ÉPIDÉMIOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La première définition de l'épidémiologie donnée par le Littré au milieu du xixe siècle est toujours celle qu'on retrouve dans les dictionnaires aujourd'hui : « Recherche sur les causes et les natures des épidémies », l'épidémie étant elle-même définie comme une atteinte simultanée d'un grand nombre d'individus d'un pays ou d'une région par une maladie transmissible.

En réalité, aujourd'hui, le champ de l'épidémiologie s'est beaucoup élargi et les nombreuses définitions proposées sont toutes plus conformes à l'étymologie (epi-dêmos : « sur le peuple », « frappant tout le peuple »). Celle de Milos Jenicek et Robert Cléroux mérite d'être retenue : « L'épidémiologie est un raisonnement et une méthode propres au travail objectif en médecine et dans d'autres sciences de la santé, appliqués à la description des phénomènes de santé, à l'explication de leur étiologie et à la recherche des méthodes d'intervention les plus efficaces. »

L'essor de l'épidémiologie moderne trouve son explication dans le fait que, pour la santé publique, la prévention est devenue prioritaire, tant dans le domaine des maladies transmissibles que dans celui des maladies non transmissibles (affections néoplasiques et cardio-vasculaires, troubles du comportement, etc.).

L'épidémiologie descriptive et l'épidémiologie analytique

La définition proposée regroupe les deux aspects maintenant classiques de l'épidémiologie :

– la description des phénomènes de santé correspond à l'épidémiologie descriptive ;

– l'analyse causale correspond à l'épidémiologie analytique.

Ces deux aspects sont complémentaires. En effet, si l'épidémiologie analytique tire sa finalité dans la recherche étiologique permettant ensuite de définir les grands axes de la prévention, elle ne peut se passer des informations données par l'épidémiologie descriptive, qui, seule, permet d'appréhender l'importance numérique du phénomène morbide étudié.

Que ce soit en épidémiologie descriptive ou en épidémiologie analytique, l'enquête représente l'outil méthodologique de choix.

L'épidémiologie descriptive a pour but d'étudier la répartition des phénomènes morbides dans les populations et leur variation dans le temps, grâce à une quantification qui utilise les statistiques (dénombrement des cas présentés sous forme de tableaux, d'histogrammes et de courbes) et qui s'impose, non seulement pour mettre en place une politique de santé cohérente après détermination des priorités, mais aussi pour juger des résultats de cette politique.

Le fondement de l'épidémiologie descriptive est donc le recueil des informations, soit passif (statistiques de mortalité et de morbidité), soit actif, au cours d'enquêtes exhaustives systématiques qui donnent une appréciation plus réelle du phénomène morbide étudié en incluant les sujets qui consultent et ceux qui ne consultent pas. Mais ces enquêtes sont souvent irréalisables en dehors d'un groupe de population bien identifié et pas trop nombreux. Plus communément, l'information est recueillie au cours d'enquêtes par sondage utilisant les lois de la statistique probabilistique. Les enquêtes sont alors effectuées sur des échantillons limités, mais représentatifs, de la population interrogée.

Les informations recueillies, soit passivement, soit activement, sont ensuite traitées en s'aidant de l'informatique. Si l'enquête est réalisée une seule fois, elle permet de calculer la prévalence de l'affection étudiée (mesure de la fréquence de la maladie dans une population à un moment donné). Si elle est répétée à intervalles réguliers dans une période donnée (l'année par exemple), elle permet de calculer l'incidence (mesure de la fréquence de survenue de cas nouveaux de la maladie dans la population étudiée).

L'épidémiologie analytique a pour but de formuler des hypothèses sur l'étiologie et les facteurs de risque des maladies. Son domaine est essentiellement celui des maladies non transmissibles car, pour l'immense majorité des maladies transmissibles, la chaîne épidémiologique est bien connue, depuis l'agent pathogène et son réservoir jusqu'au sujet réceptif.

Les enquêtes sont soit prospectives, soit rétrospectives. L'enquête prospective permet de suivre les sujets depuis l'exposition aux facteurs de risque jusqu'à la survenue éventuelle de la maladie. Elle comparera alors le devenir de ces sujets à celui d'une population témoin non exposée. La première étude de ce genre a été appliquée aux risques liés au tabagisme. L'enquête rétrospective commence, après que le diagnostic de la maladie a été posé, en recherchant si l'exposition au facteur de risque étudié a eu lieu. Puis les résultats seront comparés à une population non malade soumise au même risque. Ce type d'enquête, plus court et plus simple, donne des conclusions moins fiables car les deux groupes de sujets sont obligatoirement assez peu comparables. Il est cependant très utilisé en épidémiologie cancérologique.

—  Pierre SALIOU

Pathologies non transmissibles

Une étude épidémiologique difficile illustre bien la complexité du problème. Elle porte sur l'intervention éventuelle d'un « facteur eau » dans l'étiologie de cette maladie plurifactorielle qu'est l'athérosclérose, qui combine l'athérome (infiltration graisseuse des parois artérielles) et la sclérose vasculaire.

En 1957, l'attention a été attirée sur le rôle de l'eau par un Japonais, Kobayashi, qui découvre une relation directe entre les hémorragies cérébrales (souvent dues à l'athérosclérose) et l'acidité des eaux apportées par les conduites d'adduction urbaine. Aux États-Unis, l'enquête se révèle d'emblée difficile, car les eaux sont traitées par addition de soude et d'acide carbonique. Si bien qu'en 1959 H. A. Schrœder s'oriente vers la teneur de l'eau en bicarbonate de calcium, c'est-à-dire sa dureté, et montre qu'elle est en corrélation inverse avec les maladies cardiovasculaires, et notamment accidents vasculaires cérébraux et maladie coronarienne. En Angleterre, ce dernier fait est confirmé, cependant qu'en Suède on relève une corrélation négative entre la teneur en calcium des eaux et les maladies cardiaques dégénératives non coronariennes.

Ce faisceau de données en partie divergentes devait néanmoins mettre H. A. Schrœder sur la bonne piste : seule l'eau « dure » calcaire n'entame pas les canalisations et le facteur toxique doit provenir d'une substance mise en liberté par les tuyaux d'adduction. C'est alors que T. W. Anderson remarque au Canada que l'effet « eau » n'augmente pas la mortalité globale par maladies ischémiques, mais seulement les morts soudaines. Cette remarque permit à H. A. Schrœder de montrer, en 1969, avec Kanisada, que le facteur responsable de cet accroissement de la mortalité brusque était le cadmium, associé au zinc dans les tuyaux d'adduction en fer galvanisé.

Les maladies infectieuses et l'épidémiologie

L'évolution des concepts jumelés d'épidémie et d'épidémiologie appelle deux remarques.

En premier lieu, il faut relever qu'un certain nombre d'imprécisions, voire de contradictions, pèsent sur la terminologie en matière d'épidémiologie. Nous avons vu ce qu'il en est à propos du mot d'épidémie : dès lors qu'il déborde sur des phénomènes morbides collectifs non obligatoirement infectieux, il devient trop vaste et trop imprécis. C'est pourquoi M. Baltazard a proposé de n'appliquer ce mot qu'aux seules affections contagieuses (multiplication de cas par contagion interhumaine) couvrant tous les phénomènes « transmissibles » et de créer le terme d'anadémie pour les affections non contagieuses frappant pourtant un certain nombre de personnes par simple addition de cas sporadiques, c'est-à-dire isolés ; par exemple, les épisodes humains des maladies animales transmissibles à l'homme (pozoonoses) sont de nature anadémique en l'absence de possibilité de contagion interhumaine, de même que les maladies par carence ou les maladies dégénératives chroniques.

Notons aussi que le mot « contagion » du latin contingere, toucher, ne concerne pour certains que la transmission d'une maladie infectieuse par contact direct avec un malade ou indirect par l'intermédiaire de sécrétion, objets ou personnes touchés par ce malade, alors que pour d'autres le sens en est étendu à la transmission de maladies par l'intermédiaire de vecteurs tels que certains insectes.

En second lieu, en admettant qu'il soit parfaitement correct de parler, comme on le fait actuellement, d'épidémiologie du suicide, de l'athérosclérose ou des accidents de la route aussi bien que de celle de la syphilis ou de la grippe, il faut bien reconnaître que nos connaissances sont incontestablement plus avancées dans le domaine des maladies infectieuses que dans celui des autres phénomènes morbides. Dans l'étude de la genèse de l'athérosclérose, par exemple, on a prouvé l'action conjuguée de facteurs prédisposants tels qu'obésité, sédentarité, hypertension artérielle, alimentation hyperlipidique, etc. Dans celle des accidents de la route, on ne sait pas très bien quelle importance relative accorder à l'état du véhicule, à celui de la route et enfin à la condition physique et psychique du conducteur.

Au contraire, l'épidémiologie des maladies infectieuses fournit des bases très assurées aussi bien dans l'individualisation de plus en plus poussée des agents pathogènes que dans la reproduction expérimentale de la maladie par inoculation aux espèces animales sensibles.

Pour ce qui concerne les maladies dont la transmission est assurée par un vecteur, c'est-à-dire un organisme vivant qui permet le passage du sujet malade au sujet sain, la méthodologie écologique permet de recenser et de hiérarchiser les facteurs vivants et non vivants du milieu, qui jouent un rôle dans le maintien des foyers naturels de l'affection. L'épidémiologie écologique est une intégration pluridisciplinaire qui permet de reconnaître les points faibles dans une chaîne épidémiologique et donc de mettre en œuvre une prophylaxie réellement efficace au moindre coût.

Une des tâches principales de l'épidémiologie actuelle est ainsi d'apprendre à l'homme d'abord à connaître son environnement, puis à vivre en bonne intelligence avec lui.

—  Catherine DUPUIS

Bibliographie

M. Baltazard, « La Recherche épidémiologique et son évolution », in Bull. Inst. Pasteur, t. LXVII, no 2, févr. 1969

J. Bouyer, S. Cordier & D. Hémon dir., Épidémiologie explicative, 2 vol., J. Bouyer, Villejuif, 1992

Présent et futur de l'épidémiologie, colloque en l'honneur de Daniel Schwartz, I.N.S.E.R.M., Paris, 1989

C. Rumeau-Rouquette, G. Bréart & R. Padieu, Méthodes en épidémiologie, Flammarion, 3e éd. 1985

H. A. Schrœder, The Poisons around us : Toxic Metals in Food, Air and Water, repr. of 1974, Books on Demand, Ann Arbor (Mich.).

Écrit par :

  • : docteur en médecine, chef de travaux à la faculté de médecine de Paris
  • : professeur agrégé du Val-de-Grâce, directeur médical de Pasteur-Vaccins.

Classification

Autres références

«  ÉPIDÉMIOLOGIE  » est également traité dans :

ALZHEIMER MALADIE D'

  • Écrit par 
  • Nathalie CARTIER-LACAVE
  •  • 1 863 mots

Dans le chapitre « Conséquences sociales : vivre avec la maladie d'Alzheimer »  : […] Pour un pays comme la France, la prévalence de la maladie après 80 ans (près de 30 p. 100) et l'augmentation très significative de la durée de vie amènent à poser des questions auxquelles la société n'était pas préparée il y a encore vingt-cinq ans. Les perspectives démographiques montrent que le nombre de personnes âgées de plus de 60 ans (20,6 p. 100 en 2000) sera de 35,1 p. 100 en 2050. Les ch […] Lire la suite

AMIANTE ou ASBESTE

  • Écrit par 
  • Laurence FOLLÉA, 
  • Henri PÉZERAT
  • , Universalis
  •  • 3 473 mots

Dans le chapitre « Cancers »  : […] L'exposition à l'amiante entraîne, par ordre de fréquence décroissante, des cancers broncho-pulmonaires, des mésothéliomes et d'autres tumeurs primitives de la plèvre et, avec une moins grande certitude, des cancers gastro-intestinaux, en particulier des cancers de l'estomac. Les premières publications sur la relation amiante-cancer broncho-pulmonaire datent des années 1930 puis des années 1940. […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE DES ZOONOSES

  • Écrit par 
  • Frédéric KECK, 
  • Christos LYNTERIS
  •  • 3 952 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Régimes de causalité et d’imputation »  : […] Ces deux conceptions des zoonoses – comme événement accidentel dans un cycle écologique ou comme mutation catastrophique dans une série de révolutions – entrent en tension dans les pratiques de gestion des zoonoses sur les différents terrains où elles sont traitées comme des problèmes publics. Alors que l’écologie des maladies infectieuses met en avant des causalités circulaires entre plusieurs es […] Lire la suite

ARBOVIRUS

  • Écrit par 
  • Claude HANNOUN, 
  • Jean-François SALUZZO
  •  • 1 865 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'épidémie de chikungunya à la Réunion »  : […] Le chikungunya, qui a sévi en 2005-2006 dans l'île de la Réunion, entre dans le groupe des fièvres tropicales longtemps confondues avec la dengue. Cette maladie est due à un virus de la famille des Togaviridae , transmis par les moustiques du genre Aedes . Le virus est présent en Asie et en Afrique, où il circule selon des modalités complexes, avec des successions de cycles enzootiques faisant i […] Lire la suite

ASTHME

  • Écrit par 
  • Philippe GODARD, 
  • François-Bernard MICHEL
  •  • 5 848 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Épidémiologie de l'asthme »  : […] En France, environ 1 500 à 2 000 personnes meurent d'asthme chaque année. Ce chiffre est stable depuis plusieurs années. Le taux de prévalence est d'environ 6 à 8 p. 100 si l'on considère les symptômes et de plus de 15 p. 100 si l'on prend en compte l'H.R.B. Ces chiffres doivent être comparés à ceux de la rhinite allergique (environ 30 p. 100) et au pourcentage de tests cutanés positifs à des all […] Lire la suite

ASTHME POLLINIQUE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 766 mots

La majorité des syndromes asthmatiques est provoquée par des substances produites dans l'environnement naturel et dont l'effet est, le cas échéant, amplifié par la pollution atmosphérique. Parmi ces substances, les pollens et les spores de moisissures, jouent un rôle dominant. En effet, l'étude de la fréquence des cas d'asthme dans le temps et en un lieu donné montre que sur un niveau de base, qu […] Lire la suite

ASTHMES PROFESSIONNELS

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 809 mots

L'asthme et les syndromes asthmatiques sont largement liés à l'environnement : pollens à certaines périodes de l'année, acariens, poils de chat et poussières dans la sphère domestique, etc. Une catégorie particulière de l'étiologie environnementale des asthmes est celle des asthmes liés plus particulièrement à l'exercice d'une profession. Appelées asthmes professionnels, ces maladies sont associé […] Lire la suite

ATHÉROSCLÉROSE

  • Écrit par 
  • Loïc CAPRON
  •  • 5 336 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Causes et prévention de l'athérosclérose »  : […] À un degré supérieur de compréhension et d'intégration, un enjeu capital est de comprendre le génie évolutif de l'athérosclérose. Pour les tenants de la théorie inflammatoire, cela consiste à identifier les agressions qui allument et entretiennent la réaction de défense pervertie qui aboutit à l'édification d'une plaque, puis à son entrée dans le cycle des complications. Là gisent les véritables c […] Lire la suite

BACTÉRIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Michel DESMAZEAUD, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Daniel MAZIGH
  •  • 18 332 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Épidémiologie moléculaire »  : […] Outre la mise au point de techniques sensibles et rapides de dépistage et d'identification des bactéries, les techniques d'analyse des acides nucléiques ont permis des avancées spectaculaires en épidémiologie moléculaire. En effet, des techniques phénotypiques telles que les profils de caractères biochimiques, la sérotypie, la lysotypie et la détermination du profil de résistance aux antibiotique […] Lire la suite

BARRIÈRE D'ESPÈCE, épidémiologie

  • Écrit par 
  • Jeanne BRUGÈRE-PICOUX
  •  • 688 mots

Toute maladie infectieuse résulte d'une contamination microbienne de l'organisme affecté par cette maladie. Ce dogme épidémiologique n'a jamais été mis en défaut depuis les recherches dont Robert Koch et Louis Pasteur ont été les protagonistes. La méthodologie scientifique qu'ils ont utilisée comportait obligatoirement une étude de pathologie expérimentale : comment régissaient les « cobayes » ? S […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

France. Présentation d'un plan quinquennal de lutte contre le cancer. 24 mars 2003

d'un Institut national du cancer chargé de coordonner la recherche, prioritairement axée sur l'épidémiologie, la génétique du cancer et la recherche clinique. Le plan contre le cancer est bien accueilli par les médecins et les associations. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Catherine DUPUIS, Pierre SALIOU, « ÉPIDÉMIOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/epidemiologie/