STARS ET VEDETTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le rapport du public aux étoiles

Le parlant (1930) avait préparé une certaine démocratisation de l'image de la vedette ; la star suivra le mouvement peu après. La libéralisation des mœurs, malgré sa lenteur, contribue à cette familiarité croissante : « Après 1930, la star peut être mère, et bonne mère » (Edgar Morin). Ajoutons que, malgré les censures, aux types archaïques de la vamp fatale (ou en Italie, de la diva vénéneuse) et de la pure jeune fille succède vers 1935 la good-bad girl, expression intraduisible, cocktail instable et d'autant plus irradiant de sensualité et de générosité, d'élégance et de simplicité, auquel la commercialisation du maquillage des vedettes (autrefois secret professionnel), qui se produit à la même date, ajoute une nouvelle proximité.

Or, malgré cet effort croissant pour « faire descendre les étoiles sur terre », effort qui ne va pas sans résistances ni contre-courants, le public continue (au moins jusqu'au milieu des années 1960) à regarder les stars et même les vedettes d'une manière immuable. Il s'agit d'un culte qui se situe à mi-chemin entre le fétichisme religieux et le fétichisme érotique (et qui témoigne, en notre ère de « désacralisation », de l'intime connexion des deux). Les sociologues du cinéma peuvent étudier les variations du goût en matière d'idoles cinématographiques, et relier ces variations à celles de la société environnante. Ce qui ne varie guère, ce sont les formes du culte, pour autant qu'elles sont observables, c'est-à-dire publiques.

Le culte a ses lieux : clubs de « fans » (les premiers datent des années 1920), courrier des journaux spécialisés où se sont longtemps échangés appréciations et renseignements, et où la lettre de l'idole ranime périodiquement la ferveur. Le culte a ses objets symboliques, au sens le plus fort du terme : les « fans » demandent à la star une photo dédicacée, une boucle de cheveux, un sous-vêtement même. Ces symboles peuvent être des actes : Esther Williams vend ses baisers (sur la joue) lors d'une fête de charité ; deux jeunes filles « agressent » l'acteur Van Johnson et lui font signer leurs gaines. Que certaines de ces demandes ne soient pas suivies d'effets ne diminue point leur valeur de symptômes.

On demande aussi à l'idole des conseils : le cas le plus banal est celui des conseils de beauté féminine (qui peuvent viser, mais pas forcément, à l'imitation de la star). On lui adresse des cadeaux variés, du chandail amoureusement tricoté au livre d'art. Les plus hardis ou les plus fervents lui prodiguent des conseils et, quelquefois, des reproches : certaines stars ont vu (à l'ère des scandales hollywoodiens, entre 1925 et 1940) leur carrière compromise par l'afflux d'un courrier indigné.

L'étoile se distingue malgré tout de la divinité par un point sans remède : elle est vivante, donc faillible, et elle est mortelle. Aussi son décès est-il le couronnement de son culte : la mort de Rudolf Valentino (1926) donna lieu à des scènes d'hystérie qui ne furent surpassées que par celles des funérailles de Jean Harlow (1937). Nouvelles scènes d'hystérie à la mort de James Dean (1955) qui reçut encore cinq mille lettres par jour plusieurs années après son enterrement et fut invoqué par les spirites. Plus calme, le « culte » (le mot est d'eux) que les étudiants des campus contestataires vouèrent, dix ans après sa mort et une relative éclipse, à Bogart (1967) est un cas curieux de « résurrection ». Un phénomène analogue s'est produit plus durablement encore avec Marilyn Monroe, dernière figure en date de la « mythologie » hollywoodienne qui se survivra grâce à elle : elle fut « star » sans cesser d'être familière.

Le Fils du cheik

Photographie : Le Fils du cheik

Une photo de l'acteur italo-américain Rudolph Valentino (1895-1926) à l'occasion de son dernier rôle, dans Le Fils du cheik, une fantaisie exotique de George Fitzmaurice (1926). 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Marilyn Monroe et Laurence Olivier

Photographie : Marilyn Monroe et Laurence Olivier

Marilyn Monroe et Laurence Olivier au Savoy Hotel, à Londres, lors d'une conférence de presse, en 1956, avant le début du tournage du film Le Prince et la danseuse

Crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis Historical/ Getty Images

Afficher

Ainsi s'explique que Marilyn ait été, de son vivant, prétexte à de nombreux « pastiches » plus ou moins heureux et plus éphémères encore qu'elle-même : une sympathie diffuse et les nécessités de l'industrie essoufflée crurent y trouver ensemble leur compte. Et ainsi s'explique qu'après 1980 son culte ait abouti... à son effigie commercialisée jusque sur des corbeilles à papier.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Buster Keaton

Buster Keaton
Crédits : Hulton-Deutsch/ Hulton-Deutsch Collection/ Corbis Historical/ Getty Images

photographie

Qu'est-il arrivé à Baby Jane ?, R. Aldrich

Qu'est-il arrivé à Baby Jane ?, R. Aldrich
Crédits : Hulton Getty

photographie

Autant en emporte le vent, V. Fleming

Autant en emporte le vent, V. Fleming
Crédits : MoviePix/ Silver Screen Collection/ Getty Images

photographie

Alain Delon

Alain Delon
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 11 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  STARS ET VEDETTES  » est également traité dans :

ALAGNA ROBERTO (1963- )

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 585 mots

La carrière de Roberto Alagna accumule tous les poncifs d'un véritable roman-photo. Il n'est donc pas étonnant que le chanteur, rapidement promu au rang de star, étende son public bien au-delà du cercle étroit des amateurs éclairés. Les réserves que suscitent parfois quelques postures théâtrales mal venues, de fréquents abandons aux lucratives séductions du monde de la variété et la mise en scène […] Lire la suite

AUTANT EN EMPORTE LE VENT, film de Victor Fleming

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 951 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des personnages forts »  : […] Le film présente des personnages énergiques dans des situations dures, avec une héroïne féminine comme en avaient joué Bette Davis et Joan Crawford. Super-production, Autant en emporte le vent est paradoxalement l'un des films les moins lénifiants du cinéma américain classique : les gentils (Melanie, Ashley) sont au second plan, tandis qu'une garce et un trafiquant qui fréquente les mauvais lieux […] Lire la suite

BARDOT BRIGITTE (1934- )

  • Écrit par 
  • Françoise PIERI, 
  • Aldo TASSONE
  •  • 739 mots
  •  • 1 média

Star ou « femme enfant », vamp ou sauvageonne, adulée ou décriée, adorée ou honnie, Brigitte Bardot , dite B.B., a constitué assurément le mythe féminin le plus évident du cinéma des années cinquante. Des ouvrages multiples lui ont été consacrés ; des études signées d'auteurs célèbres comme Simone de Beauvoir, Marguerite Duras ou François Nourissier l'ont choisie pour thème. Elle a battu tous les […] Lire la suite

BOGART HUMPHREY (1899-1957)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 495 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un aventurier sentimental »  : […] Profitant du passage au cinéma parlant qui valut à plusieurs acteurs de théâtre, familiers de la diction, d'être engagés à Hollywood, Humphrey Bogart part pour la Californie où la Fox lui fait tourner cinq films (dont un avec John Ford). Le fils de grand bourgeois est déjà le mauvais garçon patibulaire, à la démarche nerveuse et au débit de mitraillette, mais il n'impressionne guère et revient à B […] Lire la suite

BOURVIL ANDRÉ RAIMBOURG dit (1917-1970)

  • Écrit par 
  • Robert de LAROCHE
  •  • 892 mots

Sans aucun doute possible, Bourvil a été le plus grand acteur comique de sa génération. Son registre s'étendait à tous les genres, de l'humour bouffon au drame , avec une subtilité qui lui a permis de passer d'un extrême à l'autre en donnant l'impression de rester toujours naturel. Tout au long de sa carrière, il eut, à plusieurs reprises, le courage de ne pas se satisfaire d'un succès trop facile […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le Nouvel Hollywood »  : […] Il ne faudrait pas cependant se contenter d'une lecture purement économique. Le désir de fiction – le fait n'est pas nouveau – rencontre toujours sur son chemin la production américaine, et le blockbuster n'est pas nécessairement synonyme de « navet ». Des Aventuriers de l'Arche perdue (1981), de E.T. (1982) à La Liste de Schindler (1993), Il faut sauver le soldat Ryan (1998) et Munich (2005 […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Photographie de cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 318 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La dramatisation de l'image »  : […] C'est autour de 1915 que se généralise la possibilité de recourir entièrement à l'éclairage artificiel. Il n'est guère surprenant, dès lors, que ce ne soit plus sur la côte ouest des États-Unis que se produisent de véritables révolutions en matière de photographie mais plutôt dans des pays moins favorisés par l'ensoleillement, comme les pays nordiques et l'Allemagne. L' expressionnisme allemand f […] Lire la suite

COOPER GARY (1901-1961)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 638 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un héros au naturel »  : […] Frank James Cooper, dit Gary Cooper, est né le 7 mai 1901 à Helena (Montana), où son père, Charles Cooper, fils de fermiers anglais, avait émigré en 1885 et étudié le droit parallèlement à son emploi de mécanicien, jusqu'à devenir juge. Comme son frère aîné Arthur, Frank est envoyé avec sa mère en Angleterre pour ses études. Au retour, il se montre surtout passionné d'art et de dessin. Le succès d […] Lire la suite

CULTURE - Culture de masse

  • Écrit par 
  • Edgar MORIN
  •  • 7 499 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'Olympe et le bonheur »  : […] Il y a en fait trois étapes décisives de la culture de masse. La première (19001930 env.) fait de celle-ci avant tout une culture de divertissement-évasion pour publics populaires. Elle est marquée par l'âge du cinéma muet. Celui-ci est l'héritier du roman-feuilleton du xix e  siècle, qui est lui-même l'héritier des légendes et épopées archaïques transcrites dans le cadre réaliste des grandes cité […] Lire la suite

DELON ALAIN (1935- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 622 mots
  •  • 2 médias

« L'histoire du cinéma est remplie de stars, les années passent, elles s'éteignent, on n'en reparle plus. L'art cinématographique est rempli de visages dont certains vivent et marquent l'écran d'une vie singulière. Acteurs, ou au contraire êtres dotés d'une acuité particulière, pourquoi leur nom est-il associé aux chefs-d'œuvre de l'art muet ou parlant ? On a le sentiment étrange qu'ils y sont plu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gérard LEGRAND, « STARS ET VEDETTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/stars-et-vedettes/