FIORELLI TIBERIO (1608-1694)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un des plus célèbres acteurs italiens, passé à la postérité sous les traits de Scaramouche, personnage de la commedia dell'arte, variante du Capitan, mais qui comporte quelque chose du Zanni (ou bouffon). Fils de Silvio Fiorelli, le “capitaine Matamoros”, Tiberio serait venu en France pour la première fois en 1645 avec la troupe de Guiseppe Bianchi ; après plusieurs séjours, il s'y installe vers 1653. En 1659, on assure qu'il aurait joué un divertissement pour Mazarin. Sa collaboration avec le fameux Arlequin Dominique Biancolelli durait encore à la mort de Molière dont il aurait été le maître ; cela témoigne de l'influence qu'eurent les farceurs italiens sur le théâtre comique français de l'époque. Car, s'il a été formé en Italie, Scaramouche s'épanouit surtout en France où il devient très populaire. Certains le peignent, sa guitare sous le bras, avec son chat, son chien, ou son singe. Il aurait souvent amusé, dans son costume noir, le petit Louis XIV ; Molière le note dans Le Sicilien : “Le ciel est habillé ce soir en Scaramouche.” Le masque ne se détache pas du nom du personnage créé par l'acteur. On verra aussi Scaramouche dans de nombreuses pièces à succès. Comme chez tous les grands acteurs comiques de l'époque, le personnage de Scaramouche acquiert les particularités et les virtuosités de son créateur : Tiberio Fiorelli. C'est lui qui apporte à Molière une manière d'intervenir physiquement à l'intérieur d'un personnage : l'action visuelle devient importante, la gaieté demande à se manifester de façon franche et directe. En Scaramouche, le bouffon devenait un personnage étonné devant des situations impossibles, qui provoquait un effet de drôlerie immédiat. Du bouffon ostensible Molière tirera un personnage intérieur, tragi-comique : Arnolphe par exemple. Scaramouche savait jouer avec efficacité de son visage comme de son corps. Ainsi le décrit Tallement des Réaux dans ses Historiettes  :

  Tout aussi tôt que Scaramouche   A commencé d'ouvrir la bouche   Ses sauts, ses postures, ses mots,   Charment les sages et les sots   Et mesme on a vu des belles   En pisser de rire sous elles.

—  Armel MARIN

Écrit par :

  • : metteur en scène, conseiller en éducation populaire et techniques d'expression

Classification


Autres références

«  FIORELLI TIBERIO (1608-1694)  » est également traité dans :

ITALIENS LES, théâtre

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 877 mots

Les comédiens italiens qui, au xvii e et au xviii e siècle, se sont, pendant deux longues périodes, installés en France, ont joué dans l'histoire de notre théâtre un rôle considérable. Dès le dernier tiers du xvi e siècle et tout au long de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-italiens-theatre/#i_2643

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « Le théâtre »  : […] Le merveilleux règne également alors sur un genre nouveau surgi dans la seconde moitié du siècle : l’opéra à la française ou « tragédie lyrique ». Quinault est le librettiste des spectacles chantés et dansés qu’à partir de 1673 Lully va composer chaque année pour la cour et la ville, à grand renfort d’effets visuels : scènes infernales, apparitions des dieux depuis les cintres, orages et tempête […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviie-s/#i_2643

COMMEDIA DELL'ARTE

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 2 290 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'influence de la commedia dell'arte »  : […] Le rayonnement de la commedia dell'arte s'est étendu à tous les pays d'Europe, où elle a laissé des traces profondes dans l'imagination populaire aussi bien que dans le théâtre, la poésie et les arts. Plusieurs de ses personnages se sont mêlés aux figures produites par les différents folklores nationaux ou ont contribué à en engendrer de nouvelles. Mais c'est en France que la commedia a trouvé, d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commedia-dell-arte/#i_2643

SCARAMOUCHE

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 105 mots

Personnage de la comédie italienne, de la race des capitans. Toujours vêtu de noir de la tête aux pieds, Scaramouche aime les femmes et le vin ; le plus souvent, il est au service d'un gentilhomme sans le sou, dont il vante à l'envi la noblesse et la fortune. Il entretient généreusement Polichinelle de ses aventures imaginaires, jusqu'à ce que son interlocuteur agacé le mette en fuite d'un simple […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scaramouche/#i_2643

Pour citer l’article

Armel MARIN, « FIORELLI TIBERIO - (1608-1694) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tiberio-fiorelli/