CHRYSOBÉRYL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Oxyde de béryllium et d'aluminium, le chrysobéryl (« béryl d'or », du grec chrusos, or, et bêrullos, béryl) est une pierre fine présentant à l'état naturel des cristaux prismatiques ou tabulaires, striés, de couleur jaune verdâtre, grise, brune, vert bleuté. Il est souvent maclé à deux individus, formant un « V » caractéristique, ou à trois individus, prenant alors une forme pseudo-hexagonale.

formule : BeAl2O4 ;

système : orthorhombique, bipyramidal ;

dureté : 8,5 ;

poids spécifique : 3,6-3,8 ;

éclat : vitreux ;

transparence : transparent ;

cassure : conchoïdale à quelconque.

La structure cristalline du chrysobéryl est organisée autour d'un empilement pseudohexagonal d'ions oxygène (O2—) que relient principalement des ions aluminium (Al3+) et, en moindre quantité, des ions béryllium (Be2+). Dans les cavités que ménage cette structure peut s'incorporer du fer (Fe), qui donne alors la teinte jaune au minéral, ou du chrome (Cr) colorant le chrysobéryl en vert ; cette variété chromifère est appelée l'alexandrite. Quand la taille des cavités le permet, de minuscules cristaux aciculaires (en forme d'aiguilles) peuvent s'insérer ; ces inclusions donnent à la pierre un effet de chatoiement et le chrysobéryl est alors appelé « œil-de-chat ».

L'alexandrite doit son nom à Alexandre II : elle fut en effet découverte dans l'Oural (mines de Takowaja) en 1831, le jour de l'anniversaire du tsar, et ses couleurs (vert et rouge) sont celles de l'Empire russe. Elle a la particularité de présenter des variations de teinte selon l'éclairage : verte comme l'émeraude à la lumière naturelle, elle devient rouge comme le rubis sous la lumière artificielle. En fait, elle est même trichroïque, propriété que présentent certains cristaux biaxes montrant une coloration différente dans leurs trois directions : bissectrices des axes optiques, perpendiculaire au plan des axes optiques. Ainsi, l'alexandrite peut aussi apparaître jaune orangé, teinte plus difficile à observer à l'état naturel mais qui peut être mise en valeur par une taille adéquate. C'est une gemme très recherchée, dont la valeur, à qualité équivalente, peut égaler, voire dépasser, celle du diamant.

Alexandrite

Photographie : Alexandrite

L'alexandrite, oxyde de béryllium et d'aluminium, présente une étonnante propriété optique quant à la variation de couleur de ses cristaux : à la lumière naturelle, la pierre se montre sous des reflets verts et jaunes; à la lumière artificielle, elle devient rouge. 

Crédits : fabreminerals.com

Afficher

L'effet « œil-de-chat » se traduit par une bande lumineuse blanche à bleutée, opalescente, dont la forme rappelle celle d'une pupille de chat, qui semble glisser à la surface de la pierre lorsque celle-ci est taillée en cabochon. En gemmologie, l'appellation œil-de-chat utilisée comme substantif est exclusivement réservée au chrysobéryl ; pour les autres pierres qui présentent cette particularité (quartz, apatite, scapolite, etc.) on a recours à la forme adjectivale précédée du terme de l'espèce minérale : quartz œil-de-chat, par exemple. Aussi appelé cymophane, l'œil-de-chat peut présenter un astérisme : deux bandes lumineuses en forme de croix.

Le chrysobéryl est peu pléochroïque, hormis l'alexandrite, dont c'est la principale caractéristique ; sa fluorescence est généralement nulle et il n'est pas attaqué par les acides.

On trouve le chrysobéryl dans des dykes pegmatitiques et dans certaines roches métamorphiques comme les micaschistes. Toutefois, en raison de sa dureté, les principaux gisements sont secondaires, c'est-à-dire de type alluvionnaire, où les gemmes sont le plus souvent sous forme de graviers, bien que parfois les formes cristallines soient admirablement bien conservées.

Les principaux gisements se trouvent au Brésil (États de Espírito Santo, de Minas Gerais et de Bahia) où l'on trouve de beaux spécimens roulés dans les alluvions, dont certains pèsent plusieurs kilogrammes, ou au sein de pegmatites en de superbes macles gemmes de plusieurs centimètres de diamètre et de longueur.

Des cristaux trapus sont extraits depuis 1950 dans les pegmatites du grand marais d'Alaotra à Madagascar. D'autres sites sont exploités dans les gisements alluvionnaires du Zimbabwe, dans les mines de Tasmanie, de Nouvelle-Angleterre (États-Unis), de Birmanie et de l'Inde (où ce minéral a été découvert en 1996 dans des pegmatites intrusives situées dans les États orientaux comme Orissa ou Madhya Pradesh). Toutefois, ce sont les sites alluvionnaires du Sri Lanka qui fournissent aujourd'hui la majeure partie des chrysobéryls commercialisés. En provient l'une des pièces les plu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur en sciences de la Terre, concepteur de la collection La Science au présent à la demande et sous la direction d'Encyclopædia Universalis, rédacteur en chef de 1997 à 2015

Classification

Autres références

«  CHRYSOBÉRYL  » est également traité dans :

COULEUR DES MINÉRAUX

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 3 541 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Quelques exemples »  : […] Voyons maintenant quelques exemples qui montrent l'importance des impuretés. Commençons par le diamant, une des gemmes les plus prestigieuses, qui est du carbone pur. En l'absence d'atomes étrangers, il est incolore. La présence de bore, à la concentration de quelques millionièmes, lui confère une délicate teinte bleue qui peut aller jusqu'au bleu-noir pour des concentrations de l'ordre du millièm […] Lire la suite

GEMMES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul POIROT, 
  • Henri-Jean SCHUBNEL
  •  • 6 268 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Spinelle, chrysobéryl et hématite »  : […] Le spinelle, oxyde de magnésium et d'aluminium, est de couleurs très variées : rouge (de toute intensité), violacé, orangé, bleu, brun. La variété rose-rouge était très employée au Moyen Âge. C'est un minéral de haute température, typique du métamorphisme de contact. Les meilleures pierres proviennent de Sri Lanka et de Birmanie. Le chrysobéryl, oxyde de béryllium et d'aluminium, en général vert-j […] Lire la suite

OXYDES ET HYDROXYDES NATURELS

  • Écrit par 
  • Joseph BOLFA
  •  • 4 166 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Groupe des spinelles »  : […] Le groupe des spinelles est composé d'oxydes doubles répondant à la formule générale MO. M′ 2 O 3 ou MM′ 2 O 4 . Le métal bivalent M peut être Mg 2+ , Fe 2+ , Zn 2+ , Mn 2+ , et le métal trivalent M′ peut être Al 3+ , Fe 3+ , Mn 3+ , Cr 3+ . Une grande variété de composition existe dans la nature et la plupart des représentants de ce groupe ont été préparés synthétiquement. Ces minéraux sont cubi […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yves GAUTIER, « CHRYSOBÉRYL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chrysoberyl/