SARKIS (1938- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La phrase souvent citée de Sarkis, « Ma mémoire est ma patrie » (titre de l'une de ses œuvres exposée en 1985 à la Kunsthalle de Berne), résume parfaitement la démarche de ce plasticien dont l'œuvre se trouve à la fois nulle part (car elle est en devenir constant au travers de multiples « satellites », pour reprendre un terme utilisé par l'artiste) et en des lieux précis selon les expositions (elles ne sont jamais identiques). En accordant une place fondamentale à la mémoire dans son travail, Sarkis n'entend pas se référer uniquement à sa propre existence mais essentiellement, par-delà les éléments biographiques qui émaillent l'œuvre, à une activité dynamique comprise comme un antidote à l'oubli de l'histoire humaine, histoire qui peut apparaître tantôt dans ses multiples manifestations esthétiques – principalement musicales, théâtrales, cinématographiques et photographiques – tantôt dans ses implications sociales et politiques, à travers les siècles et les civilisations. Leur interaction forme une sorte de Gesamtkunstwerk (« œuvre d'art total ») qui, paradoxalement, ne tend pas à unifier mais à disséminer les enjeux et les formes. Le travail – notion chère à l'artiste – ne consiste donc pas à figer les productions dans une totalité mais à les faire évoluer dans un mouvement en spirale où le passé se projette dans le présent et où le présent est déjà une promesse d'avenir. Sans être construite de manière cyclique, l'œuvre de Sarkis est constituée de rappels, à leur tour transformés par de nouveaux éléments, et l'ensemble devient la mémoire du futur.

Né en 1938 à Istanbul, Sarkis Zabunyan, dit Sarkis, sera marqué par la situation géographique et historique d'une ville enracinée entre l'Orient et l'Occident, au carrefour de différentes religions, où s'est joué, en particulier, le destin des images lors de la querelle entre iconoclastes et iconodules. C'est à Istanbul que Sarkis expose pour la première fois en 1960 (galerie de la Ville), peu de temps avant d'émigrer en France en 1964, à Paris, où il vit encore. Il expose en 1967, à la galerie Blumenthal-Mommaton, et r [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : professeur en esthétique à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art

Classification


Autres références

«  SARKIS (1938- )  » est également traité dans :

QUAND LES ARTISTES FONT ÉCOLE (ouvrage collectif)

  • Écrit par 
  • Thierry DUFRÊNE
  •  • 1 053 mots

Bien avant le site de création contemporaine qu'est devenu en 2002 le palais de Tokyo, avec son pavillon-école à destination des jeunes artistes confié à Ange Leccia, Paris avait abrité une pépinière exceptionnelle, celle de l'Institut des hautes études en arts plastiques dirigé entre 1988 et 1995 par Pontus Hulten, ancien directeur du Musée national d'art moderne. Là furent formés quelques-uns d […] Lire la suite

Les derniers événements

1er-23 septembre 1982 • Liban • Assassinat de Béchir Gemayel et élection de son frère Amine à la présidence

, est élu président de la République dès le premier tour par 77 voix ; il y a eu 3 bulletins blancs. Le nouveau chef de l'État, qui succède, le 23, à Elias Sarkis, s'engage à « assumer la responsabilité monumentale de réunifier et reconstruire le Liban ».  [...] Lire la suite

1er août - 1er septembre 1982 • Israël - Liban • Évacuation de Beyrouth-Ouest par les Palestiniens

ans par cinquante-sept voix et cinq bulletins blancs au second tour de scrutin. Dix-huit des quarante et un députés musulmans ont assisté à la séance. Âgé de 34 ans, le nouveau président est appelé à succéder le 23 septembre à Élias Sarkis.  [...] Lire la suite

1er-29 juillet 1982 • Israël - Liban • Pression de l'armée israélienne sur Beyrouth-Ouest

du problème palestinien. Le 22, les chasseurs bombardiers israéliens reprennent leurs raids contre Beyrouth-Ouest. D'autres opérations sont lancées contre l'armée syrienne dans la Bekaa et, le 24, des rampes de fusées SAM-8 sont détruites. Le 24, le président Sarkis dénonce les agissements de l [...] Lire la suite

3-29 juin 1982 • Israël - Liban • Invasion du Liban par Israël

au président Sarkis de la solidarité de la France. Le même jour, Itzhak Shamir, ministre israélien des Affaires étrangères en visite à Paris, est reçu par François Mitterrand. Toujours le 15, Damas rejette un ultimatum de Jérusalem, lui intimant de retirer ses troupes de Beyrouth et de ses environs [...] Lire la suite

10-29 juillet 1981 • Israël - Liban • Reprise des bombardements israéliens au Liban et cessez-le-feu précaire

adopte à l'unanimité une résolution qui demande un cessez-le-feu immédiat au Liban ; Yasser Arafat fait part à Kurt Waldheim de son accord de principe, alors que Menahem Begin accepte de « nouer des contacts avec le président Sarkis » mais exclut toute négociation, directe ou indirecte [...] Lire la suite

7-30 juin 1981 • Liban • Accalmie dans les combats

Les 7 et 8 se réunit pour la première fois à Beiteddine, dans la montagne libanaise, le comité arabe quadripartite qui regroupe autour du président Sarkis et sous l'égide de Chedli Klibi, secrétaire général de la Ligue arabe, les ministres des Affaires étrangères syrien, saoudien et koweitien [...] Lire la suite

1er-30 avril 1981 • Liban - Syrie • Reprise des combats entre troupes syriennes et milices chrétiennes

du président Sarkis au Liban après avoir envoyé Louis de Guiringaud, ancien ministre des Affaires étrangères, à Damas. Mais la France doit renoncer à sa proposition de création d'une force internationale « tampon » qui succéderait à la F.A.D. au Liban, la plupart des responsables libanais [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacinto LAGEIRA, « SARKIS (1938- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sarkis/