BROWNING TOD (1882-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Freaks, de Tod Browning, 1932, affiche

Freaks, de Tod Browning, 1932, affiche
Crédits : Hulton Getty

photographie

Dracula, T. Browning

Dracula, T. Browning
Crédits : The Granger Coll NY/ Aurimages

photographie


Le premier et le plus célèbre des cinéastes fantastiques américains était un homme qui se méfiait du surnaturel, le déjouant souvent ou s'en moquant dans ses films, pour insister sur la vraie nature de l'étrange : celle qui habite l'âme humaine. Il était plus proche d'un auteur réaliste tel que Eric von Stroheim que de ses nombreux épigones plus soucieux d'effets chocs que de recherches psychologiques ou narratives.

On connaît peu de choses de la vie privée de Tod Browning. Il naît à Louisville (Kentucky). Adolescent, il fuit le domicile parental et rejoint une troupe de cirque où il sera successivement clown et contorsionniste. Cet univers marque la plupart de ses films, notamment ses chefs-d'œuvre, The Unknown (L'Inconnu, 1927) et Freaks (1932), où s'exprime une féroce critique des conventions sociales et des critères de bienséance et de normalité. Le jeune homme devient un acteur de vaudeville. Un collègue le présente, en 1913, à David Wark Griffith. Tod Browning rejoint la famille du cinéma comme acteur et cascadeur avant de diriger, en 1916, son premier court-métrage, The Living Death. Après voir été l'assistant d'Eric von Stroheim et de Griffith, il met en scène son premier long-métrage en 1917 : il s'agit de Jim Bludso, un mélodrame situé durant la guerre de Sécession.

Freaks, de Tod Browning, 1932, affiche

Freaks, de Tod Browning, 1932, affiche

Photographie

L'affiche américaine dessinée de Freaks oppose par la caricature le couple des personnages «normaux», debout à gauche et penchés avec appréhension et dégoût vers le groupe des «monstres» à droite. Ceux-ci constituent une sorte de pyramide menaçante dont la base est le corps de l'homme... 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Après avoir confectionné quelques films alimentaires, le jeune cinéaste rejoint la firme Universal en 1919. Il réalise, la même année, The Wicked Darling (Fleur sans tache), un film policier dans lequel il dirige, pour la première fois, Lon Chaney. Fils de parents sourds, Chaney dut rapidement apprendre à s'exprimer par la mimique et le corps. Sensiblement du même âge que Browning, le tragédien va imprégner durablement les dix films qu'il tourne avec l'auteur de L'Inconnu. Les deux hommes formeront le premier tandem mythique du [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BROWNING TOD (1882-1962)  » est également traité dans :

LA MONSTRUEUSE PARADE, film de Tod Browning

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 929 mots
  •  • 1 média

Freaks, littéralement « les monstres » et non La Monstrueuse Parade comme le propose le titre français, est un film unique dans l'histoire du cinéma car il est interprété, à deux exceptions près, par des phénomènes de foire qui présentent tous de graves anomalies physiques : nains, homme tronc, sœurs siamoises, femme à barbe, etc.Le producteur de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-monstrueuse-parade/#i_14960

CHANEY LON (1883-1930)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 691 mots

Pour bien des amateurs de cinéma fantastique, Lon Chaney, acteur et réalisateur américain, est d'abord le fantôme qu'il incarna dans la première des adaptations du roman de Gaston Leroux (1909-1910), Le Fantôme de l'Opéra , de Rupert Julian (1925). Il serait pourtant injuste de limiter à un personnage unique celui qui fut L'Homme aux mille visages […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lon-chaney/#i_14960

FANTASTIQUE

  • Écrit par 
  • Roger CAILLOIS, 
  • Éric DUFOUR, 
  • Jean-Claude ROMER
  •  • 21 074 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or du film fantastique américain (1931-1939) »  : […] De 1931 à 1939, aux États-Unis, c'est véritablement l'âge d'or du cinéma fantastique. On y assiste à l'avènement des grands mythes inspirés des classiques de la littérature de l'étrange et de l'effroi. Dracula , réalisé par Tod Browning et présenté le 14 février 1931 aux États-Unis, est le premier film sonore d'épouvante. Adapté de l'œuvre de Bram […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fantastique/#i_14960

GOTHIQUE LITTÉRATURE & CINÉMA

  • Écrit par 
  • Gilles MENEGALDO
  •  • 6 387 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Terreur et onirisme : le gothique au cinéma »  : […] Hollywood a ignoré les textes fondateurs du gothique en raison de leurs récits contournés, leurs intrigues mélodramatiques, leurs effets désuets et leur idéologie problématique où la polémique religieuse et le sous-texte sexuel occupent une place importante. En revanche, le cinéma s’est très vite emparé des grandes figures mythiques comme Frankens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-et-cinema-gothique/#i_14960

VAMPIRE, cinéma

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 890 mots
  •  • 1 média

Le thème du vampire doit sa célébrité au cinéma. Dès le xviii e  siècle, Dom Calmet avait réuni tous les éléments du mythe (monstre buveur du sang des vivants, qui ne peut mourir que d'un pieu enfoncé dans le cœur), éléments repris, au xix e  siècle, par Collin de Plancy dans son Dictionnaire infernal et par de nombreux écrivains russes (Gogol, Al […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vampire-cinema/#i_14960

Pour citer l’article

Raphaël BASSAN, « BROWNING TOD - (1882-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tod-browning/