TOPAZE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Traitements, imitations et confusions possibles

Des topazes vertes, avec un léger éclat métallique, inondent les vitrines de certains bijoutiers. Cette couleur, qui n'existe pas à l'état naturel, est obtenue en irradiant des topazes incolores avec des rayons gamma ou des jets de neutrons. Dans ce dernier cas, elles sont, de plus, dangereuses à porter car elles conservent une certaine radioactivité due à la formation de radio-isotopes à partir de traces de scandium, de cobalt et de tantale. Certaines topazes d'un bleu soutenu ont subi un traitement équivalent.

Un autre type de traitement consiste à chauffer les cristaux. Ainsi, une topaze jaune portée à 400-500 0C dans un bain de magnésite devient rose. Cette pratique, communément acceptée, n'est pas tenue pour frauduleuse en gemmologie. Toutes les pierres chauffées présentent un indice de réfraction plus élevé et un pléochroïsme plus prononcé. Toutefois, si l'on veut être certain du caractère purement naturel d'une pierre, mieux vaut choisir une topaze bleue claire ou jaune miel ; la valeur des gemmes incolores est beaucoup plus faible.

Il y a peu d'imitations des topazes, à l'exception de la variété jaune pour laquelle on essaye de faire passer des corindons ou des spinelles synthétiques, ou encore de la citrine (quartz jaune) par grillage d'améthyste (quartz violet).

De nombreux minéraux, surtout s'ils sont déjà taillés et sertis, ressemblent à la topaze : l'apatite, le béryl, la brasilianite, le chrysobéryl, la citrine, la fluorite, le spinelle, la tourmaline, le zircon, etc. Pour d'autres gemmes – l'aigue-marine et le diamant –, la confusion est également possible et peut être préjudiciable car celles-ci présentent une plus grande valeur. Dans tous les cas, un œil expert peut rapidement faire la différence en observant le pléochroïsme, la dureté, la fluorescence et, bien sûr, l'aspect général (l'éclat, la [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : docteur en sciences de la Terre, concepteur de la collection La Science au présent à la demande et sous la direction d'Encyclopædia Universalis, rédacteur en chef de 1997 à 2015

Classification


Autres références

«  TOPAZE  » est également traité dans :

GEMMES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul POIROT, 
  • Henri-Jean SCHUBNEL
  •  • 6 256 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Silicates autres que les béryls »  : […] Le péridot est très anciennement connu. On y distingue trois nuances de vert : vert-jaune à jaune-vert (chrysolite) ; vert olive (olivine) ; vert mousse (péridot stricto sensu ). Ce minéral existe dans les roches ultrabasiques (Égypte, Birmanie). La famille des grenats donne plusieurs gemmes : le pyrope , rou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gemmes/#i_20897

GRANITES ET RHYOLITES

  • Écrit par 
  • Bernard BONIN, 
  • Jean-Paul CARRON, 
  • Georges PÉDRO, 
  • Michel ROBERT
  •  • 8 468 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Granites orogéniques d'anatexie »  : […] Une famille de granites se singularise par sa richesse en quartz, la présence de silicates alumineux et l'absence de roches basiques congénères. Intimement mêlés aux formations métamorphiques dont ils sont issus, ces granites constituent la série anatectique. Les granites d'anatexie sont abondants dans les zones internes des chaînes de collision continentale (type Himalaya), ils renferment de nom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/granites-et-rhyolites/#i_20897

Pour citer l’article

Yves GAUTIER, « TOPAZE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/topaze/