EUDISTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Membres d'une société de prêtres séculiers, groupés en 1643 par saint Jean Eudes (1601-1680) pour s'occuper de la formation du clergé dans les séminaires diocésains et raviver la foi des fidèles par des missions paroissiales. Les Eudistes dirigent, jusqu'à la Révolution, la plupart des séminaires de Normandie et, en outre, les séminaires de Dol, de Rennes et de Senlis. Dispersés en 1792, rétablis en 1826, ils commencent par se recruter en Bretagne, y ouvrent des collèges (Rennes, Redon), en fondent ou en acceptent ailleurs (Valognes, Luçon, Besançon, Versailles) et reprennent leurs travaux missionnaires. Des évêques, à partir de 1883, leur confient des séminaires en Colombie, au Canada, au Mexique, au Venezuela et en Côte-d'Ivoire (1959).

Officiellement, ils appartiennent à la Congrégation de Jésus-et-Marie (C.J.M.), approuvée par le Saint-Siège en 1851. Quelques-uns d'entre eux, reçus à titre de coadjuteurs, demeurent laïcs. Répartis en quatre provinces (France, Amérique du Nord, Colombie, Venezuela), une vice-province (Afrique, rattachée à la province de France) et une mission interprovinciale (Philippines, depuis 2005), ils ont à leur tête un supérieur général, élu à titre temporaire, en résidence à Rome (1953). Ils n'ont jamais été nombreux : à peu près cent cinquante en 1790, environ cent en 1870, un peu plus de cinq cent cinquante en 1973, quatre cent sept en 2003. Chateaubriand les a connus à Dol et les évoque dans ses Mémoires d'outre-tombe. François-Louis Hébert, confesseur de Louis XVI, et deux de ses confrères ont péri dans les massacres de septembre 1792 et ont été béatifiés en 1926. Appelés pères depuis le xixe siècle, les Eudistes restent fidèles à la tradition bérullienne du xviie siècle et ne font aucun vœu.

—  Charles BERTHELOT DU CHESNAY

Écrit par :

Classification


Autres références

«  EUDISTES  » est également traité dans :

JEAN EUDES saint (1601-1680)

  • Écrit par 
  • Charles BERTHELOT DU CHESNAY
  •  • 288 mots

Né à Ri, près d'Argentan, Jean Eudes est le fils d'un chirurgien de campagne et le frère aîné de François, sieur de Mézeray, historien. Après avoir été l'élève des Jésuites au collège de Caen, il entre à l'Oratoire (1623). Il s'adonne aux missions paroissiales, en basse Normandie surtout. Il en estime les résultats éphémères, si le clergé des paroisses n'a pas été préalablement formé. Encouragé pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-eudes/#i_48757

Pour citer l’article

Charles BERTHELOT DU CHESNAY, « EUDISTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eudistes/