SEXUALITÉ, psychanalyse

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des pulsions partielles au concept de castration

De fait, la théorie psychanalytique ne pouvait éviter d'interroger de plus près le rapport de difficile voisinage du sexuel et du psychique ; et c'est ce qu'aborde Freud avec la théorie des pulsions. Ce qu'il faut retenir de l'expérience sur ce point, c'est que la sexualité n'est représentée dans le psychisme, n'y a son accès et son efficacité que sous la forme de « pulsions partielles », c'est-à-dire qu'aucune d'elles ne saurait inscrire dans le psychisme une détermination qui situerait l'individu par rapport à un autre individu de sexe opposé. Cela veut dire que Freud, dans son exploration de l'inconscient, ne rencontre que des pulsions soit orales, soit anales, ou encore des pulsions définies par leur rapport avec ces objets bien réels quoique ambigus que sont le regard (voyeurisme et exhibitionnisme) et la voix (sadisme et masochisme) ; chacune de ces pulsions est partielle quant à son but, qui est la satisfaction de cette pulsion et non pas l'union sexuelle, et quant à son objet, qui ne s'identifie en rien avec le partenaire sexuel. La sexualité humaine se présente donc ici avec un caractère typiquement écartelé, morcelé. De plus, l'objet lui-même est « substituable », interchangeable et à la limite indifférent – un coin de mouchoir peut parfaitement remplacer le sein maternel pour la pulsion orale –, ce qui suffit à situer la satisfaction pulsionnelle comme complètement distincte de celle d'un besoin. Loin de se stabiliser dans la saisie d'un objet adéquat, la pulsion ne développe son champ propre qu'à partir du moment où l'objet est foncièrement « perdu », ainsi que le montre le modèle freudien de l'étayage premier de la libido sur les fonctions de conservation : si la pulsion orale se confond d'abord avec le nourrissage, elle n'apparaît justement comme pulsion que quand le sein a été ravi à l'enfant et qu'un vide se trouve ainsi creusé, qui peut être occupé par n'importe quel objet de substitution.

Il s'agit alors de savoir comment, à partir d'une telle économie de l'inc [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SEXUALITÉ, psychanalyse  » est également traité dans :

DIFFÉRENCE SEXUELLE (psychanalyse)

  • Écrit par 
  • Odile BOMBARDE
  •  • 1 305 mots

La différence sexuelle, ses conséquences sur la construction de l'identité et sur le déroulement de la vie psychique sont au cœur de la réflexion freudienne et fournissent les éléments essentiels de ce qu'on peut appeler le dogme freudien, dogme assez bien résumé dans l'Abrégé de psychanalyse (1938). […] Lire la suite

APRÈS-COUP, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 377 mots

Freud a fait de l'après-coup ( Nachträglichkeit ) le caractère propre de la vie sexuelle. Parmi les souvenirs pénibles, certains seulement sont sujets au refoulement ; certains seulement peuvent susciter un affect que l'incident lui-même n'avait pas provoqué. L'explication de cette action différée propre aux images mnésiques de caractère sexuel est liée à l'hypothèse d'un « élément organique entra […] Lire la suite

CORPS - Le corps et la psychanalyse

  • Écrit par 
  • Monique DAVID-MÉNARD
  •  • 3 959 mots

Le corps est, en psychanalyse, une réalité difficile à penser, car elle défie les approches physiologiques et philosophiques, et décisive pourtant, puisque la sexualité humaine – considérée dans la jouissance ou dans des activités sublimatoires – a pour terrain le corps érogène, le corps capable d'angoisse et de plaisir. […] Lire la suite

DÉFENSE, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Odile BOMBARDE
  •  • 1 294 mots

Le terme « défense » apparaît dès l' Esquisse pour une psychologie scientifique de Sigmund Freud (1895). Il comporte une dimension stratégique, implique l'idée de réaction à une agression et témoigne du lien constant établi entre clinique et théorie. Dans la compréhension de l'hystérie de la névrose obsessionnelle et de la paranoïa ( Études sur l'hystérie , 1895 ; « Les psychonévroses de défense  […] Lire la suite

ÉROGÈNES ZONES

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LERICHE
  •  • 330 mots

Définies par Freud dans Trois Essais sur la théorie de la sexualité comme des « régions de l'épiderme ou de la muqueuse qui, excitées d'une certaine façon, procurent une sensation de plaisir d'une qualité particulière », les zones érogènes tiennent une place de première importance dans la sexualité infantile, où la primauté n'est pas encore donnée à la zone génitale. Le but de la sexualité infant […] Lire la suite

FANTASME, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Carlos MAFFI
  •  • 1 285 mots

Le fantasme peut se définir comme une production imaginaire qui représente le sujet dans un scénario déterminé, à la manière d'un rêve, et figure, d'une manière plus ou moins voilée, un désir. Le mot français « fantasme », qui correspond au mot allemand Phantasie utilisé par Freud, présente l'avantage d'être libre des résonances de caprice ou de bizarrerie liées à la notion de fantaisie. Ainsi, […] Lire la suite

FORNARI FRANCO (1921-1985)

  • Écrit par 
  • Claude AMBROISE
  •  • 971 mots

Né dans un village de l'Italie du Nord – Rivergaro, près de Plaisance –, Fornari devint neuropsychiatre et acquit sa formation psychanalytique auprès de Cesare Musatti, le père de la pensée freudienne à Milan. Mais il était également imprégné de l'œuvre de Melanie Klein et, plus généralement, des travaux de l'école anglaise (Bion en particulier). Cet Italien s'est intéressé à la guerre, qu'il cons […] Lire la suite

FREUD SIGMUND (1856-1939)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER, 
  • Marthe ROBERT
  •  • 16 134 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le mouvement psychanalytique »  : […] L'originalité de la pensée freudienne, et sa plus grosse difficulté pour ceux-là mêmes qui en adoptaient le principe, réside dans cet effort plus ou moins couronné de succès, mais continu, pour maintenir l'imagination sous le régime de la science , tout en la dotant de la liberté dont elle a besoin dès qu'elle s'applique à saisir ses propres lois et les forces instinctives qui déterminent toutes s […] Lire la suite

INCONSCIENT

  • Écrit par 
  • Christian DEROUESNE, 
  • Hélène OPPENHEIM-GLUCKMAN, 
  • François ROUSTANG
  •  • 8 260 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Sexualité et langage »  : […] Cette place faite au langage renvoie au problème des relations entre inconscient et sexualité. L'évidence reconnue du fait n'enlève rien aux difficultés théoriques pour articuler ces termes : la sexualité se manifeste de façon constante si l'on entend quelque chose de l'inconscient ; et pourtant de la sexualité dite humaine, quelle prise peut-on prétendre avoir ? Tout d'abord, la découverte de l'i […] Lire la suite

INCONSCIENT (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 270 mots

Dans le chapitre « Inconscient et création »  : […] Refusant les critiques qui lui ont été adressées et selon lesquelles sa théorie accordait une part excessive à la sexualité, Freud a répondu de deux façons. La première a consisté à montrer que la « sexualité » n’est pas la « génitalité ». Alors que cette dernière a trait uniquement au rapport sexuel, la sexualité est infiniment plus vaste, au point qu’elle prendra le nom platonicien d’« Éros » d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude CONTÉ, Moustapha SAFOUAN, « SEXUALITÉ, psychanalyse », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sexualite-psychanalyse/