peuvent certes exister dans notre Galaxie,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche émérite au CNRS, laboratoire d'astrophysique, Marseille

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Puits gravitationnel créé par un trou noir - crédits : J.-P. Luminet

Puits gravitationnel créé par un trou noir

Formation de trous noirs stellaires et sursauts gamma - crédits : J.-P. Luminet

Formation de trous noirs stellaires et sursauts gamma

Galaxie NGC 1277 - crédits : NASA/ ESA/ Andrew C. Fabian/ Remco C. E. van den Bosch (MPIA)

Galaxie NGC 1277

Autres références

  • PREMIÈRE IMAGE DU TROU NOIR DE NOTRE GALAXIE

    • Écrit par Jean-Pierre LUMINET
    • 1 695 mots
    • 2 médias

    Le 12 mai 2022, la collaboration du réseau international de radiotélescopes EHT (Event Horizon Telescope) a révélé au public l’image de Sagittarius A* (SgrA*), le trou noir supermassif situé au centre de notre Galaxie (la Voie lactée), à 27 000 années-lumière de la Terre. Avant cette date, son...

  • PREMIÈRE IMAGE TÉLESCOPIQUE D'UN TROU NOIR

    • Écrit par Jean-Pierre LUMINET
    • 1 009 mots
    • 1 média

    Prédits dans le cadre de la théorie de la relativité générale, les trous noirs sont certainement les objets les plus mystérieux du cosmos. En raison de leur nature même de pièges à matière et à lumière, ils ne sont pas directement observables. Si les effets indirects qu’ils induisent sur leur...

  • TROU NOIR DE MESSIER 87

    • Écrit par Bernard PIRE
    • 363 mots
    • 1 média

    Deux cents ans après que Pierre-Simon de Laplace a imaginé l'existence d'étoiles si denses que la lumière ne peut s'en échapper, les astronomes de la N.A.S.A. présentent en 1994 des indices significatifs en faveur de la découverte d'un trou noir. Les observations de la galaxie elliptique...

  • TROU NOIR DE NGC 1365

    • Écrit par Bernard PIRE
    • 363 mots
    • 1 média

    Grâce au télescope spatial NuSTAR (Nuclear Spectroscopic Telescope Array), une équipe internationale d'astronomes, conduite par Guido Risaliti, professeur à Florence (Italie), a observé la rotation extrêmement rapide du trou noir situé au centre de la galaxie NGC 1365. Ce trou noir, dont la masse...

  • ASTRE ou OBJET CÉLESTE

    • Écrit par Marc LACHIÈZE-REY
    • 1 244 mots

    Le nom d'« astre » s'applique à tout corps céleste. Pour l'astronome de l'Antiquité, il désignait l'une des quelques milliers d'étoiles suffisamment brillantes pour être visibles à l'œil nu ou l'une des sept planètes (du grec planêtes[asteres],...

  • ASTROPARTICULES

    • Écrit par Pierre BAREYRE
    • 2 125 mots
    • 1 média
    ...en évidence à haute énergie par les détecteurs au sol. Markarian 501 a présenté en 1997 des bouffées de forte intensité dans les domaines X et gamma. Les sources ont pour origine des phénomènes dans des galaxies dites à noyau actif où un trou noir central supermassif (1 milliard de masses solaires)...
  • CHANDRASEKHAR SUBRAHMANYAN (1910-1995)

    • Écrit par Bernard PIRE
    • 1 018 mots
    ...l'effondrement dû aux forces gravitationnelles est le phénomène marquant de leur vieillesse. C'est ainsi qu'apparaissent naines blanches, étoiles à neutrons ou trous noirs, extraordinaires objets où les conditions physiques qui y règnent sont si extrêmes que les interactions fondamentales « habituelles » agissent...
  • EINSTEIN ET LA RELATIVITÉ GÉNÉRALE, LES CHEMINS DE L'ESPACE-TEMPS (J. Eisenstaedt)

    • Écrit par Bernard PIRE
    • 961 mots

    Si les principes et les conséquences de la théorie de la relativité restreinte ont été souvent, et parfois de façon excellente, vulgarisés, la complexité mathématique de la théorie d'Einstein de la gravitation – appelée relativité générale – est telle qu'elle n'est appréciée que d'un petit nombre...

  • Afficher les 25 références

Voir aussi