TÉTRAPODES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les premiers restes squelettiques de tétrapodes et les premiers pas sur la terre

Les plus anciens restes fossilisés de tétrapodes datent de la fin du Dévonien (il y a environ 365 millions d’années). Il s’agit principalement de fragments, comprenant souvent des mâchoires et des crânes incomplets. Plus d’une douzaine de genres de tétrapodes dévoniens sont connus, mais seulement quelques spécimens ont conservé leur trait le plus distinctif : les doigts. En effet, même si des doigts ont été identifiés chez Elpistostege, ses membres pairs étaient encore recouverts de rayons osseux formant une nageoire. En revanche, chez les tétrapodes, les doigts sont individualisés et articulés, les rayons des nageoires ayant définitivement disparus des membres antérieurs et postérieurs. Les premiers tétrapodes chez qui les pattes ont été fossilisées appartiennent aux genres Ichthyostega et Acanthostega, du Groenland, et Tulerpeton, de Russie. Cependant, ces spécimens étaient polydactyles, c’est-à-dire qu’ils possédaient plus de cinq doigts à chaque membre (huit pour Acanthostega, sept pour Ichthyostega et six pour Tulerpeton), la pentadactylie (cinq doigts ou moins) des tétrapodes n’apparaissant qu’au Carbonifère, environ 20 millions d'années plus tard. C’est aussi parmi ces anciens tétrapodes dévoniens que l’on voit apparaître une articulation au coude et que l’on retrouve un sacrum (bassin osseux) permettant l’insertion du fémur du membre postérieur, deux caractères essentiels pour la locomotion terrestre. Néanmoins, bien que possédant des pattes avec des doigts, ces premiers tétrapodes retiennent encore de nombreux caractères de « poisson », comme des branchies et une nageoire caudale effilée soutenue par des rayons, hérités de leurs ancêtres aquatiques.

Les premiers tétrapodes présentent donc un mélange surprenant de caractères à la fois terrestres et aquatiques qui rendent difficile d’expliquer l’apparition des pattes. Quelles ont été les pressions de sélection à l’origine des membres munis de doigts des tétrapodes ? Quelles informations peut-on tirer de l’anatomie et de l’écologie de ces animaux et de leurs proches parents pour expliquer le passage des nageoires aux pattes ? On sait qu’à la différence de la plupart des autres tétrapodomorphes, les elpistostégaliens et les premiers tétrapodes étaient des animaux relativement grands, dépassant le mètre de longueur. Les deux groupes étaient principalement piscivores, même si l’on pense qu’ils étaient capables de réaliser de courtes sorties hors de l’eau pour se nourrir d’arthropodes terrestres. Une plus grande robustesse des nageoires et la capacité de supporter leur corps hors de l’eau auraient donc été des caractéristiques avantageuses à leur survie. Les elpistostégaliens ont retenu des caractères associés à la vie aquatique et à la nage dans des fonds peu profonds, tandis que les premiers tétrapodes développèrent de nouveaux attributs – comme un poignet et une cheville ou une musculature porteuse – pour se déplacer plus efficacement sur la terre ferme. Néanmoins, les elpistostégaliens et les tétrapodes dévoniens étaient encore dépendants de l’eau, aussi bien pour la respiration que pour la reproduction, entre autres facteurs. C’est la raison pour laquelle on pensait que les membres des premiers tétrapodes n’étaient pas des pattes porteuses pour une locomotion uniquement terrestre, mais plutôt des palettes natatoires adaptées à la vie dans des cours d’eau peu profonds et encombrés de débris végétaux, caractéristiques de la fin du Dévonien.

Toutefois, la découverte en 2002 et 2003 (publication en 2010) sur le site de Zachełmie, dans le sud-est de la Pologne, d’empreintes de pas fossiles attribuées à d’anciens tétrapodes dans des sédiments datés de 395 millions d'années (Dévonien moyen) a bouleversé notre vision de l’évolution de ces animaux. Elles viennent repousser la date d'apparition des tétrapodes de 20 millions d'années. De plus, elles seraient au moins 10 millions d’années plus vieilles que les plus anciens restes d’elpistostégaliens considérés comme les précurseurs directs des tétrapodes. Depuis, d’autres traces de pas fossiles ont été identifiées en Irlande et en Écosse et seraient en accord avec une origine plus ancienne des tétrapodes. Ces traces ont chamboulé la datation de leur origine, qui se situerait désormais au Dévonien moyen, et révolutionné nos idées sur le type d’environnement dans lequel les premiers tétrapodes seraient appa [...]

Traces de pas de tétrapodes (site de Zalchelmie, Pologne)

Photographie : Traces de pas de tétrapodes (site de Zalchelmie, Pologne)

La découverte, par Grzegorz Niedźwiedzki (en haut) et Piotr Szrek (en bas), de traces de pas dans des sédiments marins de Pologne datés de 395 millions d'années permet de reculer la date d'apparition des premiers tétrapodes de quelque 20 millions d'années. 

Crédits : M. Hodbod/ Polish Geological Institute

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Place des tétrapodes au sein des sarcoptérygiens

Place des tétrapodes au sein des sarcoptérygiens
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Origine des membres des tétrapodes

Origine des membres des tétrapodes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Traces de pas de tétrapodes (site de Zalchelmie, Pologne)

Traces de pas de tétrapodes (site de Zalchelmie, Pologne)
Crédits : M. Hodbod/ Polish Geological Institute

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche émérite au CNRS
  • : docteur en paléontologie (Muséum national d'histoire naturelle, Paris), postdoctorant au Musée Senckenberg, Francfort (Allemagne)

Classification

Autres références

«  TÉTRAPODES  » est également traité dans :

TÉTRAPODES

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 614 mots
  •  • 1 média

Les tétrapodes sont les vertébrés, surtout aériens et terrestres, qui sont, au moins primitivement, pourvus de quatre membres, eux-mêmes pourvus de doigts. Dans la nature actuelle, ils comprennent les amphibiens « modernes », ou lissamphibiens (apodes, salamandres, tritons, […] Lire la suite

AMPHIBIENS ou BATRACIENS

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER, 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 6 171 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Évolution »  : […] On considère désormais que, des trois groupes actuels d'Amphibiens, ce sont les Urodèles et les Anoures qui sont les plus étroitement apparentés et sont regroupés sous le nom de Batrachia, tandis que les Gymnophiones constituent leur groupe frère . À l'état fossile, on connaît peu de lissamphibiens antérieurs au Crétacé, le plus ancien étant un anoure très primitif, Triadobatrachus , du Trias […] Lire la suite

CARBONIFÈRE

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK
  •  • 1 167 mots

C'est dès le xviii e  siècle que Richard Kirwan a introduit le terme carbonifère pour désigner des roches productrices de charbon et le mot a désigné les dépôts houillers de Grande-Bretagne et d'Europe occidentale à partir du xix e  siècle. Aujourd'hui, le Carbonifère représente un système de l'ère paléozoïque (ère primaire) qui succède au Dévonien (système précédent). Il s'étale de — 359,2 m […] Lire la suite

CIRCULATOIRES (SYSTÈMES) - Les systèmes circulatoires des animaux

  • Écrit par 
  • Jean-Paul TRUCHOT
  •  • 4 516 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Disposition des appareils circulatoires »  : […] En dehors d'arrangements segmentaires tels que ceux des annélides ou des insectes, la disposition des appareils circulatoires est largement subordonnée à la nature et à la situation des organes respiratoires. L'importance primordiale de la fonction de transport des gaz comme facteur d'organisation de la circulation est attestée par le fait que, dans la majorité des organismes, la quasi-totalité d […] Lire la suite

CRÂNE

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 5 240 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Splanchnocrâne des tétrapodes »  : […] La disposition primitive (cf. poissons , fig. 1 ) paraît réalisée chez un groupe ancien de poissons cuirassés sans mâchoires, les Ostéostracés, dont les arcs viscéraux, tous porteurs de branchies, formaient une série s'étendant sous le neurocrâne. Chez les tétrapodes et aussi chez les poissons osseux, le système des mâchoires est composé des os dermiques formés autour du palato-carré et du cart […] Lire la suite

CROSSOPTÉRYGIENS

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 541 mots

Le nom « crossoptérygidés » ( Crossopterygidae ) a été créé par le paléontologue britannique Thomas Henry Huxley (1825-1895) en 1861, pour désigner un ensemble de poissons comprenant les polyptères actuels ( Polypterus ) et divers poissons fossiles du Paléozoïque (ère primaire), dont des actinoptérygiens primitifs, des actinistiens, des dipneustes primitifs et certains groupes éteints comme les O […] Lire la suite

DÉVONIEN

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK
  •  • 1 229 mots

Le terme Dévonien a été proposé par Adam Sedgwick et Roderick Impey Murchison en 1839 pour désigner la série stratigraphique marine du Devon, dans le sud-ouest de l'Angleterre, qui s'est avérée être contemporaine des Vieux Grès Rouges du pays de Galles, du nord de l'Angleterre et d'Écosse. Il représente un système de l'ère paléozoïque (ère primaire), situé entre le Silurien et le Carbonifère. Il […] Lire la suite

DINOSAURES

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 7 339 mots
  •  • 16 médias

Les dinosaures constituent un groupe de vertébrés tétrapodes uniquement terrestres qui sont apparus et ont eu leur apogée au cours du Mésozoïque, c'est-à-dire entre quelque 225 et 66 millions d'années (Ma). Ils ont souvent été définis comme des « reptiles géants », mais ces termes ne sont pas adéquats car, d'une part, le concept de reptile ne recouvre pas une réalité zoologique (ce n'est pas un « […] Lire la suite

DIPNEUSTES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER
  •  • 1 224 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Place des dipneustes dans l'évolution des vertébrés »  : […] Les plus anciens dipneustes connus ont été découverts dans le Dévonien inférieur (410 millions d'années) du Yunnan (Chine) et conservent encore un grand nombre de caractères primitifs permettant de les enraciner dans – ou à proximité – des porolépiformes. Dès le Dévonien moyen, on connaît des dipneustes typiques, mais plus ossifiés que les formes mésozoïques et actuelles. C'est au Carbonifère que […] Lire la suite

GNATHOSTOMES

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 2 143 mots
  •  • 2 médias

Les gnathostomes (du gr. gnathos , mâchoire, et stoma , bouche) représentent un groupe majeur de vertébrés défini par la présence de mâchoires fonctionnant verticalement et généralement pourvues de dents, telles nos propres mâchoires. Dans la nature actuelle, les gnathostomes comprennent environ 50 800 espèces, comprenant la plupart des poissons, mais aussi tous les tétrapodes (cf.  tétrapodomorph […] Lire la suite

MEMBRES

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 15 026 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le membre pair des Tétrapodes ou chiridium »  : […] Contrairement au pterygium ichthyen hétérogène, le chiridium (ou cheiropterygium ) des Tétrapodes constitue un ensemble homogène. Pourtant ce matériel de base commun a permis la réalisation de structures anatomiques très différentes dans les diverses lignées. Le cas le plus frappant à cet égard est peut-être celui des ailes des Vertébrés (organes analogues), réalisées trois fois indépendamment […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe JANVIER, Jorge MONDÉJAR FERNÀNDEZ, « TÉTRAPODES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tetrapodes/