Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CHANDRASEKHAR SUBRAHMANYAN (1910-1995)

Américain d'origine indienne, Subrahmanyan Chandrasekhar est l'un des plus grands astrophysiciens du xxe siècle. On lui doit notamment une découverte qui entraînera un profond bouleversement dans l'évolution des idées concernant le destin ultime des étoiles : dans un célèbre article publié en 1931, il démontra l'existence d'une masse maximale des étoilesnaines blanches – dite limite de Chandrasekhar –, ouvrant ainsi la voie aux travaux qui aboutiront à la prédiction des étoiles à neutrons et des trous noirs. En 1983, Chandrasekhar recevra le prix Nobel de physique – partagé avec William A. Fowler, un des fondateurs de l'astrophysique nucléaire –, « pour ses études théoriques des processus physiques fondamentaux régissant la structure et l'évolution des étoiles ».

De Cambridge à Chicago

Né le 19 octobre 1910 à Lahore, importante ville de l'Empire britannique des Indes (aujourd'hui capitale du Pendjab pakistanais), Subrahmanyan Chandrasekhar est issu d'une famille nombreuse, aisée et cultivée (un de ses oncles, sir Chandrasekhara Venkata Raman, se verra attribuer le prix Nobel de physique en 1930 et jouera un rôle de premier plan dans l'établissement des institutions indiennes de recherche scientifique). Après des études secondaires et universitaires à Madras (1925-1930), le jeune Subrahmanyan – il a dix-neuf ans – obtient du gouvernement indien une bourse qui va lui permettre de parfaire ses connaissances au Trinity College de l'université de Cambridge, qu'il rejoint en 1930 et où il passera son doctorat en 1933, avant d'y occuper un poste pendant quatre ans ; il s'y lie d'amitié avec Arthur Stanley Eddington et Edward Arthur Milne. En 1937, il part pour l'université de Chicago, où il poursuivra durant plus de cinquante ans une carrière extraordinairement prolifique. Il obtient la nationalité américaine en 1953. Chandrasekhar meurt à Chicago le 21 août 1995. La reconnaissance, tardive, du comité Nobel couronnera une impressionnante somme de travaux théoriques, dont les plus accessibles concernent la structure et l'évolution des étoiles.

Le satellite d'astronomie X de la N.A.S.A. Chandra X-ray Observatory, placé sur orbite par la navette spatiale Columbia le 23 juillet 1999, a été nommé en son honneur.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche émérite au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • GRAVITATION ET ASTROPHYSIQUE

    • Écrit par Brandon CARTER
    • 8 922 mots
    • 3 médias
    ...supérieures à la valeur caractéristique donnée en (20) (déduction confirmée ultérieurement par les travaux plus détaillés de M. Schwarzschild et d'autres), Subrahmanyan Chandrasekhar obtint en 1931 un résultat encore plus remarquable en montrant qu'à la fin de sa vie active (après épuisement de toutes les...
  • TROUS NOIRS

    • Écrit par Jean-Pierre LUMINET
    • 12 848 mots
    • 13 médias
    ...(1911-2008), qui en 1968 a donné le nom de « trous noirs » à ces astres (auparavant appelés astres invisibles ou occlus, étoiles gelées, cercles magiques…) ; le Prix Nobel de physique 1983 Subrahmanyan Chandrasekhar (1910-1995) et celui de 2020 Roger Penrose (né en 1931) ; l’Italien Remo Ruffini (né en 1942) ;...
  • UNIVERS

    • Écrit par Jean AUDOUZE, James LEQUEUX
    • 6 652 mots
    • 18 médias
    ...ou II. Les parties centrales des supernovae subsistent non pas sous forme de naines blanches mais d'étoiles à neutrons (ou pulsars). Comme l'a montré Subrahmanyan Chandrasekhar, lorsque la masse de l'étoile résiduelle dépasse une limite égale à 1,44 masse solaire, l'étoile devient une étoile à neutrons...

Voir aussi