SHI [CHE], genre littéraire chinois

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Élargissement du sens

Telles sont en quelques mots les implications précises du caractère shi. Sa seconde acception, beaucoup plus large, est « poème ».

Pour les raisons déjà évoquées, le sens du rythme et l'expression poétique jouent un rôle essentiel dans l'ensemble de la littérature chinoise ; aussi est-il parfois difficile de classer un genre donné dans la prose ou dans la poésie.

Celle-ci ne s'est jamais parlée. Tantôt on la psalmodiait, tantôt on la chantait. Elle existe partout en Chine. Cultivée avec prédilection par les philosophes eux-mêmes, rarement de caractère narratif ou épique, on en trouve presque toujours accompagnant les œuvres peintes, on en trouve aussi jusque dans la rue. D'ailleurs la poésie lettrée a généralement eu recours aux rythmes populaires pour se revitaliser et se renouveler périodiquement.

C'est seulement sous les Tang que les écrivains prennent conscience des possibilités propres à leur langue. Ils avaient découvert en particulier que les tons font partie intégrante du mot ; des théoriciens distinguent et classent aussi plusieurs sortes de parallélismes dans les expressions comme dans les vers. La langue poétique devient très élaborée.

Si élaborée que des obstacles d'ordre formel rendent bien difficile tout essai de traduction dans une langue occidentale. Les difficultés ne sont pas moindres en ce qui concerne le fond, le contenu.

L'abondance des « allusions littéraires » exige en effet du lecteur une grande érudition. Quant aux thèmes traditionnels, aux clichés inlassablement répétés, quant aux images et figures, il faut connaître la pensée chinoise ancienne pour en comprendre le symbolisme.

Mais aussi, au long des siècles, certains mandarins en quittant la vie publique qui les figeait ont exprimé dans leurs vers l'élan du mysticisme taoïste adouci par l'apport bouddhique, et le retour à l'état d'innocence. En célébrant la nature, l'amitié, la terre natale, la fidélité dans la séparation, ils ont retrouvé des sentiments spontanés qui ont valeur universelle.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : maître assistant honoraire de l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Autres références

«  SHI [ CHE ], genre littéraire chinois  » est également traité dans :

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 695 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Formation des premières traditions écrites »  : […] Dès la fin des Zhou occidentaux, certaines traditions commencent à se fixer dans le milieu des assistants du pouvoir noble (scribes, devins, annalistes, spécialistes des rites et du calendrier). Elles devaient servir, avec des adjonctions postérieures, à la constitution des « Classiques » ( jing ) qui, établis sous une forme presque définitive sous la dynastie des premiers Han ( ii e et i er  s. […] Lire la suite

JIAN'AN [KIEN-NGAN] LES SEPT POÈTES DE LA PÉRIODE (196-220)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 1 634 mots

Dans le chapitre « Pour l'avenir de la poésie »  : […] Au crédit de ces auteurs, il faut mettre encore deux réalisations d'une grande portée. Tout d'abord l'élargissement du domaine de la poésie shi . Grâce à eux, l'art poétique englobe désormais sans honte la poésie chantée, autrefois cultivée par les musiciens de la cour et leurs imitateurs anonymes. Non content de cette annexion, il mord aussi sur le genre littéraire le plus noble, le plus raffiné, […] Lire la suite

LYRISME

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Jean-Michel MAULPOIX, 
  • Vincent MONTEIL, 
  • René SIEFFERT
  •  • 10 722 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Cycles lyriques »  : […] La longue durée du lyrisme chinois permet cependant de déceler un certain ordre dans la juxtaposition ou la succession de ses courants. L'une des figures qu'ils ont coutume de dessiner est un cercle, sur lequel se succèdent périodiquement des phénomènes analogues. On admet que l'impulsion première réside dans le génie anonyme des masses, créateur des rythmes, tels que les mètres irréguliers des H […] Lire la suite

OUYANG XIU [NGEOU-YANG SIEOU] (1007-1072)

  • Écrit par 
  • Donald HOLZMAN
  •  • 1 203 mots

Dans le chapitre « Un style original »  : […] Malgré ses réussites impressionnantes dans les domaines de l'histoire et de la philologie canonique, Ouyang Xiu est surtout connu comme homme de lettres. C'est en très grande partie grâce à l'excellence de ses écrits que la prose appelée « style ancien » ( guwen ) s'est imposée au « style courant » ( shiwen ) hérité du « style parallèle » ( pianwen ) du Moyen Âge et est restée la forme de prose no […] Lire la suite

Pour citer l’article

Odile KALTENMARK, « SHI [CHE], genre littéraire chinois », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/shi-che-genre-litteraire-chinois/