NUBIE TEMPLES DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Entre les deuxième et troisième cataractes

Au cœur des redoutables déserts (le Batn el-Hagar, c'est-à-dire le « ventre de pierre ») qui, sur une centaine de kilomètres, prolongent en amont les rapides de la deuxième cataracte, les Égyptiens édifièrent à Semna plusieurs temples. Sur la rive ouest, l'un d'eux fut dédié par Thoutmosis III au dieu nubien Dedoun et à Sésostris III, le pharaon du Moyen Empire considéré comme le « Maître de la Nubie ». Plus au sud, un autre temple, principalement en brique, fut édifié par le pharaon éthiopien Taharqa. À Semna-Est (appelé encore Kumma), les Thoutmosides dédièrent un temple à Khnoum, le dieu bélier des cataractes. Ces édifices ont été transférés au musée de Khartoum.

De part et d'autre de la hauteur du Gebel Dosha, sur les flancs de laquelle, en bordure même du Nil, une chapelle rupestre avait été creusée par Thoutmosis III, les deux temples de Soleb et de Sedeinga forment un ensemble prestigieux. Antérieurs de plus de cent ans à Abou Simbel, ils sont placés sous l'invocation l'un du roi Aménophis III, l'autre de la reine son épouse Tiyi.

Sedeinga ou Adeye, le « château de Tiyi », ne dresse plus aujourd'hui qu'une colonne hathorique au-dessus du tas assez informe de ses vestiges.

En revanche, Soleb, le grand temple jubilaire d'Aménophis III, offre les ruines les plus prestigieuses du Soudan. Le soleil pare d'une couleur de miel le môle d'un haut pylône « en belle pierre blanche de grès », comme disent les inscriptions, et les colonnes papyriformes fasciculées de la première cour à portique ; elles sont comparables à celles, si pures de style et si célèbres, de Louxor. Sur les vestiges des murs figurent encore des éléments des scènes combien vénérables de la fête-Sed, la grande cérémonie jubilaire du roi. Au-delà d'une seconde cour entièrement ruinée, la salle hypostyle ne dresse plus qu'une colonne portant un chapiteau palmiforme encore sommé de son abaque et d'u [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article


			Nubie : principaux sites archéologiques

Nubie : principaux sites archéologiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Musée nubien d'Assouan

Musée nubien d'Assouan
Crédits : Aga Khan Award for Architecture

photographie

Le pharaon Thoutmosis III

Le pharaon Thoutmosis III
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Ramsès II représenté sous les traits d'un enfant

Ramsès II représenté sous les traits d'un enfant
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : secrétaire perpétuel de l'Académie des inscriptions et belles-lettres

Classification

Autres références

«  NUBIE TEMPLES DE  » est également traité dans :

ABU SIMBEL

  • Écrit par 
  • Christiane M. ZIVIE-COCHE
  •  • 1 967 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le site »  : […] À environ 280 km au sud d'Assouan, sur la rive gauche du Nil, Ramsès II, qui fut un grand bâtisseur en Égypte et en Nubie (Beit el-Wali, Gerf Hussein, Wadi es-Sebua, El-Derr et Akhsha portent son nom), a choisi un double éperon rocheux pour tailler dans le grès deux temples consacrés à sa gloire et à celle de l'une de ses épouses, Nefertari, dont nous connaissons la tombe creusée dans la vallée d […] Lire la suite

DESROCHES-NOBLECOURT CHRISTIANE (1913-2011)

  • Écrit par 
  • Christian LEBLANC
  •  • 964 mots
  •  • 1 média

L'égyptologue Christiane Desroches-Noblecourt, née le 17 novembre 1913 à Paris et décédée le 23 juin 2011 à Épernay (Marne), aura beaucoup fait pour défendre le patrimoine de l'Égypte antique. Outre la part prépondérante qu'elle prit dans la préservation de nombreux temples en Nubie, elle organisa des expositions qui firent date et publia une trentaine d'ouvrages sur son domaine de prédilection. C […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 9 481 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Archéologie du Soudan »  : […] Passons à des centaines de kilomètres au sud vers un autre domaine, où le patrimoine mondial a failli connaître un désastre irrémédiable : la Nubie et le nord du Soudan. Tous ont encore en mémoire les appels lancés dans les années 1960 par l'U.N.E.S.C.O. en faveur du sauvetage des vestiges de la Nubie vouée à la submersion sous les eaux du grand lac Nasser. Comme nous l'avons rappelé, des dizaine […] Lire la suite

MÉROÉ

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 1 741 mots
  •  • 3 médias

C'est sans doute à la dévastation de Napata, lors du raid égyptien de Psammétique II en ~ 591, qu'il faut attribuer le transfert de la capitale koushite de Napata à Méroé , c'est-à-dire, bien au-delà vers le sud, non loin de la sixième cataracte du Nil. Napata demeura toutefois la capitale religieuse du royaume ; aussi les souverains continuèrent-ils à se faire enterrer dans la nécropole de Nouri […] Lire la suite

MICHALOWSKI KAZIMIERZ (1901-1980)

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 674 mots

Avec Kazimierz Michalowski est mort, le 31 décembre 1980, un des maîtres de l'école polonaise d'archéologie, un des doyens des études sur l'Égypte et la Nubie. Né le 14 décembre 1901 à Tarnopol (en Galicie, alors austro-hongroise), diplômé d'archéologie classique de l'université de Lwów, il avait poursuivi ses études à Berlin, Heidelberg, Münster, Paris, Rome et Athènes. Devenu membre de l'École f […] Lire la suite

NAPATA

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 1 059 mots
  •  • 3 médias

Sous le Nouvel Empire, la domination égyptienne est à son apogée : le pays de Koush (la Nubie et la partie nord de l'actuel Soudan) est annexé. Thoutmosis III (~ 1490 env.-env. ~ 1436) recule la frontière loin vers le sud, jusqu'aux abords de Napata (près de la ville moderne de Karima), sur la rive gauche du fleuve. Point d'arrêt militaire, c'était aussi le comptoir commercial le plus en amont sur […] Lire la suite

PHILAE

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 1 024 mots
  •  • 1 média

Petite île de 460 mètres de longueur sur 150 mètres de largeur, Philae est surnommée la perle de l'Égypte. C'est une des bosses de l'énorme barre de roches granitiques qui, sur plusieurs kilomètres, constitue la première cataracte du Nil, au sud immédiat d'Assouan. En ce lieu consacré à la déesse Isis, Nectanébo I er fit construire un élégant pavillon vers ~ 370, à la pointe méridionale de l'île. […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean LECLANT, « NUBIE TEMPLES DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/temples-de-nubie/