JIAN'AN [KIEN-NGAN] LES SEPT POÈTES DE LA PÉRIODE (196-220)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'époque Jian'an est l'une des plus brillantes de l'histoire littéraire chinoise. On désigne sous ce nom le quart de siècle (196-220) au cours duquel s'effondra la domination, quatre fois séculaire, de la dynastie des Han et se prépara par les armes la constitution des trois États qui allaient se partager sa succession. L'un de ceux-ci, celui de Wei, devait se constituer à partir du fief de Cao Cao (155-220), le plus prestigieux des généraux du temps. Cao Pi (187-226), le fils de Cao Cao et le futur empereur Wen des Wei, mit à l'honneur dans son Lun wen, l'un des premiers ouvrages chinois de critique littéraire, sept écrivains de son temps : « Parmi nos hommes de lettres, il y a sept poètes, Kong Rong dit Wenju, de la principauté de Lu dans le Shandong, Chen Lin dit Kongzhang, de Guangling dans le Jiangsu, Wang Can dit Zhongxuan, de Shanyang dans le Shandong, Xu Gan dit Weichang, de Beihai dans le Shandong, Ruan Yu dit Yuanyu, de Chenliu dans le Henan, Ying Yang dit Delian, de Runan dans le Henan, et Liu Zhen dit Gonggan, de Dongping dans le Shandong, à qui rien n'échappe en matière de savoir, et qui ne doivent rien à personne en matière d'expression. Chacun pour sa part, ils se sont élancés dans la carrière, au galop de leurs bons destriers, et prétendent courir de front, d'une même allure. »

Le cénacle des Cao

La postérité s'est autorisée de ce témoignage pour imaginer un cénacle de sept talents réunis autour de leurs mécènes, Cao Cao et ses deux fils, Cao Pi (ou Cao Pei) déjà nommé et Cao Zhi (192-232), le plus brillant poète du temps. Sous cette forme, cependant, l'image tient davantage du symbole que de la réalité. Si l'on en croit le meilleur historien de cette époque, l'auteur du San Guo zhi, c'est après sa nomination comme vice-Premier ministre, survenue en 211, que Cao Pi réunit autour de lui plusieurs de ces écrivains. Or Kong Rong, dont le nom ouvre la liste du Lun wen, était mort en 208. L'admiration que lui portait Cao Pi n'avait pas pu sauver cet [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  JIAN'AN [ KIEN-NGAN ] LES SEPT POÈTES DE LA PÉRIODE (196-220)  » est également traité dans :

CAO PI [TS'AO P'I] ou CAO PEI [TS'AO P'EI] (187-226) empereur sous le nom de WENDI [WEN-TI] (220-226)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 401 mots

À la mort de Cao Cao (220), le vainqueur de la guerre civile où sombra la dynastie des Han, Cao Pi (ou Cao Pei), son fils aîné, lui succéda comme roi de Wei et Premier ministre du dernier empereur des Han. Quelques mois plus tard, celui-ci renonçait à son trône en faveur de Cao Pi, qui fonda la dynastie des Wei. C'était la première fois dans l'histoire de Chine qu'une abdication consommait un chan […] Lire la suite

CAO ZHI [TS'AO TCHE] (192-232)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 1 383 mots

Dans le chapitre « L'homme et son temps »  : […] Ces poèmes sont traditionnellement lus à la lumière des drames de l'époque ou de ceux de la vie de l'écrivain. « Né au milieu des bouleversements, j'ai grandi au milieu des armées », dit Cao Zhi. Plus rudes encore furent pour lui les épreuves de l'âge mûr. Il n'est que naturel d'en chercher le reflet dans une œuvre à l'éclat de laquelle l'auteur ne borne pas ses ambitions, brûlant qu'il est de se […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre DIÉNY, « JIAN'AN [KIEN-NGAN] LES SEPT POÈTES DE LA PÉRIODE - (196-220) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jian-an-kien-ngan-les-sept-poetes-de-la-periode/