Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

THÉÂTRES DU MONDE Le théâtre japonais

Un théâtre poétique : le nō

Les origines

Aux environs de 1350, le dengaku no nō, dégagé de la gangue grossière des sarugaku, avait su, par ses chorégraphies sur des thèmes littéraires et par la recherche du yūgen – ce « charme subtil » dont Zeami fera la qualité primordiale du nō –, conquérir la faveur d'un public d'esthètes.

Le sarugaku no nō, par contraste, faisait figure d'art vulgaire, se complaisant aux farces grossières, aux danses de démons, violentes et grotesques. Mais par une brusque mutation, due au génie d'un seul, l'acteur de sarugaku Yūzaki Kiyotsugu, plus connu sous le nom de Kan.ami, un art nouveau en naîtra bientôt. Remarqués en 1374 par le shōgun Ashikaga Yoshimitsu, attachés à la personne de ce dernier, au grand scandale de son entourage, en qualité de maîtres des divertissements de son palais, Kan.ami (1333-1384) et surtout son fils et successeur Motokiyo, le futur Zeami (1363-1443), allaient, en quelques décennies, créer le nō. Cette nouvelle forme de spectacle alliait au « charme » du dengaku la « puissance » du sarugaku, en choisissant dans la littérature, et singulièrement dans l'épopée, des thèmes dramatiques, en tirant le meilleur parti aussi de la déclamation épique (hei-kyoku), de la musique du gagaku et de la chorégraphie du bugaku.

Masque de <it>nō</it>

Masque de

Auteurs, acteurs, musiciens, metteurs en scène, théoriciens du spectacle, en un mot hommes de théâtre au sens complet du terme, Kan.ami et Zeami – qui allaient fonder l'illustre lignée des Kanze – composaient les livrets de nō (yōkyoku) selon des règles définies et raisonnées par Zeami dans son fameux traité de composition du nō, règles qui s'imposèrent à leurs successeurs au point que ces derniers ne font que les pasticher. Ils avaient en effet porté d'emblée leur art à un degré de perfection tel que toute innovation semblait interdite ; et l'on peut soutenir que, paradoxalement, le génie des créateurs fut la cause première de la sclérose qui frappa le nō dès leur disparition, et qui le figea définitivement dans le moule qu'ils avaient fabriqué. Ce qui nous vaut du moins l'avantage rare de voir interpréter, sans altération essentielle, les pièces de ces maîtres dans leur forme première, par des acteurs dont le visage est parfois caché par des masques pour eux jadis sculptés.

« Théâtre de la réalité » et « nō d'apparitions »

Le trait le plus étrange du nō est sans doute dans le traitement qu'il fait de l'anecdote, et c'est là probablement une invention de Zeami, qui remania les textes de son père en fonction de ses propres conceptions. En général dans le théâtre, et c'est le cas également dans le jōruri et le kabuki, la convention essentielle est celle qui fait du spectateur un contemporain d'un événement du passé, dont les héros incarnés par les acteurs revivent devant lui les épisodes. Cette convention est respectée par le nō dans la catégorie des genzai-mono, ou « théâtre de la réalité », d'inspiration généralement épique, mais faite pour une bonne part de pièces postérieures à Zeami. Toutes les autres, formant les quatre cinquièmes du répertoire, font appel à une conception radicalement différente, que l'on pourrait dire « onirique », du drame. Ce sont les « nō d'apparitions ».

Dans ce théâtre, le spectateur n'est pas censé quitter son temps. Sur la scène, un personnage qui joue à visage découvert, un moine voyageur la plupart du temps, que l'on appelle le waki, « celui du côté », ainsi nommé parce qu'il se tient le plus souvent assis sur le côté droit du plateau, représente et en quelque sorte incarne le spectateur dont il est le contemporain. Son rôle est double : par la seule vertu du « chant du voyage » (michi-yuki) qu'il interprète en parcourant à pas lents la scène sans[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales
  • : agrégé de l'Université, docteur en études orientales, professeur à l'Institut franco-japonais de Tōkyō

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Scène de kabuki

Scène de kabuki

Masque de <it>gigaku</it>

Masque de gigaku

Masque de <it>nō</it>

Masque de

Autres références

  • AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

    • Écrit par Jean DERIVE, Jean-Louis JOUBERT, Michel LABAN
    • 16 566 mots
    • 2 médias
    Au théâtre, sans doute plus anciennement implanté qu'en Afrique francophone, J. P. Clark exprime un sentiment tragique de l'absurde, tandis que Wole Soyinka mêle anglais et pidgin, tradition dramatique yoruba et techniques scéniques occidentales pour évoquer, par un symbolisme nuancé, le conflit de...
  • BIRMANIE (MYANMAR)

    • Écrit par Denise BERNOT, Pierre-Arnaud CHOUVY, Renaud EGRETEAU, Universalis, Bernard Philippe GROSLIER, Jean PERRIN
    • 31 961 mots
    • 18 médias
    En prose, les genres se multiplient, notamment dans le domaine du théâtre ; le drame populaire, qui existait depuis longtemps, est maintenant écrit : c'est le pya'zaq ; les auteurs sortent de l'anonymat et parfois atteignent la célébrité. En même temps, le drame de cour connaît un très...
  • CARAÏBES - Littératures

    • Écrit par Jean-Pierre DURIX, Claude FELL, Jean-Louis JOUBERT, Oruno D. LARA
    • 15 575 mots
    • 4 médias
    ...Pourtant la situation linguistique d'Haïti reste commandée par l'analphabétisme massif : 10 p. 100 seulement des Haïtiens peuvent maîtriser le français. Les écrivains ont cherché à conquérir un public en donnant au créole un rôle plus important, notamment au théâtre. Ce théâtre en créole adapte des chefs-d'œuvre...
  • CHINOISE (CIVILISATION) - Symbolisme traditionnel et religions populaires

    • Écrit par Maxime KALTENMARK, Michel SOYMIÉ
    • 7 060 mots
    • 2 médias
    ...sans oublier les encyclopédies journalières et les almanachs. Les œuvres d'imagination sont le roman (lu ou entendu de la bouche des conteurs) et le théâtre, ce dernier surtout. Toutes les œuvres romanesques ou théâtrales n'ont pas, bien entendu, un rapport direct avec la religion, mais les plus goûtées,...
  • Afficher les 17 références

Voir aussi