DJIHAD ou JIHAD

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mot arabe jihād indique « un effort tendu vers un but déterminé ». Souvent traduit par « guerre sainte » dans les langues occidentales, le djihad a varié au cours des siècles dans sa conception comme dans son application. Ce n'est pas un devoir personnel, c'est un devoir collectif s'adressant à l'ensemble de la communauté musulmane (umma), et dont les règles précises ne furent fixées qu'après la mort du Prophète. Pour fonder leur opinion en la matière, les théologiens-juristes (oulémas et fuqahā') se référeront au Coran, à la tradition du Prophète (sunna) et aux règles édictées par les premiers califes.

Le djihad n'est généralement pas compté parmi les cinq obligations fondamentales de l'islam. En tant qu'universalisme, l'islam doit être propagé au monde entier et c'est là un devoir permanent pour la communauté musulmane. Le djihad est ainsi une institution divine pour propager l'islam dans le dār al-harb (les territoires non encore gagnés à l'islam, décrits comme le domaine du combat) ou pour défendre l'islam contre un danger. Pour être légitime, il doit avoir des chances raisonnables de succès. Mais le djihad n'est pas une guerre sainte d'extermination : dans sa version offensive, dirigée contre les peuples infidèles voisins du « territoire de l'islam », ceux-ci, avant d'être combattus, doivent être invités à se convertir. Juifs et chrétiens, en qualité de « gens du Livre » croyant en un seul Dieu, peuvent devenir « protégés » (dhimmī) par la communauté musulmane. Ils jouissent alors d'un statut privilégié et conservent le libre exercice de leur culte, moyennant le paiement d'un impôt de capitation, la jiziya. Les dhimmīs étaient soumis à quelques obligations et interdictions (contribution à l'entretien des armées musulmanes, défense de porter les armes).

Il est impossible de faire le djihad contre d'autres musulmans. Une fois la guerre déclarée aux infidèles, les non-combattants de la partie adverse sont protégés. Le bon traitement des prisonniers est un devoir. Le djihad est par ailleurs interdit lors de quatre mois sacrés muharram rajab dhū al-qa'da et dhū al-hijja, le mois du pèlerinage. Celui qui est tué au cours du djihad devient un martyr (shahid̄, c'est-à-dire « témoin »). Il est assuré du salut éternel et entre « sans retard » au paradis. Telles sont les acceptions les plus courantes du djihad, mais il faut tenir compte des règles de l'abrogation qui varient d'une école à une autre.

Dans le Coran, la prescription du djihad est nettement exprimée. Dans la sourate II (La Génisse), verset 186, il est dit : « Combattez dans le Chemin d'Allah ceux qui vous combattent, [mais] ne soyez pas transgresseurs ! Allah n'aime pas les transgresseurs. » Le verset 187 : « Tuez-les partout où vous les atteindrez ! Expulsez-les d'où ils vous ont expulsés ! La persécution [des Croyants] est pire que le meurtre. [Toutefois], ne les combattez point près de la Mosquée sacrée avant qu'ils vous y aient combattus ! S'ils vous [y] combattent, tuez-les ! Telle est la « récompense » des Infidèles. » Le verset 189 : « Combattez-les jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de persécution et que le Culte soit rendu à Allah ! » Cette révélation est incontestablement dirigée, non contre les infidèles en général, mais contre les seuls polythéistes de La Mecque. Car la guerre sainte s'explique aussi par les conditions rencontrées par Mahomet à Médine. La sourate II contient également le célèbre verset 257 : « Pas de contrainte en religion. La vérité se distingue assez de l'erreur ! » Ce verset a inspiré tous ceux qui se fondent sur le maintien et le respect des autres religions monothéistes dans la société musulmane.

Des juristes ont estimé que les seules guerres saintes étaient celles du Prophète. À l'époque moderne, certains réformateurs ont voulu transformer le djihad en apostolat ou en action missionnaire afin de donner du djihad une approche pacifique, en cherchant une accommodation avec les valeurs occidentales tout en respectant une part de l'héritage islamique. Ainsi, le djihad deviendra pour ceux-là, au cours du xxe siècle, une simple lutte pour le développement et la justice sociale. Parallèlement, des auteurs spirituels chiit [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : chercheur au C.N.R.S., histoire contemporaine de l'Islam dans les pays arabes du Moyen-Orient

Classification

Autres références

«  DJIHAD ou JIHAD  » est également traité dans :

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'impossible reconnaissance internationale »  : […] En fait, la communauté internationale, malgré les critiques contre la politique des talibans envers les femmes, semblait s'être résignée à leur pouvoir qui reprenait la tradition d'un État fondé sur les tribus pachtounes et apparaissait comme un gage de stabilité. Les talibans ont toujours été systématiquement soutenus par le Pakistan, pour des raisons ayant trait à la vision stratégique de ce pa […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 611 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La guerre sainte des Peul et des Toucouleur (XVIIIe-XIXe s.) »  : […] Les conquêtes musulmanes recommenceront seulement au xviii e  siècle. Dans le Fouta-Toro, les Toucouleur, liés aux confréries Qadriya et Tidjaniya du Maghreb et de Mauritanie, propagent activement la religion et convertissent les Wolof du Sénégal. Leurs voisins, les Peul, fondent à leur tour une confédération religieuse dans le Fouta-Djalon, et leur royaume du Macina échappe à la domination bam […] Lire la suite

AL-QAIDA

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FILIU
  •  • 1 080 mots

L'organisation de la Base du Djihad, communément désignée sous l'appellation « la Base » (Al-Qaida), a été fondée en août 1988 dans la banlieue de la ville pakistanaise de Peshawar par Oussama ben Laden. Alors que le retrait de l'Armée rouge d'Afghanistan était en cours, cette organisation clandestine de quelques dizaines de membres, tous liés par un serment d'allégeance personnelle à Ben Laden, […] Lire la suite

BEN LADEN OUSSAMA (1957-2011)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FILIU
  •  • 906 mots
  •  • 1 média

Oussama ben Laden est l'un des cinquante-quatre enfants officiellement reconnus par Mohammed ben Laden, puissant entrepreneur de travaux publics d' Arabie Saoudite, responsable entre autres des chantiers de rénovation des lieux saints de La Mecque, de Médine et – avant 1967 – de Jérusalem. La famille Ben Laden est originaire de la province yéménite de l'Hadramaout, que le patriarche Mohammed a qu […] Lire la suite

BOKO HARAM

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 375 mots

C’est sous le nom de Boko Haram que le monde découvre, vers 2009, un groupe militaire nigérian se réclamant du djihadisme islamique. Celui-ci sème ensuite la terreur au Nigeria et à ses frontières, à partir du nord-est du pays, qu’il contrôle en partie. Boko Haram est à l’origine un mouvement qui, tout en présentant des similitudes avec les courants islamistes armés du monde arabe, possède de nom […] Lire la suite

BORNOU

  • Écrit par 
  • Martin VERLET
  •  • 2 598 mots

Dans le chapitre « Le XIXe siècle »  : […] Les xvii e et xviii e  siècles sont marqués par un affaiblissement de la puissance bornouane. L'activité militaire est réduite : plus de conquêtes, seulement d'épisodiques razzias parmi les populations païennes. Des souverains sans envergure laissent libre cours aux intrigues des courtisans. Les attaques des nomades du Nord (Touaregs, Teda, Daza) se multiplient. C'est un Bornou en pleine décadenc […] Lire la suite

ÉTAT ISLAMIQUE (EI) ou DAECH ou DAESH

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 2 485 mots
  •  • 2 médias

D’abord connu sous le nom d’État islamique en Irak et au Levant (EIIL ; al-Dawlah al-Islāmiyyah fī al-ʿIrāq wa al-Shām en arabe, abrégé Dāʿash ou Daesh), ce groupe d’insurgés sunnites, qui opère principalement dans l’ouest de l’Irak et l’est de la Syrie, s’autoproclame État islamique en juin 2014. Né de la fusion de l’État islamique en Irak (EII), qui réunissait des vétérans d’Al-Qaida et de l’anc […] Lire la suite

HATTIN BATAILLE DE ou BATAILLE DE TIBÉRIADE (4 juill. 1187)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 249 mots

Le sultan ayyubide Saladin, maître de l'Égypte et du sud de la Syrie, a appelé au djihad (guerre sainte) pour éliminer les États latins issus de la première croisade. Encouragé par les Byzantins, appuyé par la plupart des autres princes musulmans de la région et fort du soutien du calife abbasside de Bagdad, il déclenche son offensive à l'été de 1187, en assiégeant Tibériade. L'armée chrétienne, c […] Lire la suite

IBN TŪMART MUḤAMMAD IBN ‘ABDALLĀH (1080-1130)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 766 mots

Le mahdī des Almohades. Né dans l'Anti-Atlas marocain, d'une famille de la tribu berbère des Maṣmūda, il va à Cordoue, puis part pour l'Orient. Il rencontre à Alexandrie Abū Bakr al-Ṭurṭūshī, qui lutte pour restaurer le sunnisme et a écrit un livre contre les innovations. À Bagdād, il se trouve avec Abū Bakr al-Shāshī, le plus grand juriste shāfi‘ite de son temps, et avec al-Kiyā al-Harasī, discip […] Lire la suite

IRAK

  • Écrit par 
  • Loulouwa AL RACHID, 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Pierre ROSSI
  •  • 29 317 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « La percée de l’État islamique »  : […] L’intransigeance de Nouri Al-Maliki, d’un côté, et le glissement du soulèvement syrien vers une guerre civile, de l’autre, mettent le feu aux régions sunnites d’Irak et créent un contexte favorable à la résurgence des groupes armés qui avaient auparavant combattu l’occupation américaine. La province d’Al-Anbar, à l’ouest de la capitale, devient le premier théâtre d’affrontements avec l’armée iraki […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre-Jean LUIZARD, « DJIHAD ou JIHAD », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/djihad-jihad/