Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SANTÉ Économie de la santé

L'économie de la santé peut être considérée comme un domaine appliqué de la science économique générale. Elle emprunte ses concepts théoriques de référence à quatre principaux domaines : l'économie de l'assurance, l'économie industrielle, l'économie du travail et l'économie publique, auxquels il faut ajouter l'économie du développement pour les travaux concernant la santé dans les pays du Tiers Monde (dont le cas ne sera toutefois pas spécifiquement abordé dans la suite de cet article). À partir des années 1960, l'économie de la santé s'est progressivement constituée en sous-discipline scientifique, dotée d'un important degré d'autonomie. Elle a ses spécialistes, regroupés dans l'Association internationale d'économie de la santé (I.H.E.A.), ses congrès et ses revues propres (notamment le Journal of Health Economics et Health Economics). Elle entretient un dialogue systématique avec les autres domaines de la science économique, d'une part, et les différentes disciplines (biologie, clinique, épidémiologie, sciences humaines et sociales) qui s'intéressent à la santé des individus et des populations, d'autre part. Avec un succès divers, et parfois mitigé, selon les pays et selon les moments, les résultats de ses recherches exercent une influence sur les décisions en matière de politiques de santé publique et de réformes de l'organisation des systèmes de santé et d'assurance-maladie, ainsi que sur les comportements, voire la culture, des professionnels (médicaux ou non) qui interviennent dans ces systèmes.

L'économie de la santé au service de la maîtrise des dépenses de santé

Le développement de l'économie de la santé est étroitement lié aux deux phénomènes majeurs qui ont caractérisé l'évolution de la protection sociale et des systèmes de santé dans les pays développés depuis la Seconde Guerre mondiale. Dans l'ensemble de ces pays, la dépense totale de santé (DTS) a, jusqu'à la fin du xxe siècle, connu un rythme de croissance supérieur à celui de l'ensemble de la richesse nationale, et a donc mécaniquement tendu à représenter une part toujours plus importante du produit intérieur brut. À l'heure actuelle, la moitié environ des pays de l'O.C.D.E., dont la France, consacrent à la santé entre 3 000 et 4 500 dollars par habitant. En 2011, la DTS, mesure standardisée élaborée par l'O.C.D.E. pour permettre les comparaisons internationales, s'élevait en France à 235,6 milliards d'euros, soit 11,6 p. 100 du produit intérieur brut (P.I.B.), derrière les États-Unis et les Pays-Bas qui y consacrent respectivement 17,7 p. 100 et 11,9 p. 100 mais devant l'Allemagne (11,3 p. 100) et le Canada (11,2 p. 100). Cette demande de biens et services médicaux, en expansion continue, a pour l'essentiel été financée au travers de mécanismes collectifs de prélèvements obligatoires, fondés selon les pays sur l'impôt ou sur des cotisations sociales pour les différentes catégories socioprofessionnelles. La part des financements « publics » dans le total des dépenses de santé était en 2011 de 72 p. 100 en moyenne dans l'O.C.D.E., cette proportion étant supérieure à 50 p. 100 dans tous les pays membres à l'exception du Chili, du Mexique et des États-Unis. Les politiques de santé se trouvent confrontées à une tension contradictoire entre, d'une part, augmenter les dépenses pour répondre aux besoins croissants de soins efficaces de la population, d'autre part les réduire pour limiter les prélèvements obligatoires sur les revenus qui pèsent sur les déficits publics. Depuis le milieu des années 1970, tous les gouvernements des pays développés ont donc engagé des politiques de « maîtrise des dépenses de santé ». Si la croissance de ces dépenses est restée supérieure[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur des Universités, université d'Aix-Marseille, directeur de l'UMR 912 Sciences économiques et sociales de la santé et traitement de l'information médicale

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • PSYCHOLOGIE DE LA SANTÉ

    • Écrit par Marilou BRUCHON-SCHWEITZER
    • 3 943 mots
    • 1 média

    La psychologie de la santé est une discipline récente en pleine expansion. Centrée tout d’abord sur les facteurs psychosociaux affectant le développement des maladies, elle s’est ensuite intéressée à ceux menant à des issues de santé positives (qualité de vie, bien-être, santé physique, santé mentale),...

  • SANTÉ PUBLIQUE

    • Écrit par Patrice BOURDELAIS
    • 5 549 mots
    • 5 médias

    Dès que l’historien dispose de sources suffisamment précises, il perçoit que toutes les civilisations ont tenté de protéger la vie humaine, à partir de visions différentes – historiquement situées – de la vie, des corps et des éléments qui conditionnent la santé individuelle et collective du groupe....

  • SOCIOLOGIE DE LA SANTÉ

    • Écrit par Patrice PINELL
    • 3 436 mots

    L’importance culturelle, sociale, économique et politique prise dans tous les pays développés par les questions de prévention et de préservation de la santé, de traitement et de prise en charge des maladies chroniques et dégénératives, ainsi que par le fonctionnement, l’efficacité, le coût et la gestion...

  • ACNÉ

    • Écrit par Corinne TUTIN
    • 3 313 mots
    • 4 médias

    Liée à une inflammation du follicule pileux (précisément, pilo-sébacé), l’acné est une maladie dermatologique très fréquente, qui touche environ 6 millions de personnes en France. Débutant le plus souvent à la puberté, elle n’a en général aucune gravité, mais peut, lorsqu’elle est étendue ou durable,...

  • ASTHME ET IMMUNITÉ INNÉE

    • Écrit par Gabriel GACHELIN
    • 2 490 mots
    • 1 média
    ...» Dès que les premiers résultats des études sur les amish ont filtré en 2013, Hubert Reeves s’en est emparé pour défendre la biodiversité au nom de la santé. Ces réactions n’étaient encore guère fondées. Au mieux, il pouvait s’agir d’un savoir opératoire ; au pire, constituer une réaction hostile aux...
  • BIG DATA

    • Écrit par François PÊCHEUX
    • 6 148 mots
    • 3 médias
    En ce qu’il permet de croiser un nombre très important de dossiers médicaux, le big data trouve en la santé de l’homme une application de choix. Avec ses outils statistiques puissants, il aide à identifier très vite et de manière très fiable les origines des maladies chez les patients (étiologie), notamment...
  • BIOTECHNOLOGIES

    • Écrit par Pierre TAMBOURIN
    • 5 368 mots
    • 4 médias
    Les biotechnologies rouges concernent les domaines de lasanté, du médicament, du diagnostic, de l'ingénierie tissulaire ainsi que le développement de procédés génétiques ou moléculaires ayant une finalité thérapeutique. C'est dans cette catégorie que les efforts les plus importants ont été entrepris....
  • Afficher les 31 références

Voir aussi