BONIFACE VIII (1235-1303)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il est à la fois suggestif et déroutant d'observer comment les personnes deviennent, dans leur destin posthume, des personnages symboliques. L'historien a quelque peine à discerner, sous la matérialité des faits, les traits authentiques de l'homme et les projections de ses actes dans la suite des événements. Le pape Boniface VIII jouit, si l'on peut dire, de ce privilège ambigu, en un temps de crise pour la chrétienté et la civilisation politique de l'Occident médiéval.

L'homme

Benedetto Caetani fut élu pape le 24 décembre 1294, alors qu'il approchait de la soixantaine. Élection régulière, mais déjà compromise, car elle lui conférait le pontificat suprême après l'abdication, nécessaire et troublante, de son prédécesseur, Célestin V, dont la sainteté ingénue allait nourrir l'opposition à un pape politique. Et la conjoncture, et le tempérament, et sa carrière antérieure conduisaient Boniface à diriger l'Église de manière plus politique qu'évangélique. Grand, robuste, l'air majestueux, avec de belles mains, longues et soignées, tel que le montre son effigie funéraire que sculpta Arnolfo di Cambio de son vivant, tel que le virent ceux qui ouvrirent sa tombe en 1605, il était victime d'un tempérament impulsif, irritable, aggravé par des crises de maladie de la pierre, par le goût des déclarations pompeuses, par la conviction sommaire de son suprême pouvoir. Il n'a point, cependant, les vices médiocres que lui attribuent ses adversaires. C'est un petit baron féodal de la campagne romaine, qui, malgré ses voyages et ses relations, à Paris en particulier, n'avait pas compris la nouveauté politique, la valeur humaine, la validité chrétienne des nations, en face du Saint Empire, dont il se jugeait le digne partenaire dans une monarchie universelle.

Boniface VIII

Boniface VIII

Photographie

Benedetto Caetani (1235-1303) fut élu pape le 24 décembre 1294 et prit le nom de Boniface VIII. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  BONIFACE VIII (1235-1303)  » est également traité dans :

ANNÉE SAINTE

  • Écrit par 
  • Régis HANRION
  •  • 655 mots

D'après le Lévitique, xxv , 8-55, l'année sainte est envisagée comme une tentative de redressement social, où l'esclave retrouvait sa liberté et l'homme endetté son patrimoine : « Tu compteras 7 semaines d'années, c'est-à-dire le temps de 7 semaines d'années, 49 ans ; le 7 e mois, le 10 e jour, tu feras retentir l'appel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/annee-sainte/#i_17855

ANAGNI ATTENTAT D' (1303)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 216 mots

Au tournant du xiii e  siècle, plusieurs querelles éclatent entre le pape Boniface VIII et le roi de France Philippe IV le Bel. À propos de la levée d'une décime sur le clergé (1296) ou de la volonté du roi de juger un évêque, celui de Pamiers, Bernard Saisset (1301), le pape affirme la thèse de la supériorité du spirituel sur le temporel et la vo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/attentat-d-anagni/#i_17855

CÉLESTIN V saint, PIETRO ANGELERI dit aussi PIETRO DEL MORRONE (1215-1296) pape (5 juill.-13 déc. 1294)

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 253 mots

Né à Isernia (Campobasso), Pierre de Morrone devient moine bénédictin au monastère de Faifoli (province de Bénévent) ; il en sera l'abbé de 1276 à 1279. À plusieurs reprises, il fait de longues expériences de vie érémitique en plusieurs endroits, notamment sur le mont Morrone, dans les Pouilles, et sur le mont Maiella, près de Sulmona. Le 5 juillet 1294, il est élu pape pour succéder à Nicolas IV […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/celestin-v-saint-pietro-angeleri-dit-aussi-pietro-del-morrone-pape/#i_17855

NOGARET GUILLAUME DE (1260 env.-1313)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 479 mots

Homme de loi, originaire du Languedoc, Guillaume de Nogaret fut d'abord professeur de droit romain à l'université de Montpellier et conseiller juridique de divers seigneurs, et notamment du roi de Majorque. Entré au service de Philippe le Bel vers 1292-1295, il s'entremit lors de l'achat par le roi de la part qu'avait dans la seigneurie de Montpellier l'évêque de Maguelonne, puis fut juge-mage de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-de-nogaret/#i_17855

PHILIPPE IV LE BEL (1268-1314) roi de France (1285-1314)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 5 052 mots

Dans le chapitre « Difficultés avec la papauté (1296-1312) »  : […] Avec le pape Boniface VIII (1295-1309), les relations s'étaient d'abord maintenues avec des hauts et des bas et, par égard pour le roi de France, le pape avait en 1298 canonisé son grand-père, Louis IX. Mais les sollicitations financières de plus en plus pressantes faites par Philippe le Bel à l'Église de France se heurtaient aux sollicitations symétriques des finances pontificales, elles aussi a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-iv-le-bel/#i_17855

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-Dominique CHENU, « BONIFACE VIII (1235-1303) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/boniface-viii/