SPARTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les derniers soubresauts

Sparte est assez insensée pour ne pas participer avec les autres Grecs à la lutte contre Philippe II de Macédoine. Elle n'en est pas épargnée pour autant : le roi dévaste la Laconie, la réduit à la vallée de l'Eurotas et morcelle le Péloponnèse pour la ruiner définitivement. Sous Alexandre, elle se rebelle vainement.

L'époque hellénistique voit s'accroître son déclin. L'orgueilleuse cité qui ne comptait pour son salut que sur la bravoure de ses soldats doit, en 317, se ceindre de remparts, qu'elle ne cessera de renforcer. Ses ennemis d'antan, les Arcadiens et Argos, montrent une grande énergie contre elle. Elle s'acharne en vain à susciter des coalitions contre une Macédoine dont les forces sont sans proportion avec les siennes.

Parallèlement, la crise interne s'amplifie. Malgré le maintien apparent de ses institutions, Sparte n'est guère différente des autres cités de Grèce : le nombre de ses citoyens diminue au détriment de sa puissance militaire, tandis qu'augmente celui des inférieurs misérablement endettés ; la terre se concentre en quelques mains ; d'immenses fortunes voisinent avec la plus extrême pauvreté.

Cependant, le poids d'un passé si glorieux suscite de grandes ambitions chez des rois qui vont se poser en réformateurs. Agis IV annule les dettes et médite un plus vaste programme social, mais il périt assassiné. Cléomènès III va plus loin : il abolit les dettes, partage la terre en quatre mille lots, fait entrer des inférieurs et des périèques dans le corps civique, autorise des hilotes à racheter leur liberté. Il reconstitue la puissance militaire de Sparte et remporte de grands succès dans le Péloponnèse ; mais il est vaincu à la bataille de Sellasie (222) où il s'oppose à la coalition de la ligue achéenne et de la Macédoine. Son œuvre est reprise dans un sens plus radical encore par le tyran Nabis ; mais Sparte n'a plus la force de lutter contre ses ennemis, auxquels Rome apporte un soutien décisif : le meurtre de Nabis par les Étoliens met un terme à ces tentatives de réforme, inspirées au moins partiellement par la doctrine st [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SPARTE  » est également traité dans :

ACHÉMÉNIDES

  • Écrit par 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 3 156 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La fin d'une dynastie »  : […] À sa mort en 424, Artaxerxès I er laissait dix-huit fils. C'est alors une période obscure avec des rois légendaires (Sogdianos) ou éphémères (Xerxès II). Puis un prince, Darius II (423-404), prend définitivement le trône en se débarrassant de ses autres frères, laisse gouverner sa sœur et épouse la féroce Parysatis. Suse exploite la guerre de Décélie (413-404) où Athènes commence à perdre sa supr […] Lire la suite

ALCIBIADE (450-404 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Andrée POUGET
  •  • 2 010 mots

Dans le chapitre « Le champion de l'impérialisme athénien »  : […] De 420 à 415, Alcibiade apparaît comme le continuateur de Périclès et le champion de l'impérialisme athénien. Lorsqu'il entre dans la carrière politique, la guerre du Péloponnèse connaît une trêve et Athènes traverse une brillante période. Nicias a signé la paix avec Sparte en 421 : cette paix, Alcibiade ne l'accepte pas. Il prépare la revanche d'Athènes. Il veut la guerre qui peut ouvrir à son a […] Lire la suite

ARGOS

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 330 mots
  •  • 1 média

Cité grecque du nord-est du Péloponnèse, l'un des sites les plus anciennement occupés de la région, puisqu'on y trouve des traces d'un établissement dès le premier âge du bronze. Argos fut aux ~ xiv e et ~ xiii e siècles un des centres de la civilisation mycénienne et, dans L'Iliade , elle constitue le royaume de Diomède. Elle serait ensuite tombée aux mains des Doriens et aurait exercé son hégé […] Lire la suite

CIMON (apr. 510-450 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean DELORME
  •  • 636 mots

Homme d'État athénien, fils de Miltiade, le vainqueur de Marathon. Après une jeunesse difficile, Cimon combat à Salamine (~ 480) et participe à l'expédition navale de ~ 478, qui voit le commandement des Grecs sur mer passer des Spartiates aux Athéniens. Aussitôt après la constitution de la ligue de Délos (~ 478), il en devient le principal chef militaire. Il entreprend de chasser les garnisons per […] Lire la suite

CLÉON (mort en 422 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Claudine LEDUC
  •  • 299 mots

Homme politique athénien. Fils de Cléainétos, Cléon est le personnage le plus vilipendé de l'histoire athénienne : Thucydide, qu'il a fait exiler, l'exècre ; Aristophane qu'il a poursuivi en justice, le vomit. On le présente comme un parvenu sans éducation, violent, vantard et concussionnaire. Cependant, il ne possède pas que des défauts. C'est un homme nouveau dont le père, un tanneur, s'est enri […] Lire la suite

CLISTHÈNE (570 av. J.-C.?-? 508 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Russell MEIGGS
  • , Universalis
  •  • 723 mots

Homme d'État athénien considéré comme le père de la démocratie, né vers 570 av. J.-C., mort vers 508. Clisthène, fils de Mégaclès II, appartient à la famille des Alcméonides. Celle-ci joue un rôle majeur dans la vie publique de la cité depuis le début de l'époque archaïque. Mais elle souffre de la malédiction publique suscitée au siècle précédent par Mégaclès I er , l'arrière-grand-père de Clis […] Lire la suite

DÉDALIQUE ART

  • Écrit par 
  • Martine Hélène FOURMONT
  •  • 702 mots

Si Dédale est bien l'inventeur des techniques de la représentation du mouvement, c'est par un curieux paradoxe qu'on donna le nom de dédalisme à un style de représentation encore rigide et vue de face, qui caractérise le décor céramique, dit orientalisant, mais surtout la plastique de la fin de la période géométrique, à partir du milieu du ~ viii e  siècle et au ~ vii e  siècle. L'art dédalique ma […] Lire la suite

ENFANTS SOLDATS

  • Écrit par 
  • Rosalie AZAR
  •  • 3 410 mots

Dans le chapitre « La frontière entre enfant et adulte »  : […] Dans une conception fonctionnelle des âges de la vie, le rôle d'un individu dans la société est déterminé par sa force et son aptitude physiques. La notion d'enfance elle-même est alors définie de manière négative : l'enfant est un « non-adulte ». L'adulte, quant à lui, est celui qui peut physiquement défendre la société. C'est donc la capacité physique qui détermine l'âge de passage entre l'enfa […] Lire la suite

ÉPAMINONDAS (env. 420-362 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Herbert William PARKE
  • , Universalis
  •  • 728 mots

Général et homme d'État béotien, Épaminondas est né vers 420 avant J.-C. à Thèbes et mort en 362 avant J.-C. à Mantinée. Fils d'un aristocrate pauvre, Épaminondas reçoit néanmoins une bonne éducation auprès du pythagoricien Lysis de Tarente. Éloigné de la vie politique, il se lance dans des expéditions militaires. En 382, Sparte profite d'une expédition dans le nord de la Grèce pour prendre le […] Lire la suite

ÉPHIALTÈS (mort en 460 av. J.-C. env.)

  • Écrit par 
  • Jean DELORME
  •  • 335 mots

Homme d'État et législateur athénien. Contre Cimon, partisan de l'ordre établi qui donnait la prépondérance aux propriétaires fonciers où se recrutaient les hoplites, Éphialtès entendait faire participer à la vie politique toutes les catégories de citoyens, notamment ceux qui vivaient de la mer. L'obstacle était le Conseil de l'Aréopage, organe des citoyens les plus riches, dont le pouvoir coutumi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre LÉVÊQUE, « SPARTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sparte/