Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

AGNEAU SYMBOLISME DE L'

Il n'y a guère lieu de distinguer entre les termes « moutons », « brebis » et « agneaux », qui traduisent presque au hasard, en grec et en latin, les nombreux mots hébreux désignant le bétail ovin. De même, la présence d'un chevreau au lieu d'un agneau dans l'imagerie chrétienne primitive était sans doute non intentionnelle, le sacrifice de ces deux victimes étant tenu pour équivalent dans la Bible (Lévitique, iii, 12-13).

L'agneau (en troupeau) est le symbole de l'homme en groupe, dont il s'agit d'assurer la survie : peuple de Dieu pour l'Ancien Testament, fidèles chrétiens après la prédication évangélique. La sollicitude du berger symbolise la tendresse de Dieu pour son peuple ou celle des « pasteurs » (d'âmes) pour leurs « ouailles ». Inversement, la docilité des agneaux est comparée à la rectitude du Juste (« suivre le droit chemin » est une expression pastorale). Lorsque Jean le Baptiste désigne Jésus comme l'« agneau de Dieu », il fait probablement allusion à la sainteté de sa vie. Néanmoins, la tradition unanime a interprété l'Ecce agnus Dei comme une annonce du sacrifice du Calvaire.

L'agneau égorgé est doublement symbolique : considéré en lui-même, il est l'image de l'innocence et de la douleur opprimées, du « Juste souffrant » ; considéré comme un bien appartenant à un maître, il est le symbole du rachat après la faute (redemptor signifie « racheteur »). Dans une société primitive, où la monnaie était quasi inexistante, la remise aux autorités d'une tête de bétail est une véritable amende « pécuniaire » (comme en témoigne le doublet latin pecu-dem, « le petit bétail », et pecu-niam, « la monnaie »).

L'égorgement et la consommation de la bête remise sont devenus de plus en plus rituels : une liturgie du sacrifice, essentiellement symbolique, a accompagné la perception de ces offrandes expiatoires. Elle a créé à son tour des symboles, notamment celui du sang de l'Agneau, qui, impropre à toute consommation, était utilisé dans des aspersions purificatrices.

C'est ainsi que doivent être comprises les prescriptions précises données à Moïse et à Aaron par Yahvé avant la sortie d'Égypte : « Procurez-vous chacun une tête de petit bétail par famille [...] Vous la garderez jusqu'au quatorzième jour de ce mois ; alors l'assemblée entière de la communauté d'Israël l'égorgera entre les deux soirs. On prendra de son sang et on en mettra sur les deux montants et le linteau de la porte des maisons où on la mangera » (Ex., xii, 1-14). Le sacrifice de l'agneau donne ainsi tout son sens à la Pâque : le sacrifice rituel unit la communauté d'Israël, l'isole devant son Dieu et la soustrait à son châtiment. Le sang de l'agneau marque le salut d'Israël, et cela d'âge en âge ; il signale aussi le passage du Seigneur et la délivrance de son peuple obtenue par le massacre de tous les premiers-nés d'Égypte. C'est sur la base de ce symbolisme de l'agneau pascal que se développera la symbolique christologique du sacrifice de Jésus.

La chair de l'agneau (ou du chevreau), préparée comme un mets, évoque la joie des festins et la force vitale puisée dans la nourriture.

La représentation du Christ sous forme d'un agneau se justifiait scripturairement par le texte de Jean (i, 29) : Ecce agnus Dei. Elle a été très courante jusqu'au ixe siècle, mais elle a été interdite par le canon 82 du concile in Trullo de 692 ; il semble que les païens aient vu volontairement dans la dévotion à l'Agneau un culte animalier idolâtrique. Il semble également que le jeu de mots entre AGNUS et AS(i)NUS ait donné lieu à des plaisanteries. Le Christ, Agneau de Dieu, symbolise, dans l'iconographie chrétienne primitive, toutes les réalités évoquées[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Jacques PONS. AGNEAU SYMBOLISME DE L' [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • APOCALYPSE DE JEAN

    • Écrit par
    • 6 538 mots
    • 3 médias
    ...de symboles variés, mais toujours introduits selon un schéma numérique septénaire. D'abord, dans le cadre d'une liturgie céleste, paraît le mystérieux Agneau, qui prend possession du Livre des desseins divins (iv-v). Il en brise un à un les sept sceaux. À chaque fois apparaissent des fléaux, qui frapperont...
  • AUTO SACRAMENTAL

    • Écrit par
    • 3 125 mots
    • 1 média
    ...prêtre Diego Sánchez de Badajoz (1554), on voit une Farça del Sacramento. On évoque diversement le même mystère. Timoneda donne à Valence (1558) son fameux auto de La Brebis perdue où le Bon Pasteur de la parabole évangélique s'identifie à l'agneau mystique et au « Pain vivant ».
  • JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

    • Écrit par , et
    • 21 165 mots
    • 26 médias
    ...siècle), sur les sarcophages, les vases, les amulettes. Le poisson se transforme parfois en dauphin, l'animal qui avait sauvé le poète Arion des abîmes. L'agneau pascal remplace aussi pendant des siècles l'image directe du Dieu-Homme, de la même façon que la colombe qui deviendra par la suite le symbole...
  • MOSAÏQUE, art

    • Écrit par et
    • 4 181 mots
    • 13 médias
    ...sacrifice du Christ, les prophètes qui ont prédit sa naissance et sa passion, enfin les quatre évangélistes qui ont transmis son enseignement, le tout surmonté de l'agneau, symbole du Sauveur immolé sur la croix. Les deux cortèges célèbres de Justinien et de Théodora s'insèrent dans ces images.