MISSIONS ÉTRANGÈRES DE PARIS SOCIÉTÉ DES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La fondation du séminaire parisien des missions étrangères, rue du Bac, a pour origine lointaine le passage à Paris, en 1653, d'un missionnaire jésuite du Tonkin, le père Alexandre de Rhodes, et les informations qu'il donna à quelques prêtres encore étudiants sur les problèmes de jeunes communautés chrétiennes insuffisamment pourvues de clergé. Plusieurs de ces prêtres décident alors de se mettre à la disposition du pape pour aller travailler en Extrême- Orient à la formation d'un clergé indigène. Deux d'entre eux sont bientôt appelés à l'épiscopat par le pape Alexandre VII et nommés (en 1658) vicaires apostoliques du Tonkin et de la Cochinchine : François Pallu (1626-1684) et Pierre Lambert de La Motte (1624-1679). Pour se préparer des collaborateurs, ils sont amenés à fonder un séminaire spécial, en 1663.

Du développement du séminaire, qui ne cessera plus désormais de former des missionnaires pour l'Extrême-Orient, naît, en liaison étroite avec la congrégation romaine de la Propagande, la Société des missions étrangères, simple association de prêtres sans vœux de religion. Gouvernée pendant plusieurs siècles par un simple conseil, la Société n'a élu son premier « supérieur général » qu'en 1921, en la personne de Mgr de Guébriant (1860-1935).

L'activité des Missions étrangères de Paris, en certaines périodes et divers endroits, a pu coïncider assez étroitement avec la politique française en Extrême-Orient. En Cochinchine, le vicaire apostolique Pigneau de Behaine (1741-1799), par son amitié avec le futur empereur Gialong, procura au pays trente années de paix. En revanche, à bien des reprises les missionnaires eurent à pâtir des réactions anti-européennes. Des nombreux martyrs de la Société, le plus célèbre est le bienheureux Théophane Vénard (1829-1861), tué à Hanoi.

—  André DUVAL

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MISSIONS ÉTRANGÈRES DE PARIS SOCIÉTÉ DES  » est également traité dans :

CONDAMNATION DES RITES CHINOIS

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 260 mots

Au xvii e  siècle, la Querelle des rites divise les missionnaires de la Chine et de l'Inde sur la désignation de Dieu dans les langues locales, sur l'adaptation des rites chrétiens, le baptême par exemple, sur l'acceptation ou le refus des rites traditionnels comme la vénération des ancêtres. Tandis que les jésuites, très introduits à la cour impériale, sont favorables à ces adaptations, d'autres […] Lire la suite

MISSIONS

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT, 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Antonin-Marcel HENRY, 
  • Anastasios YANNOULATOS
  •  • 17 272 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les missions pontificales (1622-1965) »  : […] Alors que, depuis plus d'un siècle, les missions étaient entre les mains des Rois Catholiques d'Espagne et de Portugal – à l'exception toutefois des missions de la France qui avait pris pied dans la région du Saint-Laurent et au Proche-Orient –, Rome prit conscience des inconvénients du privilège concédé aux patronats. En 1622, Grégoire XV fonda la congrégation De propaganda fide , afin de reprend […] Lire la suite

Pour citer l’article

André DUVAL, « MISSIONS ÉTRANGÈRES DE PARIS SOCIÉTÉ DES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 août 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/societe-des-missions-etrangeres-de-paris/