ABU SIMBEL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Abu Simbel : le site et les deux temples

Abu Simbel : le site et les deux temples
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Égypte : carte administrative

Égypte : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Ramsès II faisant des offrandes à Horus

Ramsès II faisant des offrandes à Horus
Crédits : H. Champollion/ AKG

photographie

Temple d'Hathor

Temple d'Hathor
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie


De tous les sites de la Nubie égyptienne (ou basse Nubie), celui d'Abu Simbel (déformation d'Ibsamboul qui était son nom au xixe siècle) est certainement le plus connu. Son sauvetage spectaculaire, réalisé sous les auspices de l'U.N.E.S.C.O. lors de la construction du grand barrage d'Assouan (Saad el-Aali), lui a conféré une notoriété supplémentaire.

Abu Simbel : le site et les deux temples

Abu Simbel : le site et les deux temples

Dessin

Plan du site d'Abu Simbel et des deux temples. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Égypte : carte administrative

Égypte : carte administrative

Carte

Carte administrative de l'Égypte. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Le site

À environ 280 km au sud d'Assouan, sur la rive gauche du Nil, Ramsès II, qui fut un grand bâtisseur en Égypte et en Nubie (Beit el-Wali, Gerf Hussein, Wadi es-Sebua, El-Derr et Akhsha portent son nom), a choisi un double éperon rocheux pour tailler dans le grès deux temples consacrés à sa gloire et à celle de l'une de ses épouses, Nefertari, dont nous connaissons la tombe creusée dans la vallée des Reines à Thèbes. L'architecture religieuse en Nubie, telle qu'elle fleurit sous la XIXe dynastie tout particulièrement, a des caractéristiques propres qui, sans être inconnues en Égypte même, n'y sont que rarement présentes. Les temples nubiens sont en effet des hémi-spéos, c'est-à-dire des édifices partiellement creusés dans le roc et partiellement construits (salle hypostyle et avant-cour) ou, comme dans le cas d'Abu Simbel, de véritables spéos ou hypogées entièrement taillés dans le rocher.

Le site est mentionné pour la première fois en 1813 par le voyageur suisse Ludwig Burckhardt, et le grand temple est ouvert en 1817 par l'archéologue et aventurier italien Belzoni qui a pénétré avec difficulté dans un monument très largement ensablé. Le site d'Abu Simbel semble avoir été choisi par Ramsès II lui-même, car on n'y a retrouvé aucune trace d'occupation antérieure. Les temples ont vraisemblablement été construits vers l'an 30 du règne du pharaon.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : chargée de recherche au C.N.R.S., chargée de conférences à l'École pratique des hautes études, Ve section

Classification


Autres références

«  ABU SIMBEL  » est également traité dans :

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 9 477 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Archéologie du Soudan »  : […] Passons à des centaines de kilomètres au sud vers un autre domaine, où le patrimoine mondial a failli connaître un désastre irrémédiable : la Nubie et le nord du Soudan. Tous ont encore en mémoire les appels lancés dans les années 1960 par l'U.N.E.S.C.O. en faveur du sauvetage des vestiges de la Nubie vouée à la submersion sous les eaux du grand l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-antique-histoire-l-archeologie/#i_271

MICHALOWSKI KAZIMIERZ (1901-1980)

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 674 mots

Avec Kazimierz Michalowski est mort, le 31 décembre 1980, un des maîtres de l'école polonaise d'archéologie, un des doyens des études sur l'Égypte et la Nubie. Né le 14 décembre 1901 à Tarnopol (en Galicie, alors austro-hongroise), diplômé d'archéologie classique de l'université de Lwów, il avait poursuivi ses études à Berlin, Heidelberg, Münster, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kazimierz-michalowski/#i_271

NUBIE TEMPLES DE

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 2 354 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le sud de la première cataracte. Abou Simbel »  : […] Philae, l'île sainte d'Isis, ensevelie sous les eaux depuis la construction du premier barrage d'Assouan au début du xx e  siècle, est désormais en aval du nouveau haut barrage ; mais les variations du niveau des eaux ont nécessité le déplacement de ses monuments, qui ont été démontés et transférés sur l'îlot réaménagé d'Aglika, à 300 mètres au nor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/temples-de-nubie/#i_271

RAMSÈS II (-1304--1236)

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 1 098 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'exploitation de la Nubie »  : […] Originaire du Delta oriental, la XIX e dynastie y avait des attaches. Ramsès II installe donc son palais ainsi que le centre administratif de l'Égypte à Piramsès, dont l'emplacement est discuté : il s'agirait de Tanis, selon les uns, de Khatana-Qantir, selon d'autres. La création de cette ville résulte de l'évolution de la situation dans le Proche […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ramses-ii/#i_271

Voir aussi

Pour citer l’article

Christiane M. ZIVIE-COCHE, « ABU SIMBEL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/abu-simbel/