SENTIMENT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le sentiment est-il spécifique ?

Une telle définition ne dit pas si le sentiment existe vraiment comme tel, ou si l'on ne peut pas le réduire à autre chose. C'est ce qu'ont tenté la plupart de ceux qui ont prétendu l'expliquer.

Les intellectualistes ramènent ainsi le sentiment à la connaissance. Il n'est, pour Leibniz, qu'une représentation confuse ; ainsi, le plaisir d'entendre la musique n'est que la représentation confuse des rapports mathématiques qui en sous-tendent l'harmonie. J. F. Herbart et son école font du sentiment l'accord ou le désaccord entre nos idées ; je suis joyeux si l'idée de la venue d'un ami est confirmée par un télégramme, en colère si mon idée s'oppose à celle que je prête à mon adversaire, etc. On pourrait objecter à Leibniz que le plaisir de sentir la musique est hétérogène à celui de la comprendre, que la raison n'épuisera jamais ce que donne le sentiment et que ce dernier n'est donc pas un moins, mais un plus. Quant à Herbart, il est facile de voir qu'il se donne ce qu'il prétend expliquer : le télégramme ne me rend joyeux que parce que l'idée de la venue de l'aimé ne m'était pas indifférente ; l'idée de mon adversaire m'irrite parce qu'il est mon adversaire, etc. Le sentiment est autre chose que la connaissance.

Cet « autre chose », certains l'ont attribué au corps. Ainsi Ribot écrit : « Les sentiments ne sont plus une manifestation superficielle ; ils ont leur racine dans les besoins et les instincts, c'est-à-dire dans les mouvements. La conscience ne livre qu'une partie de leur secret, il faut descendre au-dessous d'elle. » Si l'on admet que le sentiment exprime l'unité de la personne, l'on admet aussi que le corps est présent dans tous nos sentiments, même les plus « spirituels » : on sent « avec ses entrailles », ou l'on ne sent rien. Toutefois, à en croire Pierre Janet, on remarque les mêmes mouvements corporels dans les sentiments les plus différents, ce qui rabaisse singulièrement les prétentions scientifiques de la théorie physiologique. D'autre part, cette théorie confond le sentiment avec l'émotion ; or celle-ci est une crise soudaine, alors que le sentiment est une conduite durable : on dit qu'une émotion est plus ou moins « violente », un sentiment plus ou moins « profond » (et profondeur veut dire ici durée). Ce qui signifie qu'un même sentiment donne lieu aux mouvements les plus variés (rougir, pâlir, etc.) et qu'il les thématise comme les actes d'un seul et même drame.

Une troisième théorie explique le sentiment non plus par le corps mais par l'inconscient. Pour Freud, nos sentiments conscients ne sont pour la plupart que nos sentiments apparents et leur sens réel est caché à la conscience elle-même. Le sentiment est bien un drame, mais dont le plus clair se joue dans les coulisses. À l'opposé, Sartre, pour sauver l'unité du « pour-soi », rattache tout sentiment, même inconscient en apparence, à la conscience et à la liberté ; il réduit alors l'inconscient à une mauvaise foi envers soi-même, à un refus de s'avouer ce qu'on est. Mais le sentiment vécu n'est-il pas justement ce qui dépasse l'alternative entre inconscient et liberté, entre chose et sens ? Tout sentiment est inconscient en ce qu'il se rattache à mon corps, mes habitudes, mon milieu, mon histoire et qu'il comporte de ce fait une part de passivité obscure, de « passion ». Mais tout sentiment est également « senti » ; il est un sens offert à ma conscience, une question posée à ma liberté. Le réduire soit à des pulsions ou à un « langage inconscient », soit à un libre choix, c'est en méconnaître la nature, qui est d'être un mixte entre le moi et le monde, entre l'âme et le corps, un mixte dont toute l'existence est dans la signification.

Descartes est peut-être celui qui a le mieux montré ce statut à part du sentiment qui est tout à la fois clair et confus. Clair, car j'éprouve sans conteste que je souffre ou que j'aime. Confus, car cette expérience n'a jamais la transparence de l'idée « distincte », celle dont on peut analyser tous les composants : « Sentir la douleur, dit Malebranche, c'est se sentir malheureux, sans savoir bien ni ce qu'on est, ni quelle est cette modalité de notre être qui nous rend malheureux. » À quoi fait écho Jules La [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des sciences humaines de Strasbourg

Classification

Autres références

«  SENTIMENT  » est également traité dans :

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « Difficultés du concept »  : […] C'est dans un contexte relativement indécis, aux frontières entre la philosophie et la psychologie, que le terme « affectivité » apparaît dans la seconde moitié du xix e  siècle, avec l'équivoque de désigner tout à la fois le pouvoir d'être affecté et le « système » des « affects », lesquels se distinguent des sensations en tant que celles-ci sont exogènes alors qu'ils sont censés être endogènes. […] Lire la suite

AMOUR

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 10 166 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Les discours sur l'amour »  : […] L'étude sémantique, la psychophysiologie, l'histoire du sentiment amoureux et la mythographie apportent d'incontestables « documents » pour une réflexion sur l'amour, mais l'obstacle majeur au développement de ces analyses réside, nous l'avons dit, dans l'indétermination du sentiment amoureux, lequel – à la différence de l'amitié, au sens de la ϕιλ́ια antique, par exemple – donne continuellement […] Lire la suite

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 151 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Art »  : […] Si l' art romantique semble se définir par ses thèmes et par la galerie de ses héros plutôt que par ses formes, c'est que le romantisme a plus facilement et plus vite trouvé son expression littéraire. En fait, il s'agit d'indices plus que d'éléments constituants. Et, si l'on envisage le romantisme non pas comme une simple appellation qui couvre indistinctement une tranche chronologique, mais comme […] Lire la suite

COMTE AUGUSTE (1798-1857)

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 9 458 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la nature humaine à l'ordre social »  : […] Bien entendu, la religion de l'humanité, proclamée en 1847, ne pouvait pas apparaître dans le Cours . En revanche, dans le Système de politique positive , outre sa fonction de connaissance, la sociologie fonde directement la religion. Comte examine d'abord l'ordre humain « comme s'il était immobile » ( Système , t. II, p. 3). C'est la fonction de la statique sociale, qui doit précéder l'étude de l […] Lire la suite

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 004 mots

Dans le chapitre « Croyance, probabilité, scepticisme »  : […] On peut dire que c'est la grandeur de la philosophie du belief , chez Hume, d'avoir aperçu cette unité profonde de la créance, par-delà l'opposition que les philosophies platoniciennes (et Descartes encore une fois est un platonicien à cet égard) avaient instituée entre l'opinion et la vérité. Le belief humien, c'est d'abord la créance prise dans son sens indivis, comme lorsque, dans le langage o […] Lire la suite

SENSIBILITÉ, psychologie et philosophie

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL
  •  • 1 031 mots

En raison du devenir et du changement qui le caractérisent, le sensible est traditionnellement opposé à la fixité et à la permanence de l'intelligible. Dans ces conditions, la sensibilité, comme propriété d'un sujet d'être modifié ou informé par le milieu sensible, peut être opposée à la raison et à ses procédures pour accéder à la vérité. Abordé philosophiquement, le concept de sensibilité permet […] Lire la suite

FIGURES DE LA PASSION et L'INVENTION DU SENTIMENT (expositions)

  • Écrit par 
  • Alain MÉROT
  •  • 1 063 mots

Les deux expositions organisées par le musée de la Musique à Paris ( Figures de la passion du 23 octobre 2001 au 20 janvier 2002, L'Invention du sentiment du 2 avril au 30 juin 2002) et les manifestations qui les accompagnèrent (colloque international, concerts, conférences...) ont sans nul doute obligé un nombreux public à secouer certaines routines. On sépare en effet d'habitude l'étude des ar […] Lire la suite

HONNEUR

  • Écrit par 
  • Marie-France MURAWA-WULFING
  •  • 2 340 mots

Dans le chapitre « Honneur et éthique »  : […] L'honneur s'élabore au tréfonds de l'individu, il est considéré par celui qui y tend comme un sentiment noble lui permettant de se surpasser. La mort ne fait pas peur à l'homme d'honneur. Don Juan respecte la promesse faite au Commandeur, il lui donne sa main ; il sait qu'il en meurt, qu'il se damne sans doute, mais l'essentiel est d'agir en homme d'honneur : « Donne-moi cette main, n'aie pas peu […] Lire la suite

JALOUSIE

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 258 mots

Sémantiquement et psychologiquement, la jalousie est inséparable du désir. Bossuet prête au mot le sens de « passion sans partage » lorsqu'il écrit : « Combien de Romains furent jaloux de la liberté. » C'est le « zèle extrême » qu'atteste, à l'origine, le provençal gelos , fréquent dans la poésie des troubadours, entre les années 1135 et 1150. L'influence du coq ou jal aurait, selon Grzywacz, dét […] Lire la suite

MÉTACOGNITION

  • Écrit par 
  • Joëlle PROUST
  •  • 1 924 mots

Dans le chapitre « Les sentiments métacognitifs  »  : […] Les sentiments qui dictent ces décisions – appelés « métacognitifs » ou « noétiques » (du grec νoεῖν, connaître) – prédisent ou évaluent l'incertitude liée à la tâche cognitive en cours. Certains sont prédictifs, comme le « sentiment de facilité » ou d'effort lié à la tâche à exécuter, le « sentiment de savoir » (c'est-à-dire de pouvoir retrouver un élément mémorisé antérieurement dans un temps r […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-25 mars 2022 France. Meurtre du nationaliste corse Yvan Colonna en prison.

Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse et ancien avocat d’Yvan Colonna, exprime « un profond sentiment de colère et d’injustice » et rend l’État responsable de n’avoir pas procédé au « rapprochement » d’Yvan Colonna, c’est-à-dire à son incarcération dans une prison corse, comme le demandaient ses défenseurs. L’administration pénitentiaire s’y opposait en raison du statut de « détenu particulièrement signalé » (DPS) d’Yvan Colonna. […] Lire la suite

5 novembre 2021 France. Condamnation d'Alexandre Benalla.

Investi selon les juges d’un « sentiment d’impunité et de toute puissance », Alexandre Benalla s’était livré à des violences à l’encontre de manifestants, en marge du défilé du 1er-Mai, en 2018 à Paris, alors qu’il se trouvait intégré au dispositif policier en tant qu’observateur. Il est notamment reconnu coupable de « violences en réunion », d’« immixtion dans la fonction de policier » et de recel d’images issues des caméras de vidéosurveillance de la Préfecture de police, mais aussi, en d’autres circonstances, de « port sans motif légitime » d’une arme à feu, en avril 2017 à Poitiers, ainsi que d’avoir utilisé frauduleusement deux passeports diplomatiques, après son licenciement, et réalisé un faux document afin d’obtenir un passeport de service. […] Lire la suite

14-25 avril 2021 France. Décision controversée relative à l'irresponsabilité pénale du meurtrier de Sarah Halimi.

Le 19, le président Emmanuel Macron, qui avait exprimé en janvier 2020 le sentiment du « besoin d’un procès » dans l’affaire Halimi, demande au ministre de la Justice « un changement de la loi » régissant l’irresponsabilité pénale. Le 23, le rapport commandé en juin 2020 par l’ancienne garde des Sceaux Nicole Belloubet, sur la question de l’irresponsabilité pénale d’une personne ayant volontairement pris des stupéfiants, est remis à la Chancellerie. […] Lire la suite

16-22 mars 2021 États-Unis. Tueries de masse.

La communauté asiatique est victime depuis un an d’une recrudescence du sentiment antichinois, alimenté par la pandémie de Covid-19 et les dénonciations du « virus chinois » par l’ancien président Donald Trump. Dans son premier discours à la nation, le 11, le président Joe Biden a dénoncé les « crimes haineux » dont sont victimes les Américains d’origine asiatique. […] Lire la suite

10-29 décembre 2020 France. Maintien de mesures de restriction face à la Covid-19.

Celui-ci dénonce un « défaut de préparation » du pays à la situation sanitaire « résultant […] d’un faux sentiment de sécurité et d’un souci d’économies budgétaires » ; il pointe les dysfonctionnements des services de l’État ayant abouti à la pénurie de masques de protection ; il dénonce les décisions « tardives » du gouvernement, prises « au pied du mur », et entravées par la multiplication et la concurrence des cellules de crise. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Olivier REBOUL, « SENTIMENT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sentiment/