SPARTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La période classique

Le ve siècle

Le repliement de Sparte apparaît de manière décisive dans la crise des guerres médiques : dans la première, les Spartiates sont absents à Marathon ; dans la seconde, ils montrent bien leur égoïsme en n'engageant aux Thermopyles (480 av. J.-C.) que de faibles contingents pour la défense de la Grèce centrale et de l'Attique et en gardant leurs troupes pour sauvegarder le Péloponnèse ; ce sont désormais les Athéniens qui ont l'initiative, et même la participation importante et courageuse des hoplites spartiates à Platées (479) ne suffit pas à restaurer leur prestige. Ces années cruciales accusent un changement dans l'équilibre des cités : Sparte, qui était la plus forte, a peu contribué au salut commun des Grecs menacés dans leur liberté par le Barbare. Après la victoire, elle accentue encore son retrait, tandis qu'Athènes déplace vers l'Asie le centre de gravité de la lutte.

Les « cinquante ans » de la grandeur d'Athènes, au cours desquels celle-ci constitue un vaste empire maritime, contrepoids à la ligue péloponnésienne, voient Sparte assez désemparée. Sous l'influence de Thémistocle, des mouvements démocratiques agitent le Péloponnèse, non seulement à Argos, l'ennemie traditionnelle, mais aussi en Arcadie et en Élide. Pis encore : les hilotes profitent du tremblement de terre de 464, qui détruit presque entièrement la ville, pour se révolter et marcher sur leurs maîtres ; une guerre très dure s'ensuit en Messénie où Sparte, impuissante à maîtriser les rebelles, doit faire appel à Athènes, puis renvoie ses contingents, ce qui accroît la tension entre les deux cités. Il en résulte un conflit, dit parfois « première guerre du Péloponnèse », où le sort des armes est d'abord incertain : Athènes est finalement obligée de traiter (446) et une paix de trente ans est conclue.

Jalouse et inquiète, Sparte manque de dynamisme, alors qu'Athènes développe un impérialisme de plus en [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  SPARTE  » est également traité dans :

ACHÉMÉNIDES

  • Écrit par 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 3 156 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La fin d'une dynastie »  : […] À sa mort en 424, Artaxerxès I er laissait dix-huit fils. C'est alors une période obscure avec des rois légendaires (Sogdianos) ou éphémères (Xerxès II). Puis un prince, Darius II (423-404), prend définitivement le trône en se débarrassant de ses autres frères, laisse gouverner sa sœur et épouse la féroce Parysatis. Suse exploite la guerre de Décélie (413-404) où Athènes commence à perdre sa supr […] Lire la suite

ALCIBIADE (450-404 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Andrée POUGET
  •  • 2 010 mots

Dans le chapitre « Le champion de l'impérialisme athénien »  : […] De 420 à 415, Alcibiade apparaît comme le continuateur de Périclès et le champion de l'impérialisme athénien. Lorsqu'il entre dans la carrière politique, la guerre du Péloponnèse connaît une trêve et Athènes traverse une brillante période. Nicias a signé la paix avec Sparte en 421 : cette paix, Alcibiade ne l'accepte pas. Il prépare la revanche d'Athènes. Il veut la guerre qui peut ouvrir à son a […] Lire la suite

ARGOS

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 330 mots
  •  • 1 média

Cité grecque du nord-est du Péloponnèse, l'un des sites les plus anciennement occupés de la région, puisqu'on y trouve des traces d'un établissement dès le premier âge du bronze. Argos fut aux ~ xiv e et ~ xiii e siècles un des centres de la civilisation mycénienne et, dans L'Iliade , elle constitue le royaume de Diomède. Elle serait ensuite tombée aux mains des Doriens et aurait exercé son hégé […] Lire la suite

CIMON (apr. 510-450 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean DELORME
  •  • 636 mots

Homme d'État athénien, fils de Miltiade, le vainqueur de Marathon. Après une jeunesse difficile, Cimon combat à Salamine (~ 480) et participe à l'expédition navale de ~ 478, qui voit le commandement des Grecs sur mer passer des Spartiates aux Athéniens. Aussitôt après la constitution de la ligue de Délos (~ 478), il en devient le principal chef militaire. Il entreprend de chasser les garnisons per […] Lire la suite

CLÉON (mort en 422 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Claudine LEDUC
  •  • 299 mots

Homme politique athénien. Fils de Cléainétos, Cléon est le personnage le plus vilipendé de l'histoire athénienne : Thucydide, qu'il a fait exiler, l'exècre ; Aristophane qu'il a poursuivi en justice, le vomit. On le présente comme un parvenu sans éducation, violent, vantard et concussionnaire. Cependant, il ne possède pas que des défauts. C'est un homme nouveau dont le père, un tanneur, s'est enri […] Lire la suite

CLISTHÈNE (570 av. J.-C.?-? 508 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Russell MEIGGS
  • , Universalis
  •  • 723 mots

Homme d'État athénien considéré comme le père de la démocratie, né vers 570 av. J.-C., mort vers 508. Clisthène, fils de Mégaclès II, appartient à la famille des Alcméonides. Celle-ci joue un rôle majeur dans la vie publique de la cité depuis le début de l'époque archaïque. Mais elle souffre de la malédiction publique suscitée au siècle précédent par Mégaclès I er , l'arrière-grand-père de Clis […] Lire la suite

DÉDALIQUE ART

  • Écrit par 
  • Martine Hélène FOURMONT
  •  • 702 mots

Si Dédale est bien l'inventeur des techniques de la représentation du mouvement, c'est par un curieux paradoxe qu'on donna le nom de dédalisme à un style de représentation encore rigide et vue de face, qui caractérise le décor céramique, dit orientalisant, mais surtout la plastique de la fin de la période géométrique, à partir du milieu du ~ viii e  siècle et au ~ vii e  siècle. L'art dédalique ma […] Lire la suite

ENFANTS SOLDATS

  • Écrit par 
  • Rosalie AZAR
  •  • 3 410 mots

Dans le chapitre « La frontière entre enfant et adulte »  : […] Dans une conception fonctionnelle des âges de la vie, le rôle d'un individu dans la société est déterminé par sa force et son aptitude physiques. La notion d'enfance elle-même est alors définie de manière négative : l'enfant est un « non-adulte ». L'adulte, quant à lui, est celui qui peut physiquement défendre la société. C'est donc la capacité physique qui détermine l'âge de passage entre l'enfa […] Lire la suite

ÉPAMINONDAS (env. 420-362 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Herbert William PARKE
  • , Universalis
  •  • 728 mots

Général et homme d'État béotien, Épaminondas est né vers 420 avant J.-C. à Thèbes et mort en 362 avant J.-C. à Mantinée. Fils d'un aristocrate pauvre, Épaminondas reçoit néanmoins une bonne éducation auprès du pythagoricien Lysis de Tarente. Éloigné de la vie politique, il se lance dans des expéditions militaires. En 382, Sparte profite d'une expédition dans le nord de la Grèce pour prendre le […] Lire la suite

ÉPHIALTÈS (mort en 460 av. J.-C. env.)

  • Écrit par 
  • Jean DELORME
  •  • 335 mots

Homme d'État et législateur athénien. Contre Cimon, partisan de l'ordre établi qui donnait la prépondérance aux propriétaires fonciers où se recrutaient les hoplites, Éphialtès entendait faire participer à la vie politique toutes les catégories de citoyens, notamment ceux qui vivaient de la mer. L'obstacle était le Conseil de l'Aréopage, organe des citoyens les plus riches, dont le pouvoir coutumi […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La Grèce antique jusqu'à Constantin

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ, 
  • Nicolas SVORONOS
  •  • 11 753 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Alexandre et l'époque hellénistique »  : […] La Grèce ne fut que très partiellement associée à l'épopée du conquérant macédonien, bien que le pacte de Corinthe ait été renouvelé à l'avènement du jeune prince. Celui-ci avait dû mater durement avant son départ un soulèvement dont Thèbes avait pris l'initiative. Il prit soin de laisser en Grèce des troupes prêtes à intervenir en cas de nouveaux troubles, ce qui explique la relative passivité de […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La cité grecque

  • Écrit par 
  • François CHÂTELET, 
  • Pierre VIDAL-NAQUET
  •  • 7 726 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les cités et le temps »  : […] La fin du viii e  siècle, les vii e et vi e  siècles sont caractérisés par des crises démographiques, économiques, sociales, que les cités résolvent par différentes techniques dont la principale est précisément l'invention de la politique , procédure de choix où interviennent des ensembles. Les législateurs – semi-légendaires comme Lycurgue ou historique comme Dracon (627 av. J.-C.) et Solon (59 […] Lire la suite

GUERRE DU PÉLOPONNÈSE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 192 mots

Mars — 431 Début des hostilités. Premières incursions des Péloponnésiens en Attique. — 430-— 429 Épidémie à Athènes, qui emporte le tiers de la population. Mort de Périclès. — 428-— 427 Révolte de Mytilène contre Athènes, qui la réduit à l'état de colonie. — 425 Révolte des esclaves travaillant dans les mines d'argent du Laurion (sud de l'Attique) ; reddition des Spartiates assiégés dans l'îlo […] Lire la suite

GUERRE DU PÉLOPONNÈSE, en bref

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 196 mots

La Ligue de Délos, créée en — 478 par Athènes pour continuer jusqu'à la victoire finale la guerre contre la Perse, avait perdu sa raison d'être avec la conclusion de la paix de Callias en — 448. Elle apparaît dès lors pour ce qu'elle est devenue peu à peu sous l'impulsion de Cimon, puis de Périclès : l'instrument de l'hégémonie d'Athènes en mer Egée, dont les cités lui paient un tribut annuel. Les […] Lire la suite

GYMNOPÉDIE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 137 mots

Peu d'auditeurs des Gymnopédies (1888) d'Erik Satie connaissent l'origine de ce mot grec. À Sparte, lors du passage de l'enfance à l'adolescence, les rites d'initiation du futur citoyen se terminaient par les gymnopédies. Les garçons subissaient une longue station debout, exposés nus en plein soleil, parmi les chœurs de danse. Ces fêtes célébrées en l'honneur d'Apollon auraient été organisées pou […] Lire la suite

LACONIE

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 274 mots

Région de Grèce (3 600 km 2 ) s'étendant sur l'extrémité sud-est du Péloponnèse. Entre les plis de marbres et de schistes de la longue chaîne du Taygète, étroite et élevée (2 400 m), et ceux du Parnon, plus bas et plus large, qui déterminent respectivement à l'ouest le cap Matapan et à l'est le cap Malée, s'ouvre le fossé tectonique de Sparte prolongé par un golfe dont l'île de Cythère commande l' […] Lire la suite

MACÉDOINE ANTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 10 527 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Rupture avec Athènes »  : […] Les rapports entre la Macédoine et le monde grec sous le règne de Perdiccas II, successeur d'Alexandre, sont mieux connus, car on dispose pour cette période d'une source d'information extrêmement importante, le récit de Thucydide. La Macédoine se trouva en effet étroitement mêlée à l'histoire du monde grec, et singulièrement à la guerre du Péloponnèse et aux conflits qui la précédèrent immédiatem […] Lire la suite

PAUSANIAS, prince spartiate (mort en 470 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 139 mots

Fils du roi de Sparte Cléombrotos et neveu de Léonidas, le vaincu des Thermopyles. Commandant en ~ 479 l'armée grecque à Platées, Pausanias remporta la victoire décisive qui devait entraîner le départ des Perses. L'année suivante, il s'emparait de Byzance où il semble avoir tenté de régner en véritable despote oriental, entamant des négociations directes avec les Perses. Ce qui lui valut d'être ra […] Lire la suite

PHILOPŒMEN (253-182 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 181 mots

Grec originaire de Mégapolis, qui devint stratège de la ligue achéenne (~ 207-208) et fut souvent réélu à cette haute fonction. C'est à ce titre en particulier que Philopoimen (ou Philopœmen) lutta contre le tyran de Sparte, Nabis. Il le vainquit une première fois en ~ 202, une seconde fois en ~ 193 et, après l'assassinat de Nabis en ~ 192, il incorpora Sparte à la ligue achéenne. Quelques années […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre LÉVÊQUE, « SPARTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sparte/