Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

NUBIE TEMPLES DE

Fouilles au sud de la troisième cataracte

Au sud de la troisième cataracte, dans l'île d'Argo, une mission américano-suisse a dégagé sur le site de Tabo les vestiges très arasés de plusieurs temples d'époque napatéenne et méroïtique.

Un peu plus au sud, les recherches menées par une mission anglaise sur le site de Kawa ont mis en évidence plusieurs temples dédiés à Amon : un temple A, avec de beaux vestiges de gravures aux noms de Toutankhamon et de Taharqa ; un temple B, d'époque méroïtique ; un temple T, également de Taharqa.

La limite extrême de l'empire égyptien se trouvait à l'aval de la quatrième cataracte, à Napata, que domine la masse prestigieuse de la montagne sainte, le Gebel Barkal. Napata fut plus tard la capitale des pharaons koushites avant qu'ils ne se replient bien plus au sud, à Méroé.

Toute une série de temples ont été mis en évidence, en particulier au cours des fouilles menées aux alentours de la Première Guerre mondiale par l'Américain G. A. Reisner. Au pied du Gebel Barkal, dont les énormes éboulis mériteraient d'être dégagés (ne pourrait-il s'y cacher l'entrée conduisant vers un spéos comparable à celui d'Abou Simbel ?), se succèdent les vestiges très détruits d'une longue suite de sanctuaires. Certains remontent jusqu'au Nouvel Empire égyptien, d'autres datent de l'époque koushite. Sur les parois ou sur les statues dégagées se lisent des noms très prestigieux : Aménophis III, Ramsès II, Peye (Piankhy), Taharqa, Atlanarsa, Senkamaniskeñ, et ceux de nombreux maîtres de l'empire méroïtique.

— Jean LECLANT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : secrétaire perpétuel de l'Académie des inscriptions et belles-lettres

Classification

Pour citer cet article

Jean LECLANT. NUBIE TEMPLES DE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias


			Nubie : principaux sites archéologiques - crédits : Encyclopædia Universalis France

Nubie : principaux sites archéologiques

Musée nubien d'Assouan - crédits : Aga Khan Award for Architecture

Musée nubien d'Assouan

Le pharaon Thoutmosis III - crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Le pharaon Thoutmosis III

Autres références

  • ABU SIMBEL

    • Écrit par Christiane M. ZIVIE-COCHE
    • 1 974 mots
    • 6 médias
    ...et à celle de l'une de ses épouses, Nefertari, dont nous connaissons la tombe creusée dans la vallée des Reines à Thèbes. L'architecture religieuse en Nubie, telle qu'elle fleurit sous la XIXe dynastie tout particulièrement, a des caractéristiques propres qui, sans être inconnues en Égypte même,...
  • DESROCHES-NOBLECOURT CHRISTIANE (1913-2011)

    • Écrit par Christian LEBLANC
    • 963 mots
    • 1 média

    L'égyptologue Christiane Desroches-Noblecourt, née le 17 novembre 1913 à Paris et décédée le 23 juin 2011 à Épernay (Marne), aura beaucoup fait pour défendre le patrimoine de l'Égypte antique. Outre la part prépondérante qu'elle prit dans la préservation de nombreux temples en Nubie, elle organisa des...

  • ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'archéologie

    • Écrit par Jean LECLANT
    • 9 512 mots
    • 9 médias
    Passons à des centaines de kilomètres au sud vers un autre domaine, où le patrimoine mondial a failli connaître un désastre irrémédiable : la Nubie et le nord du Soudan. Tous ont encore en mémoire les appels lancés dans les années 1960 par l'UNESCO en faveur du sauvetage des vestiges de la Nubie...
  • MÉROÉ

    • Écrit par Jean LECLANT
    • 1 741 mots
    • 3 médias

    C'est sans doute à la dévastation de Napata, lors du raid égyptien de Psammétique II en ~ 591, qu'il faut attribuer le transfert de la capitale koushite de Napata à Méroé, c'est-à-dire, bien au-delà vers le sud, non loin de la sixième cataracte du Nil. Napata demeura toutefois...

  • Afficher les 7 références

Voir aussi