DEGAS ET LE NU (exposition)

Médias de l’article

Après le bain, femme s'essuyant la nuque, E. Degas

Après le bain, femme s'essuyant la nuque, E. Degas
Crédits : Josse/ Leemage/ Corbis/ Getty Images

photographie

Le Tub, E. Degas

Le Tub, E. Degas
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie


La place éminente qu'occupe la représentation du nu dans l'œuvre d'Edgar Degas (1834-1917) a fait l'objet pour la première fois, au musée d'Orsay à Paris (du 13 mars au 1er juillet 2012), d'une exposition conçue par George T. M. Shackelford, alors conservateur au Museum of Fine Arts de Boston, et Xavier Rey.

Célèbre pour ses danseuses, ses chevaux de course, ses portraits voire ses scènes de la vie moderne, c'est probablement dans le nu exploré tout au long de sa carrière, que Degas a le mieux trouvé à exercer son tempérament novateur et ses recherches techniques, en quête de solutions expressives inédites. La thèse n'a rien de nouveau, mais sa pertinence méritait d'être démontrée, œuvres à l'appui.

L'exposition Degas et le nu a réussi ce pari en rassemblant, dans une muséographie dépouillée, plus de deux cents peintures, dessins, pastels, monotypes, gravures, lithographies et sculptures de l'artiste, provenant de collections publiques et privées du monde entier. Dans un souci de contextualisation appréciable, elle montrait également en regard une petite sélection d'œuvres réalisées du vivant de l'artiste par les maîtres qui l'influencèrent (Ingres et Delacroix), par ceux qui menèrent des recherches parallèles (Renoir, Toulouse-Lautrec et Caillebotte) ou encore ceux qui l'ont admiré (Matisse et Picasso).

De la peinture d'histoire à la modernité

Dans les ateliers de maîtres héritiers d'Ingres, Edgar Degas reçoit une formation fondée sur l'étude du nu d'après le modèle vivant, ce qu'on appelle l'« académie », et de la sculpture antique. Il enrichit également sa culture visuelle au musée du Louvre, au cabinet des Estampes de la Bibliothèque nationale et, pendant un voyage de trois ans, en Italie.

Quelques dessins, encore sages, tel celui fait d'après La Naissance de Vénus de Botticelli, témoignent de ce travail d'école. Dans les études pour Petites Filles spartiates provoquant des garçons (vers 1860-1862), renvoi inédit à l'Antiquité, une approche nouvelle et personnelle du nu se fait jour, tant dans le trait que dans la mise en place des figures, donnant un souff [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert FOHR, « DEGAS ET LE NU (exposition) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/degas-et-le-nu/