LOISY ALFRED (1857-1940)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Deux traits caractérisent l'image habituellement reçue d'Alfred Loisy : une spécialisation professionnelle – c'était un exégète, aux positions singulièrement critiques ; un rôle historique, circonscrit et conjoncturel – protagoniste de la crise moderniste, il semble rentrer dans l'obscurité après l'encyclique Pascendi et son excommunication nominative. Ces aspects ne sont pas accessoires, le second surtout, mais ils ne suffisent pas à rendre compte d'une personnalité complexe et d'une œuvre importante.

On s'attachera ici à dégager ce qui paraît le plus fondamental : Loisy a voulu proposer une philosophie religieuse, ou, si l'on préfère, une lecture religieuse de l'histoire, dont les thèmes, largement ébauchés pendant la période où il appartenait à l'Église, se sont précisés et, en quelque sorte, décantés au cours de la trentaine d'années (1908-1940) de travail solitaire, phase sans doute la plus féconde de sa longue et laborieuse existence.

Loisy dans l'Église : la première synthèse

Petit paysan champenois (il est né à Ambrières), trop chétif pour les travaux de la terre, intelligent et pieux, Alfred Loisy s'oriente assez naturellement vers une carrière ecclésiastique. Au sortir du grand séminaire, il est envoyé par son évêque à l'Institut catholique de Paris, qui vient d'être fondé en 1876, pour y préparer une licence de théologie. Il s'était déjà initié à l'hébreu, avec assez de succès pour qu'on lui donnât presque aussitôt la charge de répétiteur de ses condisciples. À l'enseignement des langues orientales il ajoute bientôt celui de l'Écriture sainte et de l'exégèse. Ses premières publications, le ton de ses cours suscitent des méfiances vigilantes. À l'issue d'une série de conflits, il est contraint de démissionner (1893).

L'archevêque de Paris lui assigne alors une fonction obscure : l'aumônerie d'un pensionnat à Neuilly. En fait, libéré des exigences d'un enseignement très spécialisé, préparant ses catéchismes et ses instructions avec ce sérieux [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, professeur à l'université des sciences humaines de Strasbourg

Classification


Autres références

«  LOISY ALFRED (1857-1940)  » est également traité dans :

ECCLÉSIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 5 742 mots

Dans le chapitre « Église et royaume de Dieu »  : […] Les exégètes contemporains (depuis J. Weiss et A. Schweitzer) ont rappelé le lien qui existe dans le Nouveau Testament entre l'Église et le Royaume de Dieu, notion beaucoup plus largement présente dans la prédication de Jésus que celle d'Église. Appréciant le constat et forçant un peu les choses, Alfred Loisy écrivait vers 1900 : « Jésus annonçait le Royaume, et c'est l'Église qui est venue » ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecclesiologie/#i_32497

HARNACK ADOLF VON (1851-1930)

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 1 770 mots

Dans le chapitre « Les critiques : de Loisy à Bultmann »  : […] Ce manifeste fut diversement reçu. Si les milieux du protestantisme libéral l'accueillirent très favorablement, il trouva immédiatement des adversaires nombreux. Il n'est pas étonnant que le luthéranisme allemand officiel se soit opposé aux thèses de Harnack. Mais la grande attaque vint du modernisme catholique français. Loisy répondit à Harnack dans son célèbre petit livre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolf-von-harnack/#i_32497

LAMENTABILI DÉCRET (1907)

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 321 mots

Première intervention doctrinale du Saint-Siège dans la crise moderniste, ce décret du Saint-Office, daté du 3 juillet 1907, réprouvait et proscrivait une liste de soixante-cinq propositions erronées. Ces erreurs concernaient les droits de la critique savante face à l'enseignement de l'Église, l'inspiration divine de la Bible, la révélation chrétienne et la nature des dogmes, l'Incarnation et la R […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decret-lamentabili/#i_32497

MIGNOT EUDOXE IRÉNÉE (1842-1918)

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 346 mots

Archevêque français dont le nom, comme celui de Bonomelli en Italie à la même époque, a symbolisé l'ouverture catholique à la société et à la culture modernes, Mignot était fils d'un instituteur du Soissonnais. Ordonné prêtre en 1865, il fut successivement professeur de séminaire, vicaire de ville, curé de campagne, aumônier d'hôpital et vicaire général, évêque de Fréjus en 1890, archevêque d'Albi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eudoxe-irenee-mignot/#i_32497

MODERNISME, catholicisme

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 5 227 mots

Dans le chapitre « En France »  : […] En France, de façon schématique, on peut distinguer trois tendances majeures : les progressistes se persuadent qu'une telle conversion se limite à la maîtrise d'une discipline, sans mettre en cause l'édifice théologique (Mgr Batiffol, le père Lagrange, le père de Grandmaison) ; les modernistes pensent qu'elle impose une révision profonde des idées reçues […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modernisme-catholicisme/#i_32497

REINACH SALOMON (1858-1932)

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 510 mots

Frère de Joseph Reinach (1856-1921), homme politique et publiciste qui mena campagne contre le boulangisme et en faveur de Dreyfus, et de Théodore (1860-1931), lui-même archéologue et historien, Salomon Reinach, né à Saint-Germain-en-Laye, membre de l'Institut et conservateur des musées nationaux, s'illustra par de nombreux ouvrages dans les domaines de l'archéologie, de la philologie et, surtout, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salomon-reinach/#i_32497

Pour citer l’article

Émile GOICHOT, « LOISY ALFRED - (1857-1940) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-loisy/