Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

THÉÂTRES DU MONDE Le théâtre japonais

Le théâtre moderne

Le shimpa

Avec l'occidentalisation, le kabuki va toutefois perdre la situation de quasi-monopole qui avait été la sienne depuis le déclin du théâtre de poupées, et, dès la fin du xixe siècle, des intellectuels proches du Mouvement pour les droits civiques vont s'efforcer d'imposer sous le nom de shimpa (« courant nouveau ») un théâtre à thèmes contemporains destiné à véhiculer les idées libérales auprès du grand public. La présentation scénique et le jeu d'acteurs restent toutefois très fortement dépendants du kabuki, et le répertoire s'infléchit rapidement vers des drames de mœurs à caractère larmoyant qui n'offrent plus aujourd'hui qu'un plaisir nostalgique à quelques rares vieux habitués. Si le shimpa ne saurait donc plus constituer pour le kabuki un concurrent sérieux, il n'en va pas de même du shingeki, le « nouveau théâtre » à l'occidentale autour duquel a fini par s'organiser l'essentiel de la vie théâtrale.

Le shingeki

Le genre doit beaucoup aux initiatives de l'écrivain et metteur en scène Osanai Kaoru (1881-1928), qui fonde en 1907 le Théâtre Libre (Jiyū gekijō) – dont la dénomination traduit clairement la vocation naturaliste – et qui s'associe avec un acteur de kabuki d'esprit singulièrement ouvert, Ichikawa Sadanji II, pour représenter les grands noms de la dramaturgie occidentale de l'époque (Tchekhov, Ibsen, Maeterlinck, Gorki...). Le groupe, qui fonctionne sur une base expérimentale à raison de deux ou trois courtes séries de représentations annuelles, disparaît en 1919. Osanai, qui a entre-temps effectué un voyage d'études en Occident au cours duquel il a pu observer les méthodes de travail en vigueur chez Craig, Reinhardt et surtout Stanislavski, dont l'exemple le marque profondément, participe en 1924 à la fondation par Hijikata Yoshi (adepte quant à lui des idées de Meyerhold) du Petit Théâtre de Tsukiji, première salle permanente destinée au répertoire contemporain. La troupe, qui se consacre tout d'abord de manière exclusive au domaine étranger, accueillera toutefois à compter de 1926 des pièces japonaises, à commencer par L'Ermite, de Tsubouchi Shōyō, animateur lui-même entre 1905 et 1913 d'une société littéraire (Bungei kyōkai) où il avait notamment fait représenter ses propres traductions de Shakespeare. La disparition prématurée d'Osanai va toutefois précipiter la rupture entre les diverses tendances esthétiques et politiques qui avaient jusque-là tant bien que mal coexisté au sein de l'équipe, et la fondation par Hijikata (1929) de la Nouvelle Troupe de Tsukiji, de tendance expressionniste, témoigne de la radicalisation qui s'opère à l'époque dans le monde du théâtre japonais, où plusieurs groupes révolutionnaires s'efforcent d'imposer un théâtre visant à l'action politique immédiate sur le public populaire.

Au début des années 1930, une tendance conservatrice va cependant s'affirmer, confortée du reste par la sévère répression policière qui s'abat sur le théâtre prolétarien à compter de l'incident de Mandchourie (1931), qui marque un tournant décisif dans l'évolution autoritaire du régime. Le mouvement aboutira à la fondation par les dramaturges Kubota Mantarō, Kishida Kunio et Iwata Tomoo (ces deux derniers se réclamant de l'exemple de Copeau) du Bungaku-za (Théâtre Littéraire), label qui indique assez bien les choix esthétiques et la volonté de désengagement politique qui sont les leurs. Le Bungaku-za, qui donne sa première représentation en 1938, sera d'ailleurs l'unique troupe de shingeki à poursuivre ses activités après que le gouvernement eut prononcé (en août 1940) la dissolution des troupes de gauche, ou présumées telles, et emprisonné leurs directeurs. Fortement centrée[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales
  • : agrégé de l'Université, docteur en études orientales, professeur à l'Institut franco-japonais de Tōkyō

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Scène de kabuki

Scène de kabuki

Masque de <it>gigaku</it>

Masque de gigaku

Masque de <it>nō</it>

Masque de

Autres références

  • AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

    • Écrit par Jean DERIVE, Jean-Louis JOUBERT, Michel LABAN
    • 16 566 mots
    • 2 médias
    Au théâtre, sans doute plus anciennement implanté qu'en Afrique francophone, J. P. Clark exprime un sentiment tragique de l'absurde, tandis que Wole Soyinka mêle anglais et pidgin, tradition dramatique yoruba et techniques scéniques occidentales pour évoquer, par un symbolisme nuancé, le conflit de...
  • BIRMANIE (MYANMAR)

    • Écrit par Denise BERNOT, Pierre-Arnaud CHOUVY, Renaud EGRETEAU, Universalis, Bernard Philippe GROSLIER, Jean PERRIN
    • 31 961 mots
    • 18 médias
    En prose, les genres se multiplient, notamment dans le domaine du théâtre ; le drame populaire, qui existait depuis longtemps, est maintenant écrit : c'est le pya'zaq ; les auteurs sortent de l'anonymat et parfois atteignent la célébrité. En même temps, le drame de cour connaît un très...
  • CARAÏBES - Littératures

    • Écrit par Jean-Pierre DURIX, Claude FELL, Jean-Louis JOUBERT, Oruno D. LARA
    • 15 575 mots
    • 4 médias
    ...Pourtant la situation linguistique d'Haïti reste commandée par l'analphabétisme massif : 10 p. 100 seulement des Haïtiens peuvent maîtriser le français. Les écrivains ont cherché à conquérir un public en donnant au créole un rôle plus important, notamment au théâtre. Ce théâtre en créole adapte des chefs-d'œuvre...
  • CHINOISE (CIVILISATION) - Symbolisme traditionnel et religions populaires

    • Écrit par Maxime KALTENMARK, Michel SOYMIÉ
    • 7 060 mots
    • 2 médias
    ...sans oublier les encyclopédies journalières et les almanachs. Les œuvres d'imagination sont le roman (lu ou entendu de la bouche des conteurs) et le théâtre, ce dernier surtout. Toutes les œuvres romanesques ou théâtrales n'ont pas, bien entendu, un rapport direct avec la religion, mais les plus goûtées,...
  • Afficher les 17 références

Voir aussi