SS (Schutzstaffel)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En mars 1923, Göring crée une garde spéciale pour protéger le Führer : quelques fidèles de la première heure prêtent serment à Hitler et se nomment la Stabswache (corps de garde), puis la Stosstruppe Adolf Hitler. Ils portent un uniforme : casquette noire, brassière à bords noirs avec croix gammée, emblème à tête de mort.

C'est à leur propos qu'apparaît le terme de Schutzstaffel ou SS (escouade de protection). Qui sont-ils ? Des artisans, des ouvriers, des petits-bourgeois, des déclassés ayant à leur tête Berchtold, un marchand de cigarettes, Ulrich Graf, premier garde du corps de Hitler qui est ancien boucher et lutteur de foire.

En novembre 1923, au moment du putsch de Munich, ils ne sont qu'une centaine. Dissoute comme la SA par le gouvernement, la Stosstruppe renaît en 1925. Heinrich Himmler écrit : « Lors du rétablissement du parti, en 1925, la SA (Sturmabteilung), organisation de protection des réunions, a été tout d'abord interdite. Cette interdiction s'étendait à la Prusse et à la Bavière, et les manifestations politiques du Führer étaient uniquement permises en Saxe et en Thuringe, provinces entièrement rouges à l'époque. Pour que ces manifestations aient du succès, il était nécessaire de les protéger contre les attaques de nos adversaires. C'est alors qu'en 1925 le Führer donna l'ordre de créer, dans les petites villes, des organisations de protection qui s'appelaient les SS ; c'étaient des estafettes au sens propre du mot, des petites formations de la force de dix hommes et d'un chef. » Mais l'année suivante, la SA est reconnue officiellement, et la SS végétera jusqu'à ce que Himmler en devienne le chef (1929). C'est lui qui apparaît comme le véritable fondateur du Schwarze Korps (le Corps noir). La progression de ses effectifs reflète la place grandissante qu'il occupe dans l'édifice : 2 000 en 1930, 50 000 en 1933, 210 000 en 1936.

Le visage le plus connu de la SS est celui des unités à tête [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SS (Schutzstaffel)  » est également traité dans :

AUSCHWITZ

  • Écrit par 
  • Michael BERENBAUM
  •  • 1 219 mots
  •  • 3 médias

Auschwitz, également appelé Auschwitz-Birkenau, fut le plus grand des camps de concentration et d'extermination construits par l'Allemagne nazie . Situé près de la ville industrielle d'Oswiecim, dans le sud de la Pologne, Auschwitz était à la fois un camp de concentration, un camp d'extermination et un camp de travail forcé. Parce qu'il fut le camp d'extermination nazi où le plus de victimes s […] Lire la suite

BABI YAR

  • Écrit par 
  • Michael BERENBAUM
  •  • 856 mots
  •  • 1 média

Le grand ravin de Babi Yar, situé à la limite septentrionale de la ville de Kiev, en Ukraine, servit de charnier pour des victimes principalement juives que des groupes de S.S. allemands tuèrent entre 1941 et 1943. Après un premier massacre de Juifs à Babi Yar, le lieu continua de servir pour l'exécution de prisonniers de guerre soviétiques et de Roms, ainsi que de Juifs. Les Soviétiques parlère […] Lire la suite

CONCENTRATION CAMPS DE

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 954 mots
  •  • 7 médias

Camps dans lesquels sont rassemblés, sous la surveillance de l'armée ou de la police, soit des populations civiles de nationalité ennemie, soit des prisonniers de guerre ou des détenus politiques. Dans le monde moderne, les premiers camps paraissent avoir été ceux qui furent créés par les Espagnols au cours de la révolte de Cuba. Pendant la guerre des Boers en Afrique du Sud, les Anglais internère […] Lire la suite

DARRÉ WALTER (1895-1953)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 466 mots

Théoricien et homme politique allemand, Walter Darré, après la défaite de 1918 (il avait fait la guerre dans l'artillerie), décide de devenir agriculteur et s'intéresse aux problèmes d'élevage. Il adhère au Parti national-socialiste en 1929, après avoir fait paraître l'année précédente son premier livre : La Paysannerie en tant que source de vie de la race nordique ( Das Bauerntum als Lebensquell […] Lire la suite

EICHMANN ADOLF (1906-1962)

  • Écrit par 
  • Michael BERENBAUM, 
  • Universalis
  •  • 913 mots
  •  • 1 média

Officier nazi né le 19 mars 1906 à Solingen (Allemagne), mort le 31 mai 1962 à Tel-Aviv (Israël). Pendant la Première Guerre mondiale, la famille de Karl Adolf Eichmann quitte l'Allemagne pour Linz, en Haute-Autriche. Travaillant comme représentant de commerce, le jeune Adolf perd son emploi pendant la grande dépression. Il rejoint le parti nazi en avril 1932 et gravit les échelons de la hiérarc […] Lire la suite

GESTAPO (Geheime Staatspolizei)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 482 mots

Police secrète de l'État nazi, contraction du mot allemand Geheime Staatspolizei. Ce nom générique de Gestapo a été utilisé par les Français occupés pour désigner à tort des organismes aussi différents que l'Abwehr (service de contre-espionnage de l'armée allemande, dirigé par l'amiral Canaris) ; la Kriminalpolizei, ou Kripo (police criminelle) ; le Sicherheitsdienst ou SD (Service de renseignemen […] Lire la suite

GUERRE MONDIALE (SECONDE)

  • Écrit par 
  • Henri MICHEL
  •  • 19 555 mots
  •  • 103 médias

Dans le chapitre «  Les succès allemands (sept. 1939 - juin 1940) »  : […] L'invasion de la Pologne par la Wehrmacht (armée de terre) commence le 1 er septembre 1939 à 5 heures, sans mobilisation préalable et sans déclaration de guerre ; un groupe de SS ( Schutzstaffel , brigade de protection), déguisés en soldats polonais, a justifié l'invasion par un simulacre de raid polonais en territoire allemand. Les Allemands possèdent l'arme de la guerre éclair : la Panzerdivis […] Lire la suite

HEYDRICH REINHARD (1904-1942)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 756 mots

Fils du directeur du conservatoire de musique de Halle, Reinhard Heydrich est considéré par ses maîtres et ses camarades comme un sujet extraordinairement brillant. La défaite de 1918 bouleverse Heydrich, élevé par ses parents et ses maîtres dans un esprit farouchement nationaliste. En 1922, il quitte Halle pour se présenter à Kiel en qualité d'aspirant de marine. Il passe aisément les grades : en […] Lire la suite

HIMMLER HEINRICH (1900-1945)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 836 mots

Fils de professeur, filleul du prince Heinrich de Bavière, Heinrich Himmler a été élevé, selon les méthodes de l'époque, dans une famille catholique très pratiquante, qui ne plaisantait pas avec la morale et les convenances bourgeoises, et dans l'amour et le respect de la patrie allemande. Docile, affectueux, respectueux, il fit de solides études et se destina à la carrière d'officier. La Première […] Lire la suite

HITLER ADOLF (1889-1945)

  • Écrit par 
  • Philippe BURRIN
  •  • 4 747 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le chef de régime »  : […] La nomination de Hitler au poste de chancelier, le 30 janvier 1933, ne fut pas la conséquence d'une victoire électorale . Aux élections de novembre 1932, le Parti nazi avait perdu des voix par rapport à celles de juillet, passant de 37,3 à 33,1 p. 100 des suffrages (196 sièges). Cette nomination fut le résultat des intrigues d'une poignée de conservateurs, menés par Franz von Papen ; désireux de […] Lire la suite

Les derniers événements

États-Unis. Test d’un missile de portée intermédiaire. 2-19 août 2019

fin à l’exploitation des SS 20 russes et des Pershing américains à l’origine de la crise des euromissiles des années 1980. Le développement du nouveau missile américain répond à celui du missile russe 9M729 que Washington accusait de violer le traité FNI. […] Lire la suite

Allemagne – France. Visite historique du président Joachim Gauck à Oradour-sur-Glane. 4 septembre 2013

Joachim Gauck est le premier chef d'État allemand à se rendre, au côté de son homologue français François Hollande, dans le village d'Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) où six cent quarante-deux habitants furent massacrés par la division SS Das Reich le 10 juin 1944. Il déplore que « les assassins n […] Lire la suite

Allemagne. Révélation de Günter Grass sur son enrôlement dans la Waffen SS. 12 août 2006

L'écrivain Günter Grass, Prix Nobel de littérature 1999, révèle, dans un entretien au quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung, son enrôlement au sein de la Waffen SS à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Cet aveu précède de quelques semaines la publication […] Lire la suite

France. Condamnation par contumace d'Aloïs Brunner. 2 mars 2001

La cour d'assises de Paris condamne à la réclusion à perpétuité, par contumace, l'ancien capitaine S.S. Aloïs Brunner, commandant, en 1943 et 1944, du camp d'internement de Drancy par lequel transitèrent, durant cette période, près de 24 000 personnes qui allaient être déportées vers les camps d'extermination nazis. Poursuivi pour l'enlèvement de trois cent cinquante-deux enfants dans des centres […] Lire la suite

Italie. Condamnation d'Erich Priebke à la prison à vie. 7 mars 1998

La cour d'appel du tribunal militaire de Rome condamne l'ex-capitaine des SS Erich Priebke à la prison à vie pour sa participation au massacre des fosses Ardéatines, en mars 1944. En août 1996, un premier jugement l'avait acquitté, mais il avait été annulé en octobre de la même année. En juillet 1997, un deuxième jugement l'avait condamné à quinze ans de prison. […] Lire la suite

Pour citer l’article

André BRISSAUD, « SS (Schutzstaffel) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ss/