RONDEAU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le rondeau qui naît de la danse, de la ronde, ancre ce qui deviendra une forme lyrique dans le corps, le rythme et la musique. Le Moyen Âge toutefois met plutôt le rondeau en rapport avec sa forme, à l'enseigne du rond. Pensée homologique qui au-delà de la stricte étymologie dit une essence formelle : le retour du refrain.

Le rondeau comme texte poétique apparaît pour la première fois inséré dans un récit romanesque : Le Roman de la Rose ou Le Roman de Guillaume de Dole de Jean Renart (1228). Le contexte de ces apparitions dans les romans est celui des danses, des fêtes et des réjouissances. Ces textes insistent sur une des caractéristiques originelles du rondeau, l'alternance d'un soliste et d'un chœur, alternance qui souligne les évolutions des danseurs. La forme est désignée alors du nom de chanson ou rondet. Ce dernier terme est parfois explicitement glosé : rondet a carole.

La structure de base du rondeau, telle qu'elle se fixe d'Adam de la Halle à Guillaume de Machaut, est la suivante. C'est une forme brève, pièce de huit vers, comportant un refrain de deux vers sur deux rimes figurant au début et à la fin selon le schéma ABaAabAB, où A et B forment le refrain littéraire et musical, et les minuscules a et b les reprises musicales de A et B avec des paroles différentes.

La forme du rondeau a évolué par allongement. Le refrain passe de deux vers (rondeau simple) à trois (rondeau tercet), à quatre (rondeau double dans la terminologie d'Eustache Deschamps ou rondeau quatrain dans celle de Gracien du Pont), puis à cinq (rondeau cinquain). Ce dernier, dont le premier exemple apparaît chez Eustache Deschamps, très usité à la fin du xve siècle, supplante au xvie siècle les autres types. C'est sous cette forme que le rondeau se perpétue dans les siècles postérieurs et jusque chez Alfred de Musset et Théodore de Banville.

L'allongement du refrain va de pair avec une question fort débattue dans [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses, agrégée de lettres modernes, docteur d'État, professeur de littérature française médiévale à l'université de Genève (Suisse)

Classification


Autres références

«  RONDEAU  » est également traité dans :

ARS ANTIQUA

  • Écrit par 
  • Edith WEBER
  •  • 1 899 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les formes polyphoniques »  : […] À l'époque carolingienne, les premiers essais consistant à doubler une voix par mouvement parallèle, selon les consonances admises, donnent naissance à l' organum parallèle comme le Rex coeli Domine (à 2 voix, Enchirias , ix e  s.). Une troisième voix puis une quatrième peuvent être ajoutées. L' organum fleuri (à vocalises) comprend une phrase liturgique ( tenor emprunté), exposée en valeurs l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ars-antiqua/#i_4794

ARS NOVA

  • Écrit par 
  • Roger BLANCHARD
  •  • 6 409 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les formes »  : […] Parmi les formes héritées de l' école de Notre-Dame, certaines disparurent peu à peu au cours du xiv e  siècle, d'autres se transformèrent ; enfin des formes nouvelles naquirent. Nous avons défini ci-dessus la technique du motet isorythmique ; il nous faut revenir sur la forme motet et en retracer l'évolution. Le motet (étymologiquement, petit mot, motetus , motulus ) est né au xiii e  siècle de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ars-nova/#i_4794

CAROLE, danse

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 467 mots

Terme dont la signification demeure controversée ; à rapprocher et à distinguer à la fois du carol anglais. Certains proposent une étymologie grecque : le choraulês est le joueur de flûte qui accompagnait un chœur de danse. Le mot anglais, lui-même probablement dérivé du français « carole », désigne un chant polyphonique (à 2 ou 3 voix), de rythme ternaire, mi-religieux, mi-profane (fréquemment […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carole-danse/#i_4794

CHARLES D'ORLÉANS (1394-1465)

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 550 mots

Le rapport entre la vie et les poèmes de Charles, duc d'Orléans (fils de Louis d'Orléans, qui fut tué par Jean sans Peur en 1407, et père de Louis XII), est plus compliqué que ne le ferait croire, par exemple, un rapprochement entre les ballades où il nous parle de son exil et l'histoire qui nous apprend ses vingt-cinq ans de captivité en Angleterre, après Azincourt (1415). L'espace, de mer et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-d-orleans/#i_4794

MACHAUT GUILLAUME DE

  • Écrit par 
  • Roger BLANCHARD
  •  • 2 609 mots

Dans le chapitre « L'œuvre musical »  : […] L'œuvre musical de Guillaume de Machaut comporte dix-neuf lais, trente-trois virelais, vingt-deux rondeaux, quarante-deux ballades, vingt-trois motets, une messe polyphonique et le Hoquetus David , composition instrumentale à trois voix, destinée, pense-t-on, à compléter l'organum Alleluia Nativitas de Pérotin. En son Remède de fortune (1357 env.), Machaut parle de « la vieille et nouvelle forge  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-de-machaut/#i_4794

OCKEGHEM JOHANNES (1410 env.-1497)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 2 278 mots

Dans le chapitre « La musique profane n'est pas la musique sacrée »  : […] Quand une oreille contemporaine peu avertie entend de la musique polyphonique de la Renaissance, il lui semble difficile de distinguer entre musique profane et musique religieuse. Et pourtant ! Ockeghem, l'un des premiers, compose dans un esprit différent l'une et l'autre musiques. De ses pages religieuses nous connaissons treize messes de trois à cinq voix, un requiem de deux à quatre voix – le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johannes-ockeghem/#i_4794

POÉSIES, Charles d'Orléans - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 815 mots

Dans le chapitre « La fuite du temps, le retour des saisons »  : […] Les ballades 72 à 123, qui suivent la Departie d'amours (poème d'adieu à l'amour) sont de sujets et de tonalités plus variés. Parfois regroupées en cycle comme la ballade thème du « concours de Blois », je meurs de soif encouste la fontaine dont la version signée François Villon est également transcrite dans le recueil du duc, ces pièces déplorent la fuite du temps et ses effets. Portant harnoys […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesies-charles-d-orleans/#i_4794

VERSIFICATION

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 1 216 mots

Dans les langues où la longueur de la syllabe est pertinente (soit par la nature de la voyelle, soit par sa position, c'est-à-dire son environnement consonantique de droite), les vers sont construits et identifiés d'après un nombre relativement fixe de pieds (séquence rythmée de syllabes longues, notées ▂, et de syllabes courtes, notées ⌣). Les vers de six pieds sont dits hexamètres, et sont surto […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/versification/#i_4794

Pour citer l’article

Jacqueline CERQUIGLINI-TOULET, « RONDEAU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rondeau/