AGNEAU SYMBOLISME DE L'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il n'y a guère lieu de distinguer entre les termes « moutons », « brebis » et « agneaux », qui traduisent presque au hasard, en grec et en latin, les nombreux mots hébreux désignant le bétail ovin. De même, la présence d'un chevreau au lieu d'un agneau dans l'imagerie chrétienne primitive était sans doute non intentionnelle, le sacrifice de ces deux victimes étant tenu pour équivalent dans la Bible (Lévitique, iii, 12-13).

L'agneau (en troupeau) est le symbole de l'homme en groupe, dont il s'agit d'assurer la survie : peuple de Dieu pour l'Ancien Testament, fidèles chrétiens après la prédication évangélique. La sollicitude du berger symbolise la tendresse de Dieu pour son peuple ou celle des « pasteurs » (d'âmes) pour leurs « ouailles ». Inversement, la docilité des agneaux est comparée à la rectitude du Juste (« suivre le droit chemin » est une expression pastorale). Lorsque Jean le Baptiste désigne Jésus comme l'« agneau de Dieu », il fait probablement allusion à la sainteté de sa vie. Néanmoins, la tradition unanime a interprété l'Ecce agnus Dei comme une annonce du sacrifice du Calvaire.

L'agneau égorgé est doublement symbolique : considéré en lui-même, il est l'image de l'innocence et de la douleur opprimées, du « Juste souffrant » ; considéré comme un bien appartenant à un maître, il est le symbole du rachat après la faute (redemptor signifie « racheteur »). Dans une société primitive, où la monnaie était quasi inexistante, la remise aux autorités d'une tête de bétail est une véritable amende « pécuniaire » (comme en témoigne le doublet latin pecu-dem, « le petit bétail », et pecu-niam, « la monnaie »).

L'égorgement et la consommation de la bête remise sont devenus de plus en plus rituels : une liturgie du sacrifice, essentiellement symbolique, a accompagné la perception de ces offrandes expiatoires. Elle a créé à son tour des s [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  AGNEAU SYMBOLISME DE L'  » est également traité dans :

APOCALYPSE DE JEAN

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 6 530 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Interprétation actuelle »  : […] C'est seulement vers la fin du xix e  siècle que, peu à peu, se dégagea la véritable solution. Elle consistait à revenir à l'interprétation la plus ancienne, en considérant l'ouvrage comme une « apocalypse », qui annonçait l'imminence de la fin des temps et la décrivait selon les méthodes habituelles. Ce qui avait manqué pour aboutir plus tôt à cette solution, c'était la possibilité de trouver des […] Lire la suite

AUTO SACRAMENTAL

  • Écrit par 
  • Marcel BATAILLON
  •  • 3 126 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Origine du genre »  : […] La Fête-Dieu, solennité printanière propice aux représentations de plein air, était, bien avant 1580, l'occasion de spectacles populaires, comiques ou dévots, plus ou moins liés au culte du Saint-Sacrement. Les foules étaient attirées ce jour-là par une procession joyeuse que les corporations animaient de leurs « inventions » dans les villes populeuses. Certaines pièces montrent déjà un souci de […] Lire la suite

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 21 225 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Les catacombes »  : […] Les débuts de l'art chrétien que nous connaissons remontent à la fin du ii e et au début du iii e  siècle. On trouve quelques peintures funéraires dans les diverses catacombes du sous-sol romain, ces cimetières chrétiens qui étaient de vraies cités souterraines (outre Rome, on en trouve à Naples, en Sicile, à Malte, en Tunisie et en Égypte). Les premières représentations pariétales assimilent l' […] Lire la suite

MOSAÏQUE, art

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DARMON, 
  • Henri STERN
  •  • 4 216 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Pourtour méditerranéen »  : […] Le démontage et la restauration de mosaïques paléochrétiennes (Rome) et byzantines (Constantinople, Kiev, Sicile) ont permis de connaître les procédés de travail des maîtres mosaïstes : la surface à décorer était enduite d'une ou deux couches de ciment sur laquelle étaient tracées les grandes lignes de la composition. On y appliquait ensuite une couche de mortier fin étendue sur une surface restr […] Lire la suite

PÂQUE LA

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 491 mots

La Pâque (en hébreu Pesaḥ ) est une des trois fêtes de pèlerinage du calendrier juif. Elle débute le 15 e  jour du mois de nisan et se poursuit sept jours durant (huit en Diaspora). Elle célèbre la délivrance d'Israël de l'asservissement à l'Égypte. Dans le texte biblique, elle porte deux noms : le premier (en Exode, xxxiv , 25) est Pâque ( ḥag ha Pōsaḥ ), parce que Dieu « passe au-dessus » de la […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques PONS, « AGNEAU SYMBOLISME DE L' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-de-l-agneau/