Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SANTÉ Économie de la santé

Santé et échec du marché : légitimation de l'intervention publique

L'économie de la santé se distingue des autres disciplines, comme l'épidémiologie, avec lesquelles elle partage un même constat critique d'une absence de relation entre progression des dépenses de santé dans les pays développés et amélioration effective de la santé publique, par le fait de s'inscrire dans un cadre construit de références théoriques. Dès les premiers articles fondateurs (ceux de S. J. Mushkin en 1958, K. J. Arrow et H. E. Klarman en 1963), les économistes se sont posé la question de l'existence ou non d'une « spécificité » des biens et services visant à améliorer ou restaurer l'état de santé. Ils ont pour la plupart répondu oui à cette question en considérant que les biens de santé étaient effectivement « différents des autres ».

Sur le plan international, l'écrasante majorité des économistes de la santé en ont déduit qu'une organisation efficiente et équitable des systèmes de santé ne pouvait majoritairement reposer sur le recours aux marchés privés, et qu'une intervention régulatrice forte de la puissance publique s'avérait indispensable. La justification de l'« échec du marché » ou de son incapacité à fournir une solution optimale à l'organisation de la production et de la consommation de soins repose sur deux types d'arguments : la présence d'externalités et de biens collectifs, d'une part, les asymétries d'information et leurs incidences contractuelles, d'autre part.

Externalités et biens collectifs

Une première raison d'échec du marché n'est pas propre au secteur de la santé et se retrouve dans d'autres domaines, comme l'environnement ou bien encore la sphère financière. Elle tient à l'existence d'externalités négatives et positives. On parle d'externalités chaque fois qu'un agent économique (individu ou entreprise) entreprend une action qui affecte directement d'autres agents, mais pour laquelle il ne paie ni ne reçoit aucune indemnisation (de son point de vue, l'impact de son action demeure donc « externe »). Les maladies transmissibles constituent, avec les pollutions de l'environnement, des exemples typiques d'externalités négatives. À l'inverse, une certaine catégorie de biens, appelés biens collectifs, représente un cas extrême d'externalités positives. Ces biens se caractérisent par le caractère non exclusif (leur consommation par un individu n'empêche pas les autres agents d'utiliser ce bien) et non privatif (il est très coûteux d'empêcher un individu de les utiliser) de leur consommation. La recherche en général, et plus particulièrement la recherche fondamentale dont les avancées peuvent donner lieu à une vaste gamme d'applications dans divers secteurs, présente un caractère de bien collectif : les profits privatifs que les entreprises peuvent en retirer, même avec un système de brevets garantissant un monopole temporaire sur l'exploitation d'une invention, demeurent limités au regard des avantages que les avancées de la connaissance scientifique procurent à l'ensemble des autres agents et donc à la collectivité. Certains biens, comme les vaccinations, ne présentent pas toutes les caractéristiques d'un bien collectif à l'état « pur » (le fait de se faire vacciner s'apparente à un bien privé), mais produisent néanmoins des externalités positives (les personnes non vaccinées verront leur probabilité de contamination diminuer également). Il est avéré qu'en présence d'externalités négatives, l'allocation par le marché est inefficace dans la mesure où l'agent qui est à leur origine n'est pas incité à prendre en considération la totalité des coûts sociaux qu'il engendre ; de même, les marchés privés auront tendance à fournir les biens collectifs en quantité insuffisante.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur des Universités, université d'Aix-Marseille, directeur de l'UMR 912 Sciences économiques et sociales de la santé et traitement de l'information médicale

Classification

Pour citer cet article

Jean-Paul MOATTI. SANTÉ - Économie de la santé [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • PSYCHOLOGIE DE LA SANTÉ

    • Écrit par Marilou BRUCHON-SCHWEITZER
    • 3 943 mots
    • 1 média

    La psychologie de la santé est une discipline récente en pleine expansion. Centrée tout d’abord sur les facteurs psychosociaux affectant le développement des maladies, elle s’est ensuite intéressée à ceux menant à des issues de santé positives (qualité de vie, bien-être, santé physique, santé mentale),...

  • SANTÉ PUBLIQUE

    • Écrit par Patrice BOURDELAIS
    • 5 549 mots
    • 5 médias

    Dès que l’historien dispose de sources suffisamment précises, il perçoit que toutes les civilisations ont tenté de protéger la vie humaine, à partir de visions différentes – historiquement situées – de la vie, des corps et des éléments qui conditionnent la santé individuelle et collective du groupe....

  • SOCIOLOGIE DE LA SANTÉ

    • Écrit par Patrice PINELL
    • 3 436 mots

    L’importance culturelle, sociale, économique et politique prise dans tous les pays développés par les questions de prévention et de préservation de la santé, de traitement et de prise en charge des maladies chroniques et dégénératives, ainsi que par le fonctionnement, l’efficacité, le coût et la gestion...

  • ACNÉ

    • Écrit par Corinne TUTIN
    • 3 313 mots
    • 4 médias

    Liée à une inflammation du follicule pileux (précisément, pilo-sébacé), l’acné est une maladie dermatologique très fréquente, qui touche environ 6 millions de personnes en France. Débutant le plus souvent à la puberté, elle n’a en général aucune gravité, mais peut, lorsqu’elle est étendue ou durable,...

  • ASTHME ET IMMUNITÉ INNÉE

    • Écrit par Gabriel GACHELIN
    • 2 490 mots
    • 1 média
    ...» Dès que les premiers résultats des études sur les amish ont filtré en 2013, Hubert Reeves s’en est emparé pour défendre la biodiversité au nom de la santé. Ces réactions n’étaient encore guère fondées. Au mieux, il pouvait s’agir d’un savoir opératoire ; au pire, constituer une réaction hostile aux...
  • BIG DATA

    • Écrit par François PÊCHEUX
    • 6 148 mots
    • 3 médias
    En ce qu’il permet de croiser un nombre très important de dossiers médicaux, le big data trouve en la santé de l’homme une application de choix. Avec ses outils statistiques puissants, il aide à identifier très vite et de manière très fiable les origines des maladies chez les patients (étiologie), notamment...
  • BIOTECHNOLOGIES

    • Écrit par Pierre TAMBOURIN
    • 5 368 mots
    • 4 médias
    Les biotechnologies rouges concernent les domaines de lasanté, du médicament, du diagnostic, de l'ingénierie tissulaire ainsi que le développement de procédés génétiques ou moléculaires ayant une finalité thérapeutique. C'est dans cette catégorie que les efforts les plus importants ont été entrepris....
  • Afficher les 31 références

Voir aussi