DALÍ SALVADOR (1904-1989)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La méthode « paranoïaque-critique »

Passionné de longue date par la psychanalyse de Freud et les études psychopathologiques de Richard von Krafft-Ebing (en particulier l'ouvrage Psychopathia sexualis paru en 1886), Dalí développe dans les années 1930 sa méthode dite « paranoïaque-critique », « instrument de tout premier ordre » dont Dalí, de l'avis de Breton, dote alors le surréalisme. La principale originalité de cette méthode tient à sa dimension active et volontaire opposée à la passivité des hallucinations recherchées jusque-là par les surréalistes, de même qu'à son association avec une forme de folie ou de dérèglement mental. Telle est l'ambivalence de l'art de Dalí, qui oscille entre l'application consciencieuse et systématique des manuels de psychanalyse et la manifestation de troubles réels, ce que Dalí résume dans son Journal d'un génie : « Je n'ai jamais refusé à ma féconde et élastique imagination les procédés de recherche les plus rigoureux. Ils ne firent que donner de la rigidité à ma loufoquerie congénitale. » Au-delà d'une fantaisie débridée règne la cohérence d'une œuvre fondée sur la récurrence de motifs obsessionnels. Le délire systématique qui résulte de la méthode paranoïaque-critique engendre une forme de savoir irrationnel fonctionnant essentiellement par associations et créant des « images qui provisoirement ne sont pas explicables ni réductibles par les systèmes de l'intuition logique ni par les mécanismes rationnels ». La Conquête de l'irrationnel, paru en 1935, offre la discussion la plus approfondie (esquissée dans une première publication, La Femme visible, 1930) des principes développés par Dalí : « Toute mon ambition sur le plan pictural consiste à matérialiser avec la plus impérialiste rage de précision les images de l'irrationalité concrète. Que le monde imaginatif et de l'irrationalité concrète soit de la même évidence objective, de la même consistance, de la même dureté, de la même épaisseur persuasive, cognoscitive et communicable, que celle du monde [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DALÍ SALVADOR (1904-1989)  » est également traité dans :

SALVADOR DALÍ. DÉSIRS INASSOUVIS (J.-L. Gaillemin)

  • Écrit par 
  • Thierry DUFRÊNE
  •  • 1 033 mots

Tiré d'une thèse d'université, l'ouvrage de Jean-Louis Gaillemin Salvador Dalí. Désirs inassouvis. Du purisme au surréalisme 1925-1935 (éditions Le Passage, Paris, 2002) analyse un pan peu connu de l'œuvre de Dalí : son évolution du purisme au surréalisme. L'auteur se distingue de ses prédécesseurs Rafael Santos Torroella, Dawn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salvador-dali-desirs-inassouvis/#i_48246

BUÑUEL LUIS (1900-1983)

  • Écrit par 
  • Jean COLLET
  •  • 2 717 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Fidélité au surréalisme »  : […] , don Lope, il aura toute sa vie des amis prêtres, religieux ou religieuses. Étudiant à Madrid, il rencontre Federico García Lorca et Salvador Dalí. Avec ce dernier, il écrira le scénario du Chien andalou. Le mariage de Dalí avec Gala mettra fin à leur amitié en 1930, alors que Buñuel envisageait une nouvelle collaboration pour L'Âge d'or […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/luis-bunuel/#i_48246

GALA ELENA DIMITROVNIE DIAKONOVA dite (1892 env.-1982)

  • Écrit par 
  • Jean-Charles GATEAU
  •  • 918 mots

pour une fugue qui le mènera autour du monde ; Max Ernst et Gala le rejoignent à Saigon et les Eluard rentrent seuls. Leur mariage tiendra encore cinq ans. L'été de 1929, au cours de vacances à Cadaquès, le jeune Salvador Dalí est fasciné par Gala, qui prend en main sa destinée ; elle divorce, et sa fille est confiée aux grands-parents Grindel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elena-dimitrovnie-gala/#i_48246

POMPIER, art

  • Écrit par 
  • Jacques THUILLIER
  •  • 4 038 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La remise en cause »  : […] l'un des génies du siècle (PierreLouis Mathieu, Gustave Moreau, Paris, 1976). De son côté, Salvador Dalí, avec son outrance paradoxale mais efficace, présente dès 1967 son Hommage à Meissonier (hôtel Meurice, Paris), où il défend non seulement Meissonier et Moreau, mais Detaille, Neuville, Boldini. (« Nous allons voir l'art […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pompier-art/#i_48246

SURRÉALISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ, 
  • Pierre DUBRUNQUEZ
  •  • 11 401 mots

Dans le chapitre « L'âge de raison (1925-1939) »  : […] 1925, à la célébration du cinquantenaire de l'hystérie, en 1928, et à la mise en place de la « paranoïa-critique » de Dalí à partir de 1929, est engagée dans la défense de l'aliéné et l'exaltation des vertus cognitives du délire. De sorte que l'identification du désir et de la connaissance finit par se calquer sur celui de l'état normal et de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-histoire/#i_48246

SURRÉALISME - Surréalisme et art

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 4 884 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une conclusion nécessairement ambiguë »  : […] s'explique le rejet qu'il a opposé, par exemple, à l'activité d'un Dalí, transformant sa méthode « paranoïa-critique », d'inspiration réellement surréaliste, en un simple véhicule de son propre retour à la peinture la plus académique, via Meissonier. Ainsi s'explique aussi bien la condamnation sans appel de toute peinture […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-surrealisme-et-art/#i_48246

SURRÉALISME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 733 mots

6 juin 1928 Le film de Luis Buñuel et Salvador Dalí, Un chien andalou, est présenté pour la première fois en public. Désappointé par les applaudissements que suscita la première projection, Buñuel dénonça dans le numéro 11 de La Révolution […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-reperes-chronologiques/#i_48246

UNE IMAGE PEUT EN CACHER UNE AUTRE (exposition)

  • Écrit par 
  • Gérard STREIFF
  •  • 1 007 mots

sont les personnages clés des conflits autour du Saint Empire romain germanique. Salvador Dalí, qui a également pratiqué l'anamorphose, a fait de la double image l'outil principal de sa méthode paranoïaque-critique, qui apparaît, écrit-il « si l'on regarde pendant quelque temps avec un léger recul et une certaine fixité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/une-image-peut-en-cacher-une-autre/#i_48246

Pour citer l’article

Guitemie MALDONADO, « DALÍ SALVADOR - (1904-1989) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/salvador-dali/