SS (Schutzstaffel)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En mars 1923, Göring crée une garde spéciale pour protéger le Führer : quelques fidèles de la première heure prêtent serment à Hitler et se nomment la Stabswache (corps de garde), puis la Stosstruppe Adolf Hitler. Ils portent un uniforme : casquette noire, brassière à bords noirs avec croix gammée, emblème à tête de mort.

C'est à leur propos qu'apparaît le terme de Schutzstaffel ou SS (escouade de protection). Qui sont-ils ? Des artisans, des ouvriers, des petits-bourgeois, des déclassés ayant à leur tête Berchtold, un marchand de cigarettes, Ulrich Graf, premier garde du corps de Hitler qui est ancien boucher et lutteur de foire.

En novembre 1923, au moment du putsch de Munich, ils ne sont qu'une centaine. Dissoute comme la SA par le gouvernement, la Stosstruppe renaît en 1925. Heinrich Himmler écrit : « Lors du rétablissement du parti, en 1925, la SA (Sturmabteilung), organisation de protection des réunions, a été tout d'abord interdite. Cette interdiction s'étendait à la Prusse et à la Bavière, et les manifestations politiques du Führer étaient uniquement permises en Saxe et en Thuringe, provinces entièrement rouges à l'époque. Pour que ces manifestations aient du succès, il était nécessaire de les protéger contre les attaques de nos adversaires. C'est alors qu'en 1925 le Führer donna l'ordre de créer, dans les petites villes, des organisations de protection qui s'appelaient les SS ; c'étaient des estafettes au sens propre du mot, des petites formations de la force de dix hommes et d'un chef. » Mais l'année suivante, la SA est reconnue officiellement, et la SS végétera jusqu'à ce que Himmler en devienne le chef (1929). C'est lui qui apparaît comme le véritable fondateur du Schwarze Korps (le Corps noir). La progression de ses effectifs reflète la place grandissante qu'il occupe dans l'édifice : 2 000 en 1930, 50 000 en 1933, 210 000 en 1936.

Le visage le plus connu d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SS (Schutzstaffel)  » est également traité dans :

AUSCHWITZ

  • Écrit par 
  • Michael BERENBAUM
  •  • 1 219 mots
  •  • 3 médias

Auschwitz, également appelé Auschwitz-Birkenau, fut le plus grand des camps de concentration et d'extermination construits par l'Allemagne nazie . Situé près de la ville industrielle d'Oswiecim, dans le sud de la Pologne, Auschwitz était à la fois un camp de concentration, un camp d'extermination et un camp de travail forcé. Parce qu'il fut le camp d'extermination nazi où le plus de victimes s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auschwitz/#i_14030

BABI YAR

  • Écrit par 
  • Michael BERENBAUM
  •  • 856 mots
  •  • 1 média

Le grand ravin de Babi Yar, situé à la limite septentrionale de la ville de Kiev, en Ukraine, servit de charnier pour des victimes principalement juives que des groupes de S.S. allemands tuèrent entre 1941 et 1943. Après un premier massacre de Juifs à Babi Yar, le lieu continua de servir pour l'exécution de prisonniers de guerre soviétiques et de Roms, ainsi que de Juifs. Les Soviétiques parlère […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/babi-yar/#i_14030

CONCENTRATION CAMPS DE

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 954 mots
  •  • 7 médias

Camps dans lesquels sont rassemblés, sous la surveillance de l'armée ou de la police, soit des populations civiles de nationalité ennemie, soit des prisonniers de guerre ou des détenus politiques. Dans le monde moderne, les premiers camps paraissent avoir été ceux qui furent créés par les Espagnols au cours de la révolte de Cuba. Pendant la guerre des Boers en Afrique du Sud, les Anglais internère […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/camps-de-concentration/#i_14030

DARRÉ WALTER (1895-1953)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 466 mots

Théoricien et homme politique allemand, Walter Darré, après la défaite de 1918 (il avait fait la guerre dans l'artillerie), décide de devenir agriculteur et s'intéresse aux problèmes d'élevage. Il adhère au Parti national-socialiste en 1929, après avoir fait paraître l'année précédente son premier livre : La Paysannerie en tant que source de vie de la race nordique ( Das Bauerntum als Lebensquell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/walter-darre/#i_14030

EICHMANN ADOLF (1906-1962)

  • Écrit par 
  • Michael BERENBAUM, 
  • Universalis
  •  • 913 mots
  •  • 1 média

Officier nazi né le 19 mars 1906 à Solingen (Allemagne), mort le 31 mai 1962 à Tel-Aviv (Israël). Pendant la Première Guerre mondiale, la famille de Karl Adolf Eichmann quitte l'Allemagne pour Linz, en Haute-Autriche. Travaillant comme représentant de commerce, le jeune Adolf perd son emploi pendant la grande dépression. Il rejoint le parti nazi en avril 1932 et gravit les échelons de la hiérarc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolf-eichmann/#i_14030

GESTAPO (Geheime Staatspolizei)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 482 mots

Police secrète de l'État nazi, contraction du mot allemand Geheime Staatspolizei. Ce nom générique de Gestapo a été utilisé par les Français occupés pour désigner à tort des organismes aussi différents que l'Abwehr (service de contre-espionnage de l'armée allemande, dirigé par l'amiral Canaris) ; la Kriminalpolizei, ou Kripo (police criminelle) ; le Sicherheitsdienst ou SD (Service de renseignemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gestapo/#i_14030

GUERRE MONDIALE (SECONDE)

  • Écrit par 
  • Henri MICHEL
  •  • 19 555 mots
  •  • 103 médias

Dans le chapitre «  Les succès allemands (sept. 1939 - juin 1940) »  : […] L'invasion de la Pologne par la Wehrmacht (armée de terre) commence le 1 er septembre 1939 à 5 heures, sans mobilisation préalable et sans déclaration de guerre ; un groupe de SS ( Schutzstaffel , brigade de protection), déguisés en soldats polonais, a justifié l'invasion par un simulacre de raid polonais en territoire allemand. Les Allemands possèdent l'arme de la guerre éclair : la Panzerdivis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-mondiale-seconde/#i_14030

HEYDRICH REINHARD (1904-1942)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 756 mots

Fils du directeur du conservatoire de musique de Halle, Reinhard Heydrich est considéré par ses maîtres et ses camarades comme un sujet extraordinairement brillant. La défaite de 1918 bouleverse Heydrich, élevé par ses parents et ses maîtres dans un esprit farouchement nationaliste. En 1922, il quitte Halle pour se présenter à Kiel en qualité d'aspirant de marine. Il passe aisément les grades : en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reinhard-heydrich/#i_14030

HIMMLER HEINRICH (1900-1945)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 836 mots

Fils de professeur, filleul du prince Heinrich de Bavière, Heinrich Himmler a été élevé, selon les méthodes de l'époque, dans une famille catholique très pratiquante, qui ne plaisantait pas avec la morale et les convenances bourgeoises, et dans l'amour et le respect de la patrie allemande. Docile, affectueux, respectueux, il fit de solides études et se destina à la carrière d'officier. La Première […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-himmler/#i_14030

HITLER ADOLF (1889-1945)

  • Écrit par 
  • Philippe BURRIN
  •  • 4 747 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le chef de régime »  : […] La nomination de Hitler au poste de chancelier, le 30 janvier 1933, ne fut pas la conséquence d'une victoire électorale . Aux élections de novembre 1932, le Parti nazi avait perdu des voix par rapport à celles de juillet, passant de 37,3 à 33,1 p. 100 des suffrages (196 sièges). Cette nomination fut le résultat des intrigues d'une poignée de conservateurs, menés par Franz von Papen ; désireux de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolf-hitler/#i_14030

LEBENSBORN ET AHNENERBE

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 842 mots

Deux organismes SS demeurent mystérieux : l'Ahnenerbe (Héritage des ancêtres) et le Lebensborn (Source de vie). Le but de l'Ahnenerbe, fondé en 1933 et rattaché à la SS en 1936, n'a apparemment rien de mystérieux : « Rechercher l'espace, l'esprit, les actes et l'héritage de la race nordique indo-germanique, et communiquer au peuple les résultats de ces recherches sous une forme intéressante. » Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lebensborn-et-ahnenerbe/#i_14030

NAZISME

  • Écrit par 
  • Johann CHAPOUTOT
  •  • 4 758 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Abandon de la voie insurrectionnelle »  : […] Après une tentative ratée de prise de pouvoir par la force à Munich (« Putsch de la Brasserie », des 8 et 9 novembre 1923, coup d’État à l’imitation de la « marche sur Rome » lancée par Mussolini un an plus tôt), le N.S.D.A.P. adopte une stratégie électoraliste. Échaudé par l’échec, ainsi que par les risques encourus – il est condamné à une peine de cinq ans de prison et son parti est interdit en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nazisme/#i_14030

OCCUPATION (France)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GUILLON
  •  • 6 042 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  Occupation et collaborations »  : […] La France occupée est sous l'administration militaire du Militärbefehlshaber in Frankreich (M.B.F.). Dépendant de l'état-major de la Wehrmacht (O.K.W.), il contrôle le réseau des Feldkommandanturen, soit 24 000 à 30 000 hommes, en plus des troupes d'opération dont les effectifs fluctuent, selon les périodes, entre 100 000 hommes au début de l'occupation à peut-être un million en 1944. Le M.B.F. do […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/occupation-france/#i_14030

OPÉRATION T4

  • Écrit par 
  • Michael BERENBAUM
  •  • 1 253 mots

Dans le chapitre « Meurtres de masse médicalisés »  : […] En octobre 1939, Hitler habilita son médecin personnel et le chef de sa chancellerie à faire tuer les personnes jugées inaptes à vivre. Il antidata son ordre au 1 er  septembre 1939, jour de déclenchement de la guerre mondiale, pour lui donner l’apparence d’une mesure de guerre. Selon cette directive, le docteur Karl Brandt et le chef de la chancellerie Philipp Bouhler se voyaient « chargés de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/operation-t4/#i_14030

RIBBENTROP JOACHIM VON (1893-1946)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 706 mots
  •  • 4 médias

Employé de banque en Angleterre, officier allemand pendant la Première Guerre mondiale, Joachim von Ribbentrop, devient ensuite voyageur de commerce international comme représentant du champagne Pommery. Il fait de fréquents et longs séjours en Grande-Bretagne où il approche de nombreuses personnalités. Il épouse la fille du fabricant allemand de vins mousseux, Henkell, et n'adhère au national-soc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joachim-von-ribbentrop/#i_14030

SHOAH

  • Écrit par 
  • Philippe BURRIN
  •  • 5 884 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'entreprise d'extermination »  : […] Rappelons au départ les traits majeurs du génocide et son bilan. L'entreprise d'extermination commença en 1941 . Dans les années précédentes, les juifs avaient eu à subir discriminations et violences de la part du régime nazi. Plusieurs centaines de juifs allemands furent assassinés dans les mois qui suivirent la prise du pouvoir en 1933 et surtout lors du pogrom d'État connu sous le nom de Nuit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shoah/#i_14030

TROISIÈME REICH (1933-1945)

  • Écrit par 
  • Gilbert BADIA
  •  • 9 940 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Mise en place et consolidation du nouveau régime (1933-1936) »  : […] Hitler semble donc avoir pris le pouvoir légalement. Le gouvernement qu'il forme aussitôt n'est nullement composé exclusivement de nationaux-socialistes. Au contraire. Y dominent les représentants de la droite classique. Von Papen est vice-chancelier, Alfred Hugenberg dirige l'Économie et l'Agriculture, Konstantin von Neurath est ministre des Affaires étrangères, le général Werner von Blomberg, m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-reich/#i_14030

WAFFEN SS

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 709 mots
  •  • 1 média

Le corps numériquement le plus important de la SS fut la Waffen SS, c'est-à-dire la section purement militaire de l'Ordre noir, dont cinq cent mille Européens non allemands portèrent l'uniforme. L'origine de la Waffen SS remonte à la prise du pouvoir par Hitler en 1933. Poursuivant la reconstitution d'une véritable armée allemande, celui-ci crée, dès mars 1933, un bataillon d'infanterie affecté à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/waffen-ss/#i_14030

Pour citer l’article

André BRISSAUD, « SS (Schutzstaffel) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ss/