ÉROGÈNES ZONES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Définies par Freud dans Trois Essais sur la théorie de la sexualité comme des « régions de l'épiderme ou de la muqueuse qui, excitées d'une certaine façon, procurent une sensation de plaisir d'une qualité particulière », les zones érogènes tiennent une place de première importance dans la sexualité infantile, où la primauté n'est pas encore donnée à la zone génitale. Le but de la sexualité infantile, qui n'a pas encore d'objet sexuel, est déterminé, en effet, par l'activité de ces zones érogènes, qui sont alors indépendantes. Si toutes les parties de l'épiderme et de la muqueuse peuvent servir de zones érogènes, il existe cependant des régions d'élection : celles qui sont d'abord excitées par la mère et qui jouent un certain rôle dans les échanges avec l'entourage. Il en est ainsi, par exemple, de la zone bucco-labiale, dont les premières stimulations par le sein ou le biberon sont liées à une fonction vitale : la nutrition. Bientôt, l'excitation interne de cette zone devient indépendante de la fonction, l'enfant trouvant du plaisir à l'apaiser par toute sorte de succion. La zone anale, au départ stimulée par la rétention et l'expulsion des fèces, les zones génitales, excitées par les soins de la mère, par la miction ou au hasard, deviennent, elles aussi, des sources d'excitation interne que l'enfant cherche à apaiser par différentes stimulations extérieures qui créent une satisfaction, telles que les attouchements anaux ou la masturbation. Dès la puberté, toutes les pulsions partielles (orales, anales, urétrales) coopèrent à l'acte sexuel ; et les zones érogènes dont elles proviennent se subordonnent au primat de la zone génitale. Lorsque les zones érogènes des pulsions partielles viennent à remplacer les fonctions de l'appareil génital, peuvent apparaître la névrose ou la perversion.

—  Anne-Marie LERICHE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉROGÈNES ZONES  » est également traité dans :

CORPS - Le corps et la psychanalyse

  • Écrit par 
  • Monique DAVID-MÉNARD
  •  • 3 959 mots

Dans le chapitre « Spatialité de la pulsion »  : […] Cette plasticité du corps érogène, contigu au corps physiologique et presque homogène au dit du désir – à ceci près que le dit est du côté de l'interdit, alors que l'érogénéité vise la réalisation d'un plaisir inactualisable, mais figuré par pantomime –, se trouve redéfinie en 1915 par le concept de pulsion, qui lie des éléments hétérogènes : la poussée, le but, l' objet et la source. Tous ces ter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-le-corps-et-la-psychanalyse/#i_432

ENFANCE (Les connaissances) - La petite enfance

  • Écrit par 
  • Hélène STORK
  •  • 8 691 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le psychisme postnatal »  : […] Schématiquement, les deux années qui suivent la naissance sont marquées, la première, par le processus de personnalisation, la suivante, par l'émergence de la communication verbale. Le psychisme, durant cette période, se développe à un rythme très rapide, de même que l'organisme. Le poids du cerveau du bébé passe d'environ 340 grammes à la naissance à 1 150 grammes à l'âge de deux ans (pour attei […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enfance-les-connaissances-la-petite-enfance/#i_432

LIBIDO

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 11 318 mots

Dans le chapitre « L'analogie de l'intoxication »  : […] Notre accoutumance au langage psychanalytique est telle que l'on tend à oublier la rigueur méthodologique – d'un style très classique – avec laquelle s'est engagée la construction du concept de la libido. Intervenant sur le terrain clinique de la névrose d' angoisse, elle est préparée selon le témoignage de Freud (lettre 44 du 2 avril 1896) par l'analogie des affections avec une certaine forme d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/libido/#i_432

PULSIONS PARTIELLES

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 537 mots

Dans la psychanalyse freudienne, l'expression de pulsion partielle ( Partialtrieb ) désigne les pulsions en tant que spécifiées par leur but et par leur source organique. C'est dans les Trois Essais sur la théorie de la sexualité (1905) que Freud introduit cette notion : « Ce qui distingue les pulsions les unes des autres et les marque d'un caractère spécifique, ce sont les rapports qui existent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pulsions-partielles/#i_432

REFOULEMENT

  • Écrit par 
  • Pierre FISZLEWICZ
  •  • 3 618 mots

Dans le chapitre « Le refoulement originaire »  : […] « L'oracle dit à Agamède et Trophonios : Le septième jour, votre désir le plus cher sera exaucé. Le septième jour, ils furent tous deux trouvés morts dans leur lit. » Jusqu'en 1915, Freud est entièrement occupé par sa découverte fondamentale sur les manifestations de l'inconscient. Il n'en pose pas moins dès le début de son œuvre la question de l'inné et de l'acquis d'une part, celle de la constit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/refoulement/#i_432

Pour citer l’article

Anne-Marie LERICHE, « ÉROGÈNES ZONES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/zones-erogenes/