DÉPLAISIR PRINCIPE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En cela qu'il entraîne pour le vivant la nécessité de réduire le développement du désagréable à un minimum, le déplaisir fait principe. La production de déplaisir est en effet liée à l'apparition d'une image mnésique, dans laquelle se répète l'expérience organique de la douleur. Mais, alors que le stimulus provoquant celle-ci est de nature exogène, le déplaisir émane de l'intérieur du corps, lors du réinvestissement de l'objet hostile : plus qu'à la perception c'est à la trace mnésique ravivée qu'il appartient de libérer « inopinément » (unvermuteter Weise) du déplaisir.

Le problème « décisif » est alors le suivant : comment empêcher cette décharge de déplaisir, c'est-à-dire comment contenir les images motrices qui la provoquent ? Nous sommes ainsi renvoyés à l'origine de la transformation d'une satisfaction pulsionnelle en expérience du déplaisir.

La distinction entre déplaisir et souffrance constitue à cet égard une des pièces maîtresses de la théorie freudienne : la souffrance est en effet toujours liée à l'investissement d'une partie du corps ou d'une représentation d'objet ; en ce sens, elle représente seulement une des formes sous lesquelles le déplaisir est susceptible de se manifester. Celui-ci accompagne la simple augmentation de la tension ; et, à ce titre, il entre comme élément constitutif non seulement dans les états d'affect mais également dans ceux de désir. Être sensible au déplaisir équivaut ainsi à prendre conscience de la présence de « motifs contraignants » (zwangsartige Motive) au sein du système psychique.

Toute théorie complète du déplaisir exigerait que soit expliquée la forme particulière revêtue par celui-ci dans des états aussi différents que la douleur, le deuil, l'angoisse, la colère ou l'extrême joie. Cette théorie se trouvant jusqu'à présent seulement esquissée, il importe d'abord de suivre les moments constitutifs de l'expérien [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DÉPLAISIR PRINCIPE DE  » est également traité dans :

APRÈS-COUP, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 377 mots

Freud a fait de l'après-coup ( Nachträglichkeit ) le caractère propre de la vie sexuelle. Parmi les souvenirs pénibles, certains seulement sont sujets au refoulement ; certains seulement peuvent susciter un affect que l'incident lui-même n'avait pas provoqué. L'explication de cette action différée propre aux images mnésiques de caractère sexuel est liée à l'hypothèse d'un « é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apres-coup-psychanalyse/#i_51009

ASCÈSE & ASCÉTISME

  • Écrit par 
  • Michel HULIN
  •  • 4 663 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'essence de l'ascétisme »  : […] Quiconque cherche à dégager l'essence de l'ascèse est d'emblée confronté à la variété infinie – au moins en apparence – des pratiques ascétiques à travers le temps et l'espace, ainsi qu'à la déconcertante diversité des idéaux religieux, philosophiques, politiques, etc., censés les justifier. Qu'y a-t-il de commun, par exemple, entre un shaman sibérien se livrant à d'effrayantes austérités dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ascese-et-ascetisme/#i_51009

PLAISIR PRINCIPE DE

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 1 058 mots

Que la recherche du plaisir fasse principe, c'est-à-dire qu'elle contienne une proposition renfermant une détermination générale de la volonté, et à laquelle sont subordonnées plusieurs règles pratiques, c'est une évidence dont les implications s'avèrent difficiles à réaliser. L'auteur du principe de plaisir, Épicure, « se comprenait-il lui-même » — pour reprendre l'expression de Kant — quand, apr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/principe-de-plaisir/#i_51009

SOUFFRANCE

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 4 420 mots

Dans le chapitre « Niveaux de profondeur de la souffrance »  : […] À la différence du déplaisir, qui consiste dans la simple conscience d'une augmentation de tension, la souffrance ne se réduit jamais à l'affect. Conjointement à la décharge motrice et à la conscience de sa valeur pathique, celle-ci suppose, en effet, l'investissement d'une représentation. L'attention se concentre sur la zone du corps douloureuse ou bien prend pour pôle l'objet d'une nostalgie na […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/souffrance/#i_51009

Pour citer l’article

Baldine SAINT GIRONS, « DÉPLAISIR PRINCIPE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/principe-de-deplaisir/