TRADITIONALISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Éviter toute rupture avec la tradition, parce qu'elle est le siège de la vérité, préserver les anciennes formes et valeurs politiques, religieuses, morales, parce qu'elles sont l'expression spontanée des vrais besoins d'une société, telle est l'essence du traditionalisme. Il a, certes, existé dans l'histoire autant de traditionalismes que de traditions. Mais la tradition en tant que telle peut être rattachée à la coutume, référence dans la mutualité médiévale à toute action et à tout jugement, et qui postulait qu'était bon ce qui venait des parents, ce qui avait toujours été fait. La renaissance du droit romain au xiiie siècle devait peu à peu substituer le droit écrit au droit coutumier, la raison à l'expérience, l'abstrait au concret. Du choix du passé dépend le caractère conservateur ou, au sens propre du terme, réactionnaire du programme. En tant que référence à une histoire, la pensée traditionaliste de chaque pays présente de nécessaires singularités : le traditionalisme anglo-saxon, par exemple, est, en raison du caractère « conservateur » de ses révolutions, différent à bien des égards des systèmes réactionnaires français. En France même, depuis l'école théocratique de la Restauration, le traditionalisme n'est pas davantage que les autres familles d'esprit demeuré à l'abri des évolutions. En dépit de ces diversités, pourtant, il existe un fonds commun d'idées, de goûts et de sentiments qui donne à la doctrine une homogénéité certaine.

À toute époque, surtout dans les périodes de troubles et de bouleversements, des hommes ont proclamé leur fidélité aux traditions et leur scepticisme devant la légitimité et l'efficacité des innovations. Mais, pour que le traditionalisme devienne conscient, pour qu'il atteigne la cohérence d'une doctrine, il a fallu les profondes remises en question opérées par la philosophie des [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TRADITIONALISME  » est également traité dans :

ACTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean TOUCHARD
  • , Universalis
  •  • 5 171 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Doctrine de l'Action française »  : […] On n'évoquera pas ici les idées et la personnalité du fondateur de l'Action française avec sa barbiche et son feutre noir, sa surdité, son intransigeance, sa passion pour le Midi méditerranéen et pour la Grèce antique, son goût pour la poésie, son culte de la rigueur, de l'ordre et de la raison, sa manie de corriger sans cesse par d'indéchiffrables ratures les manuscrits de ses articles quotidiens […] Lire la suite

ANOMIE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 3 989 mots

Dans le chapitre « Anomie, désorganisation et démoralisation sociales »  : […] L'idée que la satisfaction de l'individu est liée à l'existence de cadres sociaux stables qui lui permettent d'organiser son comportement et ses désirs en fonction d'un système d'attente défini a été démontrée par de nombreuses études. Ainsi, Thomas et Znaniecki, dans la magistrale étude qu'ils ont consacrée aux paysans polonais transplantés aux États-Unis, montrent bien comment l'absence de cadr […] Lire la suite

ART SOUS L'OCCUPATION

  • Écrit par 
  • Laurence BERTRAND DORLÉAC
  •  • 7 392 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le grand retour »  : […] Si l'art fut utilisé par le pouvoir économique et politique, il était, depuis longtemps, largement appelé au chevet de la nation malade et sommé de redescendre sur la place publique par les critiques et les artistes eux-mêmes. À gauche comme à droite, dès le début des années 1930, on n'avait cessé de rappeler à l'artiste sa mission de citoyen engagé au service du « peuple » ou de la « masse ». Le […] Lire la suite

CARLISME

  • Écrit par 
  • Louis URRUTIA-SALAVERRI
  •  • 1 140 mots

Dans une Espagne qui suit, à une certaine distance, l'évolution de l'Europe occidentale, plusieurs générations carlistes se succèdent. La première génération est celle qui combat pour le prétendant don Carlos (« Charles V » pour ses fidèles) ; elle fait la guerre de 1833 à 1840, avec Tomás de Zumalacárregui comme chef, avec l'infant don Sebastián, Maroto et Cabrera (après la signature de la conven […] Lire la suite

CATHOLICISME - La crise postconciliaire

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU
  •  • 5 636 mots

Dans le chapitre « Un symptôme français : le cas Lefebvre »  : […] L'affaire Lefebvre est déjà de l'archéologie. Elle a quitté le théâtre des mass media. Enrichis et confortés par le flash estival de 1976 qui les a un moment sortis de l'ombre, les réseaux traditionalistes reprennent leurs activités, dont l'histoire remonte au début de ce siècle. Leur recrutement s'est accru un peu ; leurs capitaux, beaucoup, mais sans que s'en trouve modifiée une structure très […] Lire la suite

CATHOLICISME - Le pontificat de Benoît XVI

  • Écrit par 
  • Giancarlo ZIZOLA
  •  • 5 804 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le défi lefebvriste »  : […] Les cardinaux « conciliaristes » ont commencé à se demander si le pape, enfermé dans sa bibliothèque et entouré de rares conseillers de valeur, avait assez d'autorité face aux vieux noyaux traditionalistes de la curie romaine, étant donné son empathie intellectuelle envers les secteurs qui n'ont jamais accepté l'abandon de l'esprit de croisade, le dialogue avec le mouvement œcuménique, avec la mo […] Lire la suite

CATHOLICISME LIBÉRAL ET CATHOLICISME SOCIAL

  • Écrit par 
  • René RÉMOND
  •  • 7 261 mots

Dans le chapitre « De l'initiative spontanée... »  : […] L'accord sur ces quelques intuitions fondamentales laissait un large champ à l'initiative. À partir de la dénonciation, ambiguë, de l'injustice existante et du procès de la société libérale, on pouvait aussi bien déduire le retour à un ordre antérieur que s'orienter vers la recherche d'un ordre nouveau. L'histoire du catholicisme social est en partie celle de l'alternance entre ces deux attirances […] Lire la suite

CONSERVATISME

  • Écrit par 
  • Jacques ELLUL
  •  • 409 mots

Terme formé à partir de celui de « conservateur », lequel désignait originellement un gardien des droits ou des privilèges, en un sens essentiellement juridique (ainsi, dans le titre de conservateur des hypothèques, des classes, des eaux et forêts). Le terme de conservateur prit une signification différente lorsqu'il s'appliqua non plus à une personne remplissant une fonction, mais à un parti : il […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL - Sociologie

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER
  •  • 6 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La dynamique du traditionalisme »  : […] La notion de traditionalisme reste imprécise. Elle est vue comme continuité, alors que la modernité est rupture. Elle est, le plus souvent, définie par la conformité à des normes immémoriales, celles que la « tradition » transmet par tout un ensemble de procédures. En fait, la notion ne peut être déterminée avec plus de rigueur que si l'on tente de différencier les diverses manifestations actuell […] Lire la suite

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les précurseurs de l'Espagne moderne »  : […] La nécessité de retrouver la vérité historique de l'Espagne et de lui donner les meilleures chances de s'accomplir se fait de plus en plus manifeste dans les consciences. La volonté de réforme qui, continuellement, est le sel de la vie souterraine de l'Espagne, s'incarne dans la grande figure de Joaquín Costa, promoteur d'une politique hydraulique, historien des origines espagnoles du socialisme […] Lire la suite

Pour citer l’article

François BURDEAU, « TRADITIONALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/traditionalisme/