SAÔNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

France : carte physique

France : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Mâcon

Mâcon
Crédits : C. Desroches

photographie


Affluent de rive droite du Rhône, qu'elle rencontre à Lyon, la Saône possède des caractères complémentaires de celui-ci. Le fleuve est puissant (près de 600 m3/s pour un bassin-versant de 20 350 km2), fougueux sur une pente forte, gonflé l'été des eaux de fusion. La Saône apporte un régime de hautes eaux d'hiver qui coulent doucement selon le profil le plus plat du bassin, étiré sur 480 kilomètres entre 404 mètres et 158 mètres. Sa contribution est modeste si on la rapproche de la surface drainée (29 950 km2), la plus vaste de tous les tributaires ; 14 litres par seconde et par kilomètre carré ou 442 millimètres ; la Saône verse cependant au Rhône 420 mètres cubes par seconde. Rivière de plaine qui s'allie à un fleuve montagnard, elle descend de Lorraine et s'étale de Gray à Trévoux à travers la Bresse, née d'un lac pliocène dont les dépôts sont surmontés au sud par le cône fluvio-glaciaire du plateau de la Dombes. Dans la vaste dépression alluviale du Rhône, elle abaisse la pente.

France : carte physique

France : carte physique

carte

Carte physique de la France métropolitaine. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Le plus grand renfort vient du Doubs (bassin-versant de 77 000 km2), qui recueille la majeure partie des eaux du Jura. Le relief étant bien exposé aux vents d'ouest humides, il reçoit 1 200 millimètres de pluie et de neige (moins que l'Ain), dont une bonne moitié forme les 170 mètres cubes par seconde (22 l . s-1 . km-2) donnés à la Saône.

L'appoint est sensible et le régime des deux branches le même. Le karst du Jura est très évolué et laisse passer l'eau rapidement, la rétention nivale n'est ni constante ni tardive : à Ocourt, la fusion arrive en mars, de sorte qu'au confluent le maximum est en janvier et février, comme à Lyon. Or un tel régime pluvial océanique, unique dans le bassin du Rhône, n'exclut pas les excès. La Saône est descendue jusqu'à 20 mètres cubes par seconde et a roulé plus de 4 000 mètres cubes par seconde. Souvent elle déborde et inonde. Sa tranquillité peut devenir trompeuse et dissimuler l'inconstance.

Rivière peu apte à fournir de l'énergie électrique, elle trouve sa vocation dans les liaisons navigables Rhône-Rhin (par le Doubs), avec la Marne et la Seine (par le canal de Bourgogne) et avec la Loire (par le canal du Centre).

Mâcon

Mâcon

photographie

Les quais de la Saône à Mâcon; à l'arrière-plan, les deux clochers de l'église Saint-Pierre, bâtie au XIXe (Saône-et-Loire, France). 

Crédits : C. Desroches

Afficher

—  Jean de BEAUREGARD

Écrit par :

Classification


Autres références

«  SAÔNE  » est également traité dans :

CHALON-SUR-SAÔNE

  • Écrit par 
  • Robert CHAPUIS
  •  • 498 mots
  •  • 2 médias

Chalon-sur-Saône, principale ville de Saône-et-Loire, bien qu'elle ne soit que sous-préfecture, doit son développement à sa situation de carrefour entre une belle voie navigable, la Saône, et trois voies terrestres : l'une qui file vers l'Alsace par le pied du Jura (l'actuelle N73), une autre qui, du Bassin parisien, va vers le sud (N6 et A6 dans le val de Saône), une troisième en direction de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chalon-sur-saone/#i_23290

FRANCHE-COMTÉ

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Serge ORMAUX
  •  • 3 999 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un contexte naturel original et une grande variété de pays »  : […] Baignant dans un climat mi-océanique mi-continental, la Franche-Comté offre des paysages marqués par un grand développement des plateaux et des moyennes montagnes, et par une omniprésence de la forêt (44 p. 100 de la superficie régionale), souvent associée aux prairies et aux pâtures. Trois ensembles majeurs de reliefs et de milieux se partagent le territoire régional : – Les Vosges comtoises, au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franche-comte/#i_23290

LYON

  • Écrit par 
  • Franck SCHERRER
  •  • 1 726 mots
  •  • 1 média

Capitale de la région Rhône-Alpes , Lyon a été désignée en 2015 chef-lieu de la nouvelle grande région Auvergne - Rhône-Alpes. La ville est la commune-centre (505 000 hab. selon le recensement de 2012) d'une aire urbaine de 2,2 millions d'habitants, la deuxième en France et la vingt-cinquième en Europe, qui bénéficie depuis plus de deux mille ans d'une exceptionnelle situation entre l'Europe du No […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyon/#i_23290

MÂCON

  • Écrit par 
  • Robert CHAPUIS
  •  • 522 mots
  •  • 2 médias

Préfecture de la Saône-et-Loire, Mâcon ( Matisco ) a été fondée vers le iii e  siècle avant J.-C. sur un gué de la Saône, par les Éduens qui y aménagent un port. Devenue castrum sous les Romains, la ville connaît une belle période en tant que port et étape sur la via Agrippa qui relie Lyon à Cologne. Ap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macon/#i_23290

RHÔNE-ALPES

  • Écrit par 
  • Franck SCHERRER
  •  • 4 433 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'axe majeur, les massifs et les marges »  : […] L'alignement, du nord au sud, des vallées de la Saône et du Rhône compose un axe majeur de liaison, presque sans concurrence à l'échelle européenne, entre les Bassins parisien et londonien, les pays rhénans et la mer du Nord, d'une part, et la Méditerranée occidentale, d'autre part. Ce couloir, où toutes les infrastructures de transport se côtoient, a évidemment fixé une part considérable des acti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rhone-alpes/#i_23290

Pour citer l’article

Jean de BEAUREGARD, « SAÔNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/saone/