NAPATA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

-1000 à -600. Le fer et les cavaliers

-1000 à -600. Le fer et les cavaliers
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Le roi Taharqa faisant une offrande au dieu-faucon Hemen

Le roi Taharqa faisant une offrande au dieu-faucon Hemen
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Ouchebtis et boîte à ouchebtis

Ouchebtis et boîte à ouchebtis
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie


Sous le Nouvel Empire, la domination égyptienne est à son apogée : le pays de Koush (la Nubie et la partie nord de l'actuel Soudan) est annexé. Thoutmosis III (~ 1490 env.-env. ~ 1436) recule la frontière loin vers le sud, jusqu'aux abords de Napata (près de la ville moderne de Karima), sur la rive gauche du fleuve. Point d'arrêt militaire, c'était aussi le comptoir commercial le plus en amont sur le Nil ; par caravanes et par navigation y parvenaient les produits de l'Afrique noire, acheminés ensuite vers l'Égypte.

En face de Napata, sur la rive droite, l'immense plaine est dominée par la masse tabulaire du Gebel Barkal ; sa solitude impressionnante en avait fait depuis longtemps l'objet d'une vénération particulière. Les pharaons du Nouvel Empire, qui avaient édifié des temples tout au long des rives du Nil, ne manquèrent pas de construire des sanctuaires au pied de la montagne sainte ; ils en firent le haut lieu du culte d'Amon en terre soudanaise, une sorte de contrepartie de Thèbes égyptienne dans le pays de Koush. Entre la montagne et le fleuve, le grand temple d'Amon, dont les dimensions importantes s'inspiraient de celles du domaine d'Amon à Karnak, fut restauré et agrandi par Séthi Ier et Ramsès II, puis par les souverains napatéens et méroïtiques.

À la fin du Nouvel Empire, la faiblesse des derniers Ramessides (~ 1180 env.-env. ~ 1070) ne leur permet pas de conserver l'hégémonie égyptienne sur le Sud. Profitant du morcellement du pouvoir en Égypte, Koush se constitue en royaume indépendant ; alors qu'autrefois (~ 2300 env.-env. ~ 1560) la capitale avait été Kerma, dans le nord du bassin du Dongola, le centre de la nouvelle dynastie est la région de Napata, avec la métropole religieuse du Gebel Barkal.

-1000 à -600. Le fer et les cavaliers

-1000 à -600. Le fer et les cavaliers

Vidéo

Métallurgie du fer. Assyrie. Renaissance grecque. Expansion scythe. Les Olmèques en Amérique centrale. Chavín dans les Andes.C'est dans de violents bouleversements que commence le Ier millénaire.Les grands empires du Bronze s'effondrent sous les coups de guerriers nomades, redoutables... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Puis les rôles se renversent totalement. Vers ~ 730, le souverain nubien Peye (Piankhy) envahit l'Égypte. Avec Shabaka (~ 712 env.-env. ~ 698) s'installe en Égypte une dynastie nouvelle, la XXVe dynastie dite éthiopienne, qui s'oppose avec succès d' [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : secrétaire perpétuel de l'Académie des inscriptions et belles-lettres

Classification


Autres références

«  NAPATA  » est également traité dans :

XXVe DYNASTIE (Égypte)

  • Écrit par 
  • Annie FORGEAU
  •  • 215 mots
  •  • 1 média

À Napata, en aval de la quatrième cataracte, limite du pouvoir égyptien en Nubie sous le Nouvel Empire, naît au cours du viiie siècle avant notre ère un royaume autochtone aux origines mal connues. Poursuivant la politique d'expansion de ses prédécesseurs vers le nord, Peye (Piankhy) assure son autorité sur l'Égy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/xxve-dynastie/#i_80586

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Histoire et traditions

  • Écrit par 
  • Jean DEVISSE, 
  • Francis GEUS, 
  • Louis PERROIS, 
  • Jean POLET
  • , Universalis
  •  • 6 686 mots

Dans le chapitre « L'art méroïtique »  : […] On ne connaît pas l'origine des hommes qui prirent en main au viii e  siècle avant J.-C. les destinées de la Nubie, mais, s'ils furent sans conteste les héritiers des rois de Kerma et de leurs éventuels prédécesseurs de Qoustoul, ils se réclamèrent vigoureusement des traditions de l'Égypte pharaonique. S'appuyant sur Amon, dieu suprême de l'Égypte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-arts-histoire-et-traditions/#i_80586

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte pharaonique

  • Écrit par 
  • François DAUMAS
  •  • 12 245 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le déclin »  : […] Cette valeur humaine, l'Égypte la conserva dans sa décadence et même lorsqu'elle fut asservie à l'étranger. C'est sur un pays affaibli, en effet, que régnèrent les pharaons de Tanis du x e au milieu du viii e siècle (XXI e et XXII e dynasties). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-antique-histoire-l-egypte-pharaonique/#i_80586

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 9 477 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Archéologie du Soudan »  : […] Passons à des centaines de kilomètres au sud vers un autre domaine, où le patrimoine mondial a failli connaître un désastre irrémédiable : la Nubie et le nord du Soudan. Tous ont encore en mémoire les appels lancés dans les années 1960 par l'U.N.E.S.C.O. en faveur du sauvetage des vestiges de la Nubie vouée à la submersion sous les eaux du grand lac Nasser. Comme nous l'avons rappelé, des dizaine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-antique-histoire-l-archeologie/#i_80586

MÉROÉ

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 1 740 mots
  •  • 4 médias

C'est sans doute à la dévastation de Napata, lors du raid égyptien de Psammétique II en ~ 591, qu'il faut attribuer le transfert de la capitale koushite de Napata à Méroé , c'est-à-dire, bien au-delà vers le sud, non loin de la sixième cataracte du Nil. Napata demeura toutefois la capitale religieuse du royaume ; aussi les souverains continuèrent-ils à se faire enterrer dans la nécropole de Nouri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/meroe/#i_80586

PYRAMIDE

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe LAUER
  •  • 8 778 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Les dernières pyramides »  : […] En plus des deux pyramides de la XIII e dynastie déjà citées, une seule autre, au massif de brique crue presque rasé (de 100 coudées de côté), située à environ un kilomètre au sud de celle d'Amenemhat III à Dahchour, est attribuable à l'un des nombreux rois de la II e Période intermédiaire ; portant le nom d'Ameny ‘Aamou (l'Asiatique), ce roi ser […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pyramide/#i_80586

Pour citer l’article

Jean LECLANT, « NAPATA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/napata/