SARKIS (1938- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La phrase souvent citée de Sarkis, « Ma mémoire est ma patrie » (titre de l'une de ses œuvres exposée en 1985 à la Kunsthalle de Berne), résume parfaitement la démarche de ce plasticien dont l'œuvre se trouve à la fois nulle part (car elle est en devenir constant au travers de multiples « satellites », pour reprendre un terme utilisé par l'artiste) et en des lieux précis selon les expositions (elles ne sont jamais identiques). En accordant une place fondamentale à la mémoire dans son travail, Sarkis n'entend pas se référer uniquement à sa propre existence mais essentiellement, par-delà les éléments biographiques qui émaillent l'œuvre, à une activité dynamique comprise comme un antidote à l'oubli de l'histoire humaine, histoire qui peut apparaître tantôt dans ses multiples manifestations esthétiques – principalement musicales, théâtrales, cinématographiques et photographiques – tantôt dans ses implications sociales et politiques, à travers les siècles et les civilisations. Leur interaction forme une sorte de Gesamtkunstwerk (« œuvre d'art total ») qui, paradoxalement, ne tend pas à unifier mais à disséminer les enjeux et les formes. Le travail – notion chère à l'artiste – ne consiste donc pas à figer les productions dans une totalité mais à les faire évoluer dans un mouvement en spirale où le passé se projette dans le présent et où le présent est déjà une promesse d'avenir. Sans être construite de manière cyclique, l'œuvre de Sarkis est constituée de rappels, à leur tour transformés par de nouveaux éléments, et l'ensemble devient la mémoire du futur.

Né en 1938 à Istanbul, Sarkis Zabunyan, dit Sarkis, sera marqué par la situation géographique et historique d'une ville enracinée entre l'Orient et l'Occident, au carrefour de différentes religions, où s'est joué, en particulier, le destin des images lors de la querelle entre iconoclastes et iconodules. C'est à Istanbul que Sarkis expose pour la première fois en 1960 (galerie de la Ville), peu de temps avant d'émigrer en France en 1964, à Paris, où il vit encore. Il expose en 1967, à la galerie Blumenthal-Mommaton, et r [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur en esthétique à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art

Classification


Autres références

«  SARKIS (1938- )  » est également traité dans :

QUAND LES ARTISTES FONT ÉCOLE (ouvrage collectif)

  • Écrit par 
  • Thierry DUFRÊNE
  •  • 1 053 mots

Bien avant le site de création contemporaine qu'est devenu en 2002 le palais de Tokyo, avec son pavillon-école à destination des jeunes artistes confié à Ange Leccia, Paris avait abrité une pépinière exceptionnelle, celle de l'Institut des hautes études en arts plastiques dirigé entre 1988 et 1995 par Pontus Hulten, ancien directeur du Musée national d'art moderne. Là furent formés quelques-uns d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quand-les-artistes-font-ecole-ouvrage-collectif/#i_70555

Pour citer l’article

Jacinto LAGEIRA, « SARKIS (1938- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sarkis/