STARS ET VEDETTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la légende au « mythe »

Les tendances à l'identification et au mimétisme ont été invoquées pour justifier le succès persistant de certaines étoiles, qui seraient chargées d'un impact psychologique suffisant pour résister au changement de génération. La réalité est plus complexe ; ainsi le maintien de John Wayne en tête du box-office pendant trente ans (record seulement approché par le chanteur Bing Crosby) ne peut s'expliquer de la sorte, son public fidèle n'ayant pu être composé aussi longtemps d'aspirants cow-boys et des seuls supporters, quantitativement minoritaires aux États-Unis, de ses positions idéologiques réactionnaires.

John Wayne

Photographie : John Wayne

L'acteur américain John Wayne (1907-1979) à Prescott, Arizona, en 1966. 

Crédits : Fox Photos/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Si le succès des stars féminines se rapporte toujours, en fin de compte, à des références « érotiques » (et d'identification sentimentale pour la période 1936-1950 environ, où le public était en majorité féminin dans tous les pays du monde), celui, plus discret, des stars masculines repose sur des mécanismes sans doute moins directs. Mais l'un comme l'autre s'expliquent par le besoin de passer du règne des images au royaume de la légende. L'absence de textes légendaires se fait sentir en un âge prosaïque : la saga des stars en tient lieu. Le film cruel et significatif, typique de l'évolution de Hollywood, que Robert Aldrich a intitulé : The Legend of Lylah Clare (1968) et qui est centré sur la « continuité » rêvée de cette saga le montrera.

Si toutes les variétés de légendes reparaissent dans l'histoire des stars et des vedettes, celles de l'Europe ne se sont que rarement évadées de la prose. Elles étaient et elles restent des « têtes d'affiche », plus prestigieuses que d'autres. Leur apparition dans les festivals déclenchait souvent la ruée des « fans » et des simples curieux, mais, généralement, aucun halo de fascination fabuleuse ne les entourait.

En outre, les mœurs des vedettes et de leurs admirateurs ont tellement changé qu'une analyse plus poussée relèvera bientôt de l'archéologie, même si un « retour de flamme » est toujours possible (l'actrice italienne Ornella Muti ne s'est-elle pas vu, après onze films, consacrer une rétrospective par un ciné-club de Trieste ?).

Les anciennes gloires de Hollywood seront des exemples plus purs. Garbo, devenue « mythe » de propos délibéré, et le restant pour des milliers de gens qui n'ont jamais vu l'un de ses films, en offre un cas limite. (Le cas parallèle de Chaplin, qui pour des millions d'hommes était devenu « Charlot », demeure plus ambigu, car il n'abdiqua pas.) Tout comme Marlène Dietrich, vedette devenue figure de légende sans avoir été star plus longtemps qu'une saison, et qui réussit à ne se faire jamais oublier. Quant à Brigitte Bardot, seule figure du cinéma européen de l'après-guerre à avoir engendré un « culte » mondial, elle ne fut jamais une star au sens traditionnel, ni simplement une « jeune vedette ». Incarnant un type féminin précis au moment d'une révolution de la « typologie » féminine, elle dut sa célébrité à sa rencontre avec un public déterminé, mais multiforme, où des cinéphiles avertis côtoyaient des masses populaires pas exclusivement masculines. Objet de désir mais aussi d'envie et d'injures, elle s'est trouvée clore un chapitre marginal, mais conforme au modèle, de l'histoire des « étoiles ». En révélant crûment l'essence érotique de la fascination exercée par les déesses de Celluloïd, et en l'assumant sans complexes dans ses déclarations, elle a peut-être porté le coup de grâce à leur « mythologie » potentielle. Quant au star system (ou à ce qui en survit, de manière discontinue), la tendance née à Hollywood, mais déjà répandue partout, qu'ont les acteurs à devenir leurs propres producteurs pour des raisons financières mais aussi artistiques, loin de lui rendre vie, le condamne, même si quelques films « à grand spectacle », tels les « films catastrophe », continuent de s'enorgueillir d'une distribution all-stars. Le firmament du cinéma se vide, il n'y reste des idoles que le reflet de leur reflet dans les rétrospectives et les albums souvenir.

Shanghai Express, J. von Sternberg

Photographie : Shanghai Express, J. von Sternberg

Marlene Dietrich (1901-1992), vedette de Shanghai Express, une trouble histoire d'amour filmée par Josef von Sternberg (1931). 

Crédits : Eugene Robert Richee/ Moviepix/ Getty Images

Afficher

Brigitte Bardot

Photographie : Brigitte Bardot

La star française Brigitte Bardot, à Londres, en 1959. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Buster Keaton

Buster Keaton
Crédits : Hulton-Deutsch/ Hulton-Deutsch Collection/ Corbis Historical/ Getty Images

photographie

Qu'est-il arrivé à Baby Jane ?, R. Aldrich

Qu'est-il arrivé à Baby Jane ?, R. Aldrich
Crédits : Hulton Getty

photographie

Autant en emporte le vent, V. Fleming

Autant en emporte le vent, V. Fleming
Crédits : MoviePix/ Silver Screen Collection/ Getty Images

photographie

Alain Delon

Alain Delon
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 11 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  STARS ET VEDETTES  » est également traité dans :

ALAGNA ROBERTO (1963- )

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 585 mots

La carrière de Roberto Alagna accumule tous les poncifs d'un véritable roman-photo. Il n'est donc pas étonnant que le chanteur, rapidement promu au rang de star, étende son public bien au-delà du cercle étroit des amateurs éclairés. Les réserves que suscitent parfois quelques postures théâtrales mal venues, de fréquents abandons aux lucratives séductions du monde de la variété et la mise en scène […] Lire la suite

AUTANT EN EMPORTE LE VENT, film de Victor Fleming

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 951 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des personnages forts »  : […] Le film présente des personnages énergiques dans des situations dures, avec une héroïne féminine comme en avaient joué Bette Davis et Joan Crawford. Super-production, Autant en emporte le vent est paradoxalement l'un des films les moins lénifiants du cinéma américain classique : les gentils (Melanie, Ashley) sont au second plan, tandis qu'une garce et un trafiquant qui fréquente les mauvais lieux […] Lire la suite

BARDOT BRIGITTE (1934- )

  • Écrit par 
  • Françoise PIERI, 
  • Aldo TASSONE
  •  • 739 mots
  •  • 1 média

Star ou « femme enfant », vamp ou sauvageonne, adulée ou décriée, adorée ou honnie, Brigitte Bardot , dite B.B., a constitué assurément le mythe féminin le plus évident du cinéma des années cinquante. Des ouvrages multiples lui ont été consacrés ; des études signées d'auteurs célèbres comme Simone de Beauvoir, Marguerite Duras ou François Nourissier l'ont choisie pour thème. Elle a battu tous les […] Lire la suite

BOGART HUMPHREY (1899-1957)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 495 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un aventurier sentimental »  : […] Profitant du passage au cinéma parlant qui valut à plusieurs acteurs de théâtre, familiers de la diction, d'être engagés à Hollywood, Humphrey Bogart part pour la Californie où la Fox lui fait tourner cinq films (dont un avec John Ford). Le fils de grand bourgeois est déjà le mauvais garçon patibulaire, à la démarche nerveuse et au débit de mitraillette, mais il n'impressionne guère et revient à B […] Lire la suite

BOURVIL ANDRÉ RAIMBOURG dit (1917-1970)

  • Écrit par 
  • Robert de LAROCHE
  •  • 892 mots

Sans aucun doute possible, Bourvil a été le plus grand acteur comique de sa génération. Son registre s'étendait à tous les genres, de l'humour bouffon au drame , avec une subtilité qui lui a permis de passer d'un extrême à l'autre en donnant l'impression de rester toujours naturel. Tout au long de sa carrière, il eut, à plusieurs reprises, le courage de ne pas se satisfaire d'un succès trop facile […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le Nouvel Hollywood »  : […] Il ne faudrait pas cependant se contenter d'une lecture purement économique. Le désir de fiction – le fait n'est pas nouveau – rencontre toujours sur son chemin la production américaine, et le blockbuster n'est pas nécessairement synonyme de « navet ». Des Aventuriers de l'Arche perdue (1981), de E.T. (1982) à La Liste de Schindler (1993), Il faut sauver le soldat Ryan (1998) et Munich (2005 […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Photographie de cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 318 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La dramatisation de l'image »  : […] C'est autour de 1915 que se généralise la possibilité de recourir entièrement à l'éclairage artificiel. Il n'est guère surprenant, dès lors, que ce ne soit plus sur la côte ouest des États-Unis que se produisent de véritables révolutions en matière de photographie mais plutôt dans des pays moins favorisés par l'ensoleillement, comme les pays nordiques et l'Allemagne. L' expressionnisme allemand f […] Lire la suite

COOPER GARY (1901-1961)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 638 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un héros au naturel »  : […] Frank James Cooper, dit Gary Cooper, est né le 7 mai 1901 à Helena (Montana), où son père, Charles Cooper, fils de fermiers anglais, avait émigré en 1885 et étudié le droit parallèlement à son emploi de mécanicien, jusqu'à devenir juge. Comme son frère aîné Arthur, Frank est envoyé avec sa mère en Angleterre pour ses études. Au retour, il se montre surtout passionné d'art et de dessin. Le succès d […] Lire la suite

CULTURE - Culture de masse

  • Écrit par 
  • Edgar MORIN
  •  • 7 499 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'Olympe et le bonheur »  : […] Il y a en fait trois étapes décisives de la culture de masse. La première (19001930 env.) fait de celle-ci avant tout une culture de divertissement-évasion pour publics populaires. Elle est marquée par l'âge du cinéma muet. Celui-ci est l'héritier du roman-feuilleton du xix e  siècle, qui est lui-même l'héritier des légendes et épopées archaïques transcrites dans le cadre réaliste des grandes cité […] Lire la suite

DELON ALAIN (1935- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 622 mots
  •  • 2 médias

« L'histoire du cinéma est remplie de stars, les années passent, elles s'éteignent, on n'en reparle plus. L'art cinématographique est rempli de visages dont certains vivent et marquent l'écran d'une vie singulière. Acteurs, ou au contraire êtres dotés d'une acuité particulière, pourquoi leur nom est-il associé aux chefs-d'œuvre de l'art muet ou parlant ? On a le sentiment étrange qu'ils y sont plu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gérard LEGRAND, « STARS ET VEDETTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/stars-et-vedettes/