TEMPLIERS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Histoire du Temple

L'histoire du Temple se confond avec celle des croisades en Terre sainte et avec celle de la Reconquête dans la péninsule Ibérique. On peut y voir la cause de la popularité dont l'ordre jouit dès les origines. La milice ne se concentra pas uniquement en Palestine. En 1131, Alfonso le Batailleur, roi d'Aragon, cède une partie de son royaume aux Templiers, qui eurent la sagesse de la refuser peu de temps après sa mort. Tout en étant un ordre militaire, le Temple accomplit, dans les pays qui n'étaient pas le théâtre de combats contre les infidèles, une œuvre civilisatrice importante en défrichant et en aménageant de vastes domaines à l'égal de l'ordre de Cîteaux. Souverain par son maître représentant le chapitre général, lequel était la personne morale de tout l'ordre, le Temple acquit une richesse immense et un pouvoir synarchique qui lui suscitèrent des ennemis implacables et qui furent à l'origine de sa perte. Aucun prince souverain ne possédait autant de richesses. Le Temple était devenu le banquier des papes et des rois. L'histoire de l'ordre reste cependant une véritable épopée, et sa valeur militaire est attestée par divers combats au Moyen-Orient (Ascalon, Ansur, Gaza, Daroum, Ramlah, Damiette, Alep et Mansourah) et par la participation des chevaliers au manteau blanc à croix rouge dans toutes les grandes batailles de la péninsule Ibérique : Las Navas de Tolosa, la conquête de Majorque, Badajoz, Cáceres, Alarcos, Salvatierra.

Cinq réformes furent opérées dans le Temple, réformes qui aboutirent à un durcissement des statuts et des retrais (articles des statuts traitant spécialement de la juridiction et des fonctions des Templiers). Nicolas IV et Clément IV promulguèrent de nombreuses bulles de confirmation de privilèges, à l'exemple de leurs prédécesseurs, tandis que Martin IV essaya d'unir, sous l'impulsion de Raymond de Lille (l'un des deux templiers qui devaient être canonisés par la suite), les Templiers et les Hospitaliers. Cette première tentative échoua. [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : docteur en histoire, diplômé de l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification

Autres références

«  TEMPLIERS  » est également traité dans :

BERNARD DE CLAIRVAUX (1090-1153)

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine DAVY, 
  • Marcel PACAUT
  •  • 2 649 mots

Dans le chapitre « Bernard et le monde : la croisade »  : […] L'abbé de Clairvaux s'intéressa aussi, parfois avec vigueur, aux problèmes politiques. Il fut chargé par Innocent II d'essayer de rapprocher l'empereur Lothaire III de son rival Frédéric de Hohenstaufen, révolté contre lui. Il émit des réserves sur le mariage de Louis VII et d'Aliénor d'Aquitaine qui, selon lui, violait la règle canonique d'empêchement en cas de parenté. Il joua avec conviction le […] Lire la suite

CLÉMENT V, BERTRAND DE GOT (1260?-1314) pape (1305-1314)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 638 mots

Bertrand de Got est né vers 1260 à Villandraut (Gascogne) et mort le 20 avril 1314 à Roquemaure (Provence). Il est évêque de Comminges en 1295 et devient archevêque de Bordeaux en 1299. Élu pape à Pérouse le 5 juin 1305 grâce à l'influence du roi de France Philippe IV le Bel, il est intronisé le 14 novembre 1305 sous le nom de Clément V. En nommant une majorité de cardinaux français, il assure à […] Lire la suite

FRANC-MAÇONNERIE

  • Écrit par 
  • Roger DACHEZ, 
  • Luc NEFONTAINE
  •  • 10 707 mots

Dans le chapitre « Deux fausses pistes : le compagnonnage et l'ordre du Temple »  : […] Une historiographie imaginative mais peu documentée a également proposé, pour rendre compte des origines de la franc-maçonnerie moderne, deux thèses fort populaires dont la critique récente a pourtant fait justice. L'évocation du compagnonnage peut sembler naturelle et de bon sens. La ressemblance est cependant trompeuse. Avant la fin du xviii e  siècle nous n'avons que très peu d'informations fia […] Lire la suite

HATTIN BATAILLE DE ou BATAILLE DE TIBÉRIADE (4 juill. 1187)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 249 mots

Le sultan ayyubide Saladin, maître de l'Égypte et du sud de la Syrie, a appelé au djihad (guerre sainte) pour éliminer les États latins issus de la première croisade. Encouragé par les Byzantins, appuyé par la plupart des autres princes musulmans de la région et fort du soutien du calife abbasside de Bagdad, il déclenche son offensive à l'été de 1187, en assiégeant Tibériade. L'armée chrétienne, c […] Lire la suite

HUGUES DE PAYNS (1070 env.-1136)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 271 mots

Fondateur de l'ordre du Temple. Chevalier champenois, sans doute parent des comtes de Champagne, Hugues de Payns participa aux combats quotidiens en Terre sainte contre les musulmans qui ne cessaient de harceler les communications entre les forteresses et les villes où la présence franque tendait à s'éparpiller. Arrivé en Orient vers 1115, il groupait, trois ans plus tard, huit autres chevaliers p […] Lire la suite

LATINS D'ORIENT ÉTATS

  • Écrit par 
  • Jean RICHARD
  •  • 3 042 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'implantation des Latins »  : […] L'origine des Latins établis en Orient était variée : on devine seulement une prédominance des Normands de Sicile à Antioche et des Provençaux à Tripoli. Mais c'est le royaume de Jérusalem qui recueillit sans doute les colons les plus nombreux, en raison de l'attrait des Lieux saints. Les Latins restaient cependant une minorité. Dans les campagnes, où ils mirent sur pied un réseau défensif très de […] Lire la suite

MARAIS LE, quartier parisien

  • Écrit par 
  • Guy BELOUET
  •  • 993 mots
  •  • 1 média

L'ancien lit de la Seine avait délimité une zone de marais, de terrains mous qui avaient longtemps découragé toute construction jusqu'à ce que les Templiers y établissent, vers le milieu du xii e  siècle, leur maison de campagne, englobant dans leur domaine les anciens marais qui s'étendaient jusqu'au nord de l'actuelle place des Vosges (marais du Temple, bientôt mis en culture par leurs soins). P […] Lire la suite

MOLAY JACQUES DE (1243 env.-1314)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 435 mots

Templier, élu grand-maître en 1298, alors que l'ordre venait de s'établir à Chypre, d'où étaient lancées quelques opérations contre l'Islam. Venu en Occident, où les maisons de l'ordre étaient nombreuses, Jacques de Molay composa en particulier deux mémoires destinés au pape, l'un pour donner son point de vue sur le projet pontifical de croisade, l'autre pour envisager — et surtout réfuter — la po […] Lire la suite

NOGARET GUILLAUME DE (1260 env.-1313)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 479 mots

Homme de loi, originaire du Languedoc, Guillaume de Nogaret fut d'abord professeur de droit romain à l'université de Montpellier et conseiller juridique de divers seigneurs, et notamment du roi de Majorque. Entré au service de Philippe le Bel vers 1292-1295, il s'entremit lors de l'achat par le roi de la part qu'avait dans la seigneurie de Montpellier l'évêque de Maguelonne, puis fut juge-mage de […] Lire la suite

ORDRES MILITAIRES (XIIe- XIVe SIÈCLES) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 364 mots

1113 Le pape Pascal II reconnaît l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem comme ordre hospitalier indépendant. 1120 Hugues de Payns fonde une milice pour protéger les pèlerins. Installés à Jérusalem dans la mosquée al-Aqsā, située sur le site du Temple de Salomon, ils prennent le nom de chevaliers du Temple ou Templiers. 1158 Sanche III de Castille fonde l'ordre militaire de Calatrava, soumis à la […] Lire la suite

Pour citer l’article

Laurent DAILLIEZ, « TEMPLIERS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/templiers/