SOUFFRANCE

Statut métaphysique de la souffrance

Si la souffrance se développe d'abord dans la direction d'une compréhension des indices qu'elle dégage et dans celle d'une recherche de sa causalité ultime, on pourrait la définir comme l'expression du mouvement d'individuation en tant qu'il a pour corollaire un processus d'exclusion. De fait, tout se passe comme si l'irruption de l'autre dans notre vie psychique – ou l'absence de cette irruption – devait être ressentie comme pénible pour parvenir à se transformer en force de stimulation effective. « Les maux de ce monde, écrivait Bossuet, sont toujours plus réels que ses biens. » Car, à travers la forme originaire de la douleur et dans l'hostilité qu'elle suscite, se constitue la première « réalité » sous la pression d'une exigence visant à l'identification – toujours problématique – d'une cause objective de nos souffrances.

Pourtant, reste à savoir s'il n'existe pas en chacun de nous un être qui « joue » seulement « sur des ruines », comme l'écrit Proust, et qui n'a plus « besoin d'aucune nourriture », lorsque, couvrant sa souffrance dans un îlot de solitude, il se repaît moins d'elle que de la nature des métamorphoses dont elle fait preuve et de l'originalité des échos qu'elle suscite.

Mais toute solitude perpétuée montre l'impossibilité de la solitude, de même que toute mort réelle montre l'impossibilité de la conscience à joindre la mort. Ainsi se trouve révélée la cause dernière de la souffrance : à quoi celle-ci pourrait-elle tenir, si ce n'est à la nature du réel, dont la mort constitue le paradigme ? Ce qu'il est impossible à la pensée de traverser, tel est le « mal venu » contre lequel le désir achoppe, brisé de ne « pouvoir » son plaisir.

On comprend dès lors comment, dans cet horizon létal, s'interroger sur le statut métaphysique de la souffrance revient à élucider conjointement le problème de la fonction humanisante de la souffrance et celui de la constitution du réel. Mais, pour ce faire, encore faudrait-il déterminer en quoi la souffrance possède un statut spécifi[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  SOUFFRANCE  » est également traité dans :

ANIMALIER DROIT

  • Écrit par 
  • Olivier LE BOT
  •  • 4 674 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Intérêts de l'animal et intérêts de l'homme »  : […] à l'origine de l'essentiel des règles du droit animalier. La sensibilité de l'animal, c'est-à-dire sa capacité à ressentir de la souffrance ou du plaisir, est au cœur des législations protectrices adoptées dans les pays occidentaux. Imprégnés des principes de l'école utilitariste (Jeremy Bentham au xix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-animalier/#i_2269

ANIMALITÉ

  • Écrit par 
  • Florence BURGAT
  •  • 7 671 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'utilitarisme »  : […] le critère à la fois nécessaire et suffisant de la considération morale du côté de la capacité à souffrir, dont ces quelques mots maintes fois cités constituent en quelque sorte la formule : « La question n'est pas : Peuvent-ils raisonner ? ni : Peuvent-ils parler ? mais : Peuvent-ils souffrir ? » (An Introduction to the Principles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/animalite/#i_2269

BONHEUR

  • Écrit par 
  • André COMTE-SPONVILLE
  •  • 7 851 mots

Dans le chapitre « Du bonheur manqué au divertissement »  : […] l'essentiel. L'homme est désir et le désir est manque. C'est pourquoi, pour Schopenhauer comme pour le Bouddha, toute vie est souffrance : « Vouloir, s'efforcer, voilà tout leur être ; c'est comme une soif inextinguible. Or tout vouloir a pour principe un besoin, un manque, donc une douleur... » (Le Monde comme volonté et comme représentation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bonheur/#i_2269

DÉPLAISIR PRINCIPE DE

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 1 198 mots

En cela qu'il entraîne pour le vivant la nécessité de réduire le développement du désagréable à un minimum, le déplaisir fait principe. La production de déplaisir est en effet liée à l'apparition d'une image mnésique, dans laquelle se répète l'expérience organique de la douleur. Mais, alors que le stimulus provoquant celle-ci est de nature exogène […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/principe-de-deplaisir/#i_2269

EMPATHIE

  • Écrit par 
  • Jean DECETY
  •  • 1 394 mots

Dans le chapitre « Les composants de l’empathie »  : […] peut adopter le point de vue d’autrui afin de le manipuler ou le dominer et non pour l’aider. Enfin, partager la détresse d’autrui peut conduire à des réactions de retrait, motivées par le désir de minimiser son propre sentiment d’inconfort plutôt que de réduire la souffrance de l’autre. Les composants affectif et motivationnel de l’empathie ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empathie/#i_2269

MÉDECINE - Relation malade-médecin

  • Écrit par 
  • Bernard GLORION, 
  • Lucien ISRAËL
  •  • 7 756 mots

Dans le chapitre « Les ambiguïtés du dialogue »  : […] ici le terme « croire » au lieu de « savoir », que le malade le consulte parce qu'il veut guérir d'une maladie. Or, très souvent, ce que demande le malade, c'est d'être soulagé d'une souffrance. Établir une identité – maladie = souffrance – est une réduction erronée de la souffrance humaine à ce qui n'est que l'une de ses expressions, parfois la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-relation-malade-medecin/#i_2269

LE MONDE COMME VOLONTÉ ET COMME REPRÉSENTATION, Arthur Schopenhauer - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 746 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’expérience esthétique »  : […] C’est cette connaissance qui fait l’objet du quatrième livre. Connaissance débarrassée de toute illusion, prête à avouer que « la souffrance est le fond de toute vie », elle doit ou abdiquer et persévérer « entre souffrance et ennui » dans le cycle infernal du quotidien, ou « s’affirmer puis se nier ». Cette alternative est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-monde-comme-volonte-et-comme-representation/#i_2269

PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 17 217 mots
  •  • 1 média

la plus intime de Freud n'avait été, de toujours, celle de la souffrance. En témoignent, aux origines de sa carrière, ses recherches sur les stupéfiants ; et l'avènement même de la psychanalyse n'a pas eu raison de cet intérêt. « Une théorie de la sexualité, écrira-t-il dans l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse/#i_2269

RITES DE GUÉRISON

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 325 mots

Ce n'est pas un hasard si le terme « salut » désigne aussi bien le salut physique, la santé, que le salut moral et religieux, la délivrance procurée par un sauveur. Bien plus, dans de nombreux cas, le sauveur divin (Asclépios, par exemple, ou même Apollon) est d'abord un sauveteur, un guérisseur, un thaumaturge. Même les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rites-de-guerison/#i_2269

SCHOPENHAUER ARTHUR (1788-1860)

  • Écrit par 
  • Jean LEFRANC
  •  • 3 154 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une anthropologie pessimiste »  : […] prisonnière de l'illusion du bonheur, oscillant constamment de la souffrance à l'ennui, nécessairement insatisfaite puisque la volonté ne veut rien que sa propre affirmation. Les commentateurs ont voulu réduire ce « pessimisme » (le mot est alors nouveau) à un effet du romantisme ; mais on pourrait aussi bien penser à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-schopenhauer/#i_2269

Voir aussi

Pour citer l’article

Baldine SAINT GIRONS, « SOUFFRANCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/souffrance/