AMNESTY INTERNATIONAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Créé en 1961, à l'inspiration de Peter Benenson, avocat britannique, Amnesty International est une organisation internationale non gouvernementale. Cette organisation, dont le siège est à Londres, œuvre en faveur des personnes emprisonnées pour des « raisons de conscience », hommes ou femmes auxquels leurs croyances, leur origine ethnique ou leur appartenance religieuse ou politique valent de se voir privés de leur liberté (aide et assistance ne leur étant toutefois apportées que sous réserve qu'ils n'aient jamais usé de la violence ou invoqué son recours). Amnesty s'oppose également et sans réserve à toutes les formes de torture et à la peine de mort ; l'organisation mène sur ces thèmes une action vigoureuse auprès des gouvernements et de l'opinion internationale. Elle œuvre à l'application par les gouvernements des règles définies par les Nations unies en matière de traitement des prisonniers.

Amnesty entretient des sections dans plus de cinquante pays et se voit reconnaître le caractère d'organisme à voix consultative auprès de l'O.N.U. — auprès, notamment, de son Conseil économique et social (Ecosoc) —, de l'U.N.E.S.C.O., du Conseil de l'Europe et de l'Organisation des États américains ; elle jouit d'un statut d'observateur auprès de l'Union africaine. Elle tire la presque totalité des fonds dont elle dispose des collectes réalisées par ses membres. Amnesty International regroupe plus d'un million d'adhérents et de donateurs dans plus de cent cinquante pays et territoires.

Afin de s'assurer de l'exacte observation des règles de droit international par les tribunaux qui ont à juger d'affaires politiques, afin d'enquêter sur les conditions d'internement et les allégations de torture, Amnesty entreprend chaque année de nombreuses missions : ses envoyés sont présents comme observateurs lors de procès dont l'issue est présumée critique ; ils établissent des rapports sur ces procès et recueillent sur place des informations concernant les personnes emprisonnées pour leurs opinions. De telles missions sont habituellement composées de juristes faisant figure d'experts distingués, de diplomates ayant quitté leurs fonctions ou de spécialistes reconnus.

Depuis la fondation d'Amnesty, des dizaines de milliers de prisonniers ont été libérés à la suite de son intervention. Même lorsque les efforts déployés par l'organisation ne permettent pas d'atteindre un tel résultat, l'intervention faite en faveur d'un prisonnier rappelle à celui-ci qu'il n'est pas seul et renforce la pression internationale pour le respect des droits de l'homme.

L'un des points principaux sur lesquels Amnesty centre son action est l'aide et l'assistance apportées aux familles des prisonniers pour lesquels elle intervient et à ces prisonniers mêmes : elle fournit les médicaments spéciaux requis par l'état de tel ou tel prisonnier ; elle donne les livres nécessaires aux étudiants dont l'arrestation a interrompu les études ; elle adresse des subsides aux familles des victimes pour leur permettre de subvenir aux dépenses en vêtements, en aliments et en frais de scolarité ; elle aide enfin les prisonniers libérés à trouver un emploi.

Face à l'extension alarmante de la torture, pratique à laquelle de par le monde on recourt comme à un instrument de gouvernement et à une arme de pression politique, Amnesty a lancé, dès 1972, une grande campagne pour l'abolition de la torture. Une Conférence internationale sur la torture s'est tenue à Paris en décembre 1973. En 1974, son président, Sean MacBride (mort en 1988), reçut le prix Nobel de la paix, et en 1977 ce fut le tour de l'organisation elle-même, les jurés d'Oslo entendant témoigner par cette double récompense de l'attention qu'ils portent à la protection internationale des droits de l'homme.

Au cours des dernières années, Amnesty International a publié un certain nombre de rapports importants et documentés dénonçant les incarcérations politiques pratiquées par les gouvernements de pays aussi différents que l'Indonésie, la Turquie, la Russie, le Paraguay, les Philippines, l'Iran, la Corée, le Brésil, les États-Unis, la Chine, etc. Ces différents rapports fournissent à l'opinion mondiale des renseignements chiffrés [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  AMNESTY INTERNATIONAL  » est également traité dans :

ACTION ET DROIT HUMANITAIRES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CABOUAT
  •  • 687 mots

Février-octobre 1863 À l'initiative d'Henry Dunant, création à Genève du Comité international et des Sociétés nationales de secours aux militaires blessés. 22 août 1864 Signature de la Convention de Genève pour l'amélioration du sort des militaires blessés dans les armées en campagne. 11 mars 1865 Création de la Croix-Rouge française. 1867 La première Conférence internationale de la Croix-Rouge a […] Lire la suite

BENENSON PETER (1921-2005)

  • Écrit par 
  • Michel TAUBE
  •  • 858 mots

L'histoire retiendra certainement que Peter Benenson fut, à quarante ans, le père fondateur d'Amnesty International, son inspirateur et sa conscience. Mais l'on sait moins qu'il consacra toute sa vie aux droits humains. Petit-fils d'un banquier juif russe émigré, il naquit à Londres le 31 juillet 1921. Orphelin à neuf ans d'un père qu'il adorait, il est élevé par une mère qui le délaisse. À quinz […] Lire la suite

DROITS DE L'HOMME

  • Écrit par 
  • Georges BURDEAU, 
  • Gérard COHEN-JONATHAN, 
  • Pierre LAVIGNE, 
  • Marcel PRÉLOT
  • , Universalis
  •  • 24 043 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La mise en œuvre des normes relatives aux droits de l'homme »  : […] Chaque État est tenu de prendre au niveau national les mesures nécessaires au respect des normes relatives aux droits de l'homme. La protection internationale de ces droits suppose, en outre, l'existence de mécanismes juridiques autorisant des organes internationaux à exercer un contrôle sur l'application de ces normes. Ces mécanismes sont de nature différente et ménagent plus ou moins la souverai […] Lire la suite

NON-VIOLENCE

  • Écrit par 
  • Jacques SEMELIN
  •  • 5 880 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'action non violente en régime non démocratique »  : […] Cet effet boomerang de la répression est beaucoup plus incertain à l'intérieur d'un régime autoritaire ou totalitaire, puisque droits politiques et libertés publiques en sont bannis. Il n'y a plus lieu de comparer l'injustice faite à certains et les droits reconnus à tous les autres, le règne de l'iniquité est total. La répression la plus dure est de règle pour tuer dans l'œuf toute tentative de r […] Lire la suite

PEINE DE MORT

  • Écrit par 
  • André DUMAS, 
  • Michel TAUBE
  •  • 7 983 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  La peine de mort dans le monde contemporain »  : […] Si la peine de mort traverse toute l'histoire de l'humanité, son abolition, elle, est une histoire récente. Le premier État souverain qui l'abolit fut le Grand Duché de Toscane en 1786. En 1945, seuls treize États en avaient fait autant, principalement en Amérique latine et en Europe du Nord. Les Nations unies n'ont adopté une convention internationale contre la peine de mort qu'en 1989. Amnesty […] Lire la suite

TORTURE

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 3 441 mots

Dans le chapitre « Torture et peine politique »  : […] L'élaboration de la loi morale, produit achevé de l'Aufklärung qui publie les droits de l'homme, témoigne de la raison torturante comme de la raison torturée : la maxime de l'action peut très bien devenir en même temps une loi universelle parce que l'autre – « autrui » – s'est a priori exclu du consensus humain, qu'il est radicalement autre et qu'il se veut et se considère lui-même exclusivement c […] Lire la suite

Les derniers événements

1er-30 avril 2022 Ukraine – Russie. Mise au jour de massacres de civils dans la région de Kiev évacuée par les troupes russes.

Le 8 toujours, Moscou impose la fermeture des bureaux de quinze ONG de défense des droits de l’homme dans le pays, dont Amnesty International et Human Rights Watch. Le 11, le chancelier autrichien Karl Nehammer est le premier dirigeant européen à rencontrer Vladimir Poutine, à Moscou, depuis le début du conflit. Il se déclare « pessimiste » à l’issue de cette rencontre, constatant que « le président Poutine est entré massivement dans une logique de guerre ». […] Lire la suite

18 octobre 2021 Suisse. Publication du rapport sur les violences dans les centres fédéraux pour requérants d'asile.

L’ancien juge fédéral Niklaus Oberholzer remet au secrétariat d’État aux Migrations (SEM) le rapport d’enquête que celui-ci lui avait commandé au sujet des violences dans les centres fédéraux pour requérants d’asile, dénoncées en mai par certains médias et par Amnesty International. Ce rapport conclut à l’inexistence d’une violence systématique à l’encontre des demandeurs d’asile, mais pointe toutefois un « usage disproportionné de la contrainte » dans certains des cas examinés. […] Lire la suite

8-31 août 2021 Suisse. Protestation contre la diminution de peine d'un violeur.

Le 31, quelques centaines de personnes manifestent à Berne, à l’appel de la Youth Task Force groupe d’action commun à Amnesty International et à Santé sexuelle Suisse, alors que la commission des Affaires juridiques du Conseil des États examine le projet de loi de réforme du droit pénal en matière d’infractions sexuelles. Les contestataires dénoncent le projet de création d’une nouvelle infraction d’« atteinte sexuelle », punie plus légèrement que le viol, et réclament la prise en compte de l’absence de consentement, et pas seulement de la contrainte, dans la définition juridique du viol. […] Lire la suite

19-26 juillet 2021 Israël. Révélations sur l'usage par plusieurs États d'un logiciel israélien d'espionnage de téléphones.

Le consortium a eu accès à une liste de plus de cinquante mille numéros de téléphone piratés depuis 2016 pour le compte d’une dizaine d’États, partagée par le site Internet Forbidden Stories et l’ONG Amnesty International. Parmi ces cibles figurent notamment des dirigeants et responsables politiques, des personnels de l’appareil étatique, des opposants, des chefs d’entreprise, des journalistes, des avocats, des défenseurs des droits humains. […] Lire la suite

22 juillet 2021 France. Lancement d'une action de groupe contre les contrôles au faciès.

Six ONG, dont Amnesty International et Human Rights Watch, lancent une action de groupe devant le Conseil d’État contre la pratique des contrôles d’identité « au faciès » considérée comme discriminatoire. Il s’agit de la première initiative de ce type à ce sujet en France. Les requérants demandent également l’instauration d’une traçabilité des contrôles qui permettrait de produire des données sur l’origine des personnes contrôlées et d’évaluer ainsi le caractère discriminatoire de ces pratiques. […] Lire la suite

Pour citer l’article

« AMNESTY INTERNATIONAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/amnesty-international/