TROUBLES OBSESSIONNELS COMPULSIFS (TOC)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fréquence et conséquences des TOC

Les TOC touchent près de 2 % de la population générale, quel que soit le pays d’origine, et concernent toutes les couches sociales. Une fois que le patient a atteint l’âge adulte, la maladie se stabilise généralement, mais dans des proportions très variables. Certains patients deviennent prisonniers de leurs TOC et se trouvent dans l’incapacité de travailler ou d’avoir une vie sociale satisfaisante, ce qui a souvent des conséquences dramatiques comme la survenue de dépressions par épuisement, voire des tentatives de suicide. D’autres patients, en proportion plus grande, sans que l’on en comprenne exactement les raisons – meilleure identification de leurs symptômes ? moindre adhésion à la croyance obsédante ? meilleure réponse aux thérapeutiques biologiques, physiques ou comportementales ? –, peuvent vivre à peu près normalement, mais au prix d’efforts constants pour faire face à la maladie.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur des Universités, praticien hospitalier

Classification

Autres références

«  TROUBLES OBSESSIONNELS COMPULSIFS (TOC)  » est également traité dans :

PSYCHOLOGIE CLINIQUE DES TROUBLES OBSESSIONNELS COMPULSIFS

  • Écrit par 
  • Martine BOUVARD
  •  • 1 060 mots

Les obsessions et les rituels sont décrits depuis très longtemps : par exemple, la scrupulosité morbide – qui peut s’apparenter à la rumination obsessionnelle – rapportée par les moines, en médecine les « monomanies raisonnantes » d’Esquirol ou encore la folie du doute notée par Legrand du Saulle évoquent des caractéristiques du trouble obsessionnel compulsif. Cependant, il revient à Pierre Janet […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bruno MILLET, « TROUBLES OBSESSIONNELS COMPULSIFS (TOC) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/troubles-obsessionnels-compulsifs-toc/