Odile KALTENMARK

maître assistant honoraire de l'Institut national des langues et civilisations orientales

GU WEN [KOU WEN]

  • Écrit par 
  • Odile KALTENMARK
  •  • 1 170 mots

Le gu wen est une écriture, un style (wen) anciens (gu), ou, plus exactement, pour désigner un mouvement et un genre littéraires qui nous intéressent ici, un style imité de l'antiquité : on peut alors traduire gu wen par « prose antique ». Mais ce terme a encore un autre emploi. On a appelé gu wen d […] Lire la suite

LIU XIE [LIEOU HIE] (465 env.-522)

  • Écrit par 
  • Odile KALTENMARK
  •  • 1 054 mots

Liu Xie affirme dans le chapitre intitulé « Une critique compréhensive » que les ouvrages littéraires qui obtiennent le plus de suffrages sont aussi les plus beaux. On peut appliquer ce jugement à l'œuvre même de Liu Xie : les plus exigeants et les plus fins parmi les auteurs qui l'ont suivi font de lui l'arbitre du goût pendant la période des Six Dynasties. Quant au Si ku quan shu […] Lire la suite

QU [K'IU]

  • Écrit par 
  • Odile KALTENMARK
  •  • 1 211 mots

Qu est un terme de la langue chinoise signifiant « courbe sinueuse », et, par dérivation, « modulation musicale, mélodie, musique ». Il existe, bien entendu, des types de musique très différents selon les époques et les provinces. Leur caractéristique fondamentale est la gamme composée de cinq notes q […] Lire la suite

SHI [CHE], genre littéraire chinois

  • Écrit par 
  • Odile KALTENMARK
  •  • 989 mots

La langue chinoise répond difficilement aux exigences de l'expression analytique, à cause de la polyvalence grammaticale de tous ses mots – qui leur confère en revanche autonomie et puissance suggestive ; l'imprécision des phrases entraîne la nécessité du rythme et du parallélisme : une telle langue se prête donc tout naturellement aux formes poétiques. Or, elle ne possède pas de mot voulant dire […] Lire la suite

SHI JING [CHE KING]

  • Écrit par 
  • Odile KALTENMARK
  •  • 1 183 mots

Le Shi jing (Canon des poèmes) est le Livre saint de la poésie. Il fait partie de la liste des cinq Jing (Livres canoniques) les plus vénérés, c'est-à-dire des ouvrages mis plus ou moins directement sous le patronage de Confucius. La tradition a […] Lire la suite